samedi 30 août 2014

Harcèlement en réseau- vol sans effraction



Le post précédent "harcèlement en réseau - pré-fourrière",  fait penser  que, seule,  ma voiture à enlever,  pour 146 + 35 euros ,  semblait intéresser les diligents employés  de la Préfecture  de Paris. 

Des photos prises chaque jour matin et soir,  Bd Pasteur montrait depuis ce jour  des files de voiture en stationnement "dit" interdit mais " autorisé" pour les autres.

Une des serrures de cette mienne voiture avait été forcée en juillet, obligeant à un changement clé et serrure pour 100 euros .
C'est le concessionnaire Peugeot du 13ème arrdt qui avait  eu une disponibilité  pour cette réparation, dans les derniers jours de juillet. 
Pour cela, Ahmed,  un aimable commercial du garage avait pris ma voiture en charge à 9h du matin pour me la rendre à 14 h, avec  ses toutes nouvelles serrures et…. deux pneus réputés lisses . Une perspective de 92 euros  d'amende par pneu.

D'expérience, harcèlement en réseau oblige,  je savais que l'amende était proche,  par contact entre membres du réseau crapuleux à mes trousses .

Une fois précédente , sortant d'un garage de réparation, j'avais   eu droit à un contrôle de police. Sans perdre de temps une jeune policière à la vue perçante m'avait annoncé  une amende pour défaut d'assurance.   
La vignette d'assurance en place  sur le pare-brise était celle de l'année précédente . Celle de l'année en cours ,  laissée posée par dessus, avait été subtilisée dans le garage . Il restait  celle-ci,  que j'avais oublié de déchirer.
Pas de hasard . Seulement de la préméditation , des habitudes et des manigances aux apparences de coïncidences .

Le récent  vol à l'intérieur de ma voiture a été constaté hier, vendredi 29 août, soit exactement un mois après le changement de serrure. Ce qui donne trois  hypothèses d'explications possibles.

a) les copies  de clés  avaient été fournies  immédiatement par la garage, fin juillet.
b) ce sont les références des clés qui avaient été données au réseau pour copies ultérieures 
c) ce sont les gars de la fourrière qui ont fait  les intermédiaires pour des copies de clés avec le système des "clés molles"  qui peuvent ensuite être dupliquées.

Il suffit , pour cela, de savoir qu'il existe un KIT qui permet de copier des clés toutes catégories , hard as nail, en moins de 200 secondes . 
J'avais été sur place rencontrer la société  qui vend ce kit , en Allemagne, il y a plusieurs années.

La clé  de l'ancienne serrure, détenue par l'organisation criminelle de cette histoire, a été déposée dans la boite à gants, donc à l'intérieur du véhicule . Bien en évidence. 


On trouve ceci sur le site de la Préfecture de l'Ile de France 

vendredi 22 août 2014

Harcèlement en réseau - pré-fourrière



En août, Paris fait le plein de touristes et de places de stationnement disponibles et souvent gratuites . Dans les quartiers à stationnement gratuit  , pas de contractuels, seulement des policiers qui font office de.

Revenant  le 20 au matin, d'une nuit mouvementée passée dans mon véhicule , je l'avais laissé Bd Pasteur, au milieu d'une file bien remplie.

Le soir du 20-8, vers 22h elle avait  DISPARU. Une autre voiture avait pris la place.


Habituée de la malveillance de tous les réseaux de harcèlement français et mondiaux j'avais le choix entre  voiture volée ou  voiture déplacée. Les deux cas de figure avaient déjà existé. 
Habituée aussi d'essayer de penser comme les hordes de crétins qui se vengent de leurs propres problèmes sur une victime, j'avais pensé à un incident survenu la veille  comme explication possible

Le 19 au soir, celui-ci


que j'avais eu aux trousses un peu trop souvent, s'était fait piéger bêtement par mon appareil photo. Furax, il était descendu  de sa WW pour des explications de dominant. Ma vitre avait pris un coup. Et il avait fait lentement un tour d'évaluation de ma petite auto avant de partir…. et de revenir pendant la nuit. Son groupe , amateur  inconditionnel de représailles,  aurait pu vouloir réagir.

L'autre éventualité , celle d'un déplacement correspondait à des situations qui s'étaient répétées à Angers, quelques années plus tôt. Il s'agissait de scénarios destinés à me faire croire que j'étais perturbée.

Alors sans ma voiture le 20-8 au soir, j'avais arpenté les rues du quartier à sa recherche, notant aussi des petits paquets de jeunes , un peu partout dans les entrées d'immeubles. 
A 0h01 , épuisée, j'étais entrée là. 



Puis chambre 12.

30 minutes plus tard , des tirs  d'énergie dirigée avait traversé la plancher et le matelas. J'avais râlé bruyamment. Ce qui avait fait cesser les tirs quelques longues minutes. Puis ça avait repris .  Et moi aussi .  Jusqu'à ce que, comprenant que la nuit serait à l'avenant ,  je décide de partir  à 2h15. 

Le veilleur de nuit n'avait pas aimé que je lui apprenne que je ne paierais pas. Il allait appeler la police.  J'étais d'accord et j'avais attendu. 

C'était la possibilité d'une chance sur 500.000 pour qu'un policier écoute poliment mes explications et demande poliment au veilleur de nuit de le laisser inspecter son local de repos de nuit où se trouvait le matériel de tir. 
Et immédiatement  le veilleur de nuit avait changé de stratégie , passant  de   la menace à de  l'auto-apitoiement. 
Je préférais la police.. ça ne lui plaisait plus et il s'était fâché d'un " DEGAGE" tutoyeur. 

Alors que je rentrais doucement vers le 22, une petite voiture noire avait filé comme une folle rue de Vaugirard. Peut-être pour rendre le matériel.  Car une fois chez moi, j'avais eu droit aux tirs à travers le plancher  de celui qui se croit au stand de tirs  d'une fête foraine depuis 2 ans. 
L'inconnu de la police.

Finalement , ma voiture était en pre-fourrière ,  seule dans le grand box A 12. 

Je l'avais stationnée le  20 au matin à 9H45. Elle avait été enlevée à 10H43. Sans préavis . Aucune étiquette de demande d'enlèvement collée sur une vitre. Privilège de la police du XVème.

Bd Pasteur , à l'exacte  place de mon véhicule et autour ,  il y avait eu  une foultitude de voitures  toute la journée et toute la soirée suivante. Autant  de possibilités ratées  de  faire rentrer 146 euros + 35 euros d'amende, dans les caisses de l'Etat  fauché.



Ma voiture propre m'avait été rendue  presque sale, avec tout un enchevêtrement de toiles d'araignées accroché aux rétroviseurs extérieurs. 

Comme si , entre son enlèvement de l'air libre , à son enfermement dans le parking de la Préfecture large et haut de plafond , il y avait eu  en plus un passage dans un endroit intermédiaire. 

La nuit suivante, les tirs d'ondes soniques ( modérés)  de réveil à 2h du matin puis  à 5h30 semblaient venir du dessous du véhicule . 

Une observation attentive de l'endroit d'où ma voiture a été  (seule ?)  enlevée à grands frais pour moi, montre un encombrement constant de véhicules .


même endroit 21-8  au soir

même endroit 22-8 , 6h33 

même endroit 23-8, 9h27

même endroit 23-8, 18h30

même endroit 28-8, 15h46

 même endroit 28-8, 18h31