jeudi 29 décembre 2016

Harcèlement criminel caché


Ceci  ci-dessus, représente la carte des endroits où j'avais essayé de fuir pour me protéger du harcèlement électronique systématique  , durant ces presque  5 années écoulées,  et bien que le début de ce type de harcèlement électronique soit bien antérieur.

Avant ces presque cinq années de torture systématique, le harcèlement électronique était ponctuel, destiné à me faire "rater" quelque chose.

Dans chacun de ces endroits et pays indiqués ci-dessus  , le harcèlement électronique était prêt et  avait été mis en action dès ma première nuit.
C'est  possible et facilité , par un espionnage systématique.

Comme certaines cibles qui le racontent volontiers  , l'impression dominante lors de ces déplacements  faits avec mes packs de gel, est que la bestialité et la férocité de ce harcèlement électronique  est en général immédiate et plus  directe et manifeste , ailleurs.



La carte ci-dessus indique les endroits et pays ou le harcèlement en réseau avec vols et dégradations en sus, avait été mis en place de façon tout aussi systématique ,  souvent dès la sortie de l'aéroport.
A cause de mon immense surprise renouvelée,  et parce que je suis Madame Tout le Monde , tout cela avait été  raconté,  souvent maladroitement, au rythme des étonnements et découvertes,  dans divers blogs .


4 de ces blogs  ont disparu du net . A ce jour , il  reste encore 3 blogs.


Comme toutes les cibles de cette horreur , et bien que sachant qu'il s'agit d'une entreprise au-délà de mes moyens  d'investigation , j'avais malgré tout essayé de chercher X , l'inconnu qui se cache derrière tous les crétins à mentalité de djihadistes , prêts à martyriser et faire souffrir une inconnue , sans importance, sur la base du premier bobard qui leur donne l'impression d'être intelligents ou uniques.

Et j'avais eu moins de chance que cet élève de CMX (1ou 2, j'ai oublié)  .... qui lui, a tout de suite trouvé.

http://lezarceleurs.blogspot.fr/2016/07/individus-cibles-le-programme.html

lundi 26 décembre 2016

Harcèlement criminel électronique et immobilier


Pour mémoire, le harcèlement électronique criminel est partiellement constitué par un phénomène qui utilise de l’énergie immatérielle pulsée. Cette énergie  vise une cible, chez elle, à l’hôtel  ou dans sa voiture,  pour la faire souffrir, la faire taire, la rendre folle ou la pousser au suicide, quand les autres moyens de pression psychologique en réseau, ont échoué.

Un endroit idéal pour mettre cette activité criminelle en action,  est l’immeuble où habite la cible . Ce faisant, les réseaux criminels concernés et employés pour faire subir l’innommable à un être humain, espèrent déloger la cible qui leur a été désignée comme pouvant être martyrisée à volonté et en faire ainsi un paria.

Les cibles de ce système de rejet de l’autre peuvent aussi garder en mémoire qu’outre les psychopathes qui les tirent comme des lapins,  des magistrats prêtent également main forte à ces réseaux.

Pour faire face au harcèlement criminel de voisinage mis en place dans un immeuble  , il y a cependant plusieurs instances qui peuvent d’abord être sollicitées pour remplir leur rôle légal. Ce qui permet aussi,  en fonction des réponses obtenues, de déceler à quel niveau se situe le harcèlement criminel électronique de proximité  concerné.

1° le SYNDIC , qui est souvent une société . Le syndic  est alors  extérieur  à la copropriété . Il a deux fonctions :
- la gestion financière de l’immeuble
- le respect de l’application des règles inscrites dans le Règlement de copropriété et que les propriétaires se sont aussi engagés à respecter, par signature devant notaire.

L'adresse et les coordonnées d'un SYNDIC , sont en général affichées dans  le hall d'entrée d'un immeuble . Sinon, elles peuvent être demandées à un copropriétaire.

Le RÈGLEMENT  de COPROPRIÉTÉ comporte  toujours  une rubrique qui mentionne les nuisances de voisinage non admises au sein de l’immeuble.

Le SYNDIC a l’obligation , par contrat , de faire respecter les termes de cette rubrique  et donc  la jouissance paisible  d’un appartement , même pour un locataire. 
Le locataire est l’ayant-droit du propriétaire en la matière.

La copie de cette page concernant la jouissance des parties privatives  et les nuisances inacceptables ,   peut être réclamée au propriétaire  ou au bailleur ( dans le cas d’une location) 
Pour les propriétaires qui ont égaré ce document, il y a possibilité d’en faire une copie à partir du document  d’un autre propriétaire.

2° pour un locataire, le BAILLEUR , qu’il soit propriétaire ou gestionnaire de biens, a le devoir d’assurer la jouissance normale et paisible du bien, en contrepartie du paiement du loyer.
Il doit donc tout mettre en oeuvre en prenant contact avec le SYNDIC, le CONSEIL SYNDICAL voire en portant plainte auprès de la POLICE  ou de la GENDARMERIE pour que les auteurs des nuisances électroniques soient contraints de cesser leurs activités cachées, mortifères

3° Le CONSEIL SYNDICAL comprend des  propriétaires , représentants élus par les autres copropriétaires, pour représenter les intérêts de tous les autres . 
Son seul rôle consiste à surveiller que le SYNDIC remplit bien sa fonction.

Le CONSEIL SYNDICAL a donc le droit et le devoir d’exiger du SYNDIC qu’il fasse respecter les termes du Règlement de copropriété . Cela signifie qu’il doit lui demander de faire cesser les nuisances de voisinage incriminées, après que le bailleur se soit manifesté auprès de lui, en ce sens. 

Une victime de harcèlement électronique criminel caché a donc intérêt aussi,  à prendre contact avec ces trois entités, au nom du respect du Règlement de copropriété qui s’impose à tous.


Il ne faut négliger aucune action de base pour faire connaitre,  reconnaitre  et dénoncer le harcèlement criminel de proximité  qui est une horreur restée trop longtemps cachée et dont usent et abusent des criminels et des escrocs qui ne respectent ni la loi , ni les droits des autres mais qui exigent pourtant des paiements .

Réactions et provocations - HCR

HCR = harcèlement criminel en réseau 

Ce qui suit  peut présenter un intérêt  relatif pour ceux que le harcèlement criminel caché laisse pantois, dubitatifs ou déboussolés.

Il indique , à condition de l’admettre,  les réactions immédiates et coordonnées du réseau , et au final criminel ,   des imbéciles manipulés et des manipulateurs intermédiaires  sadiques et vicieux, qui polluent toutes les villes de France . 

Ces réseaux existent parce qu’ils sont protégés et/ou mis en action par des autorités constituées.

Comme pour beaucoup de cibles, la mise en ligne d’un article racontant  un épisode de mon histoire  est presque toujours suivie d’une réaction/provocation délinquante et/ou criminelle  adaptée. Souvent un matraquage de signaux ordurier, confié au sadique  ou psychopathe de proximité 

Les membres de ces réseaux sont à l’affût  d’informations pouvant permettre une réactivité destinée à surprendre la cible  , et  qui semblera ou ressemblera pour une victime isolée ,  à un coup du sort et à une spirale d’évènements improbables,  imparables.

Cela est possible ,  parce qu’une foultitude  de crétins est  disponible pour le faire,  et que cette foultitude de crétins est protégée. Mais aussi et surtout parce que ce type de situation  n’a  jamais  été traitée à sa juste dangerosité,  puisque niée. 



Ce jour de Noël j’avais attendu la fin de journée pour dégotter un point presse  près du remblai , et acheter un journal du jour. 

Ça valait le jus. Le n° d’ Aujourd’hui en France du jour de Noël nous présentait entre autres, les aventures du jeune marin breton Guirec  Soudée , et de  sa poule Monique, sortis indemnes  du dédale des iles arctiques du grand nord canadien . 

Photo partielle de l'image proposée sur Aujourd'hui en France 

Pour les beaux yeux de sa chère Monique , et sans doute  pour éviter de devoir  la zigouiller,  le jeune marin breton  avait menti aux douaniers canadiens  en prétendant que Monique  n’existait pas , et qu’il n’avait pas non plus d’arme. Ce qui l’avait mené tout droit « au trou » pour quelques heures. Mais aussi sur un plateau TV canadien d’où ce jeune aventurier de 24 ans, fan d’une poule de luxe ,  avait fait le buzz.

C’est  bien  plus drôle que ce qui suit.

Donc en chemin ,  à pied , à la recherche d’un journal, j’avais eu droit au  type seul en maraude et  en voiture qui s’était arrêté soudain pour l’envoi d’un message téléphoné  après avoir repéré ou trouvé sa proie : moi . 
Ou encore, à cet autre qui m’ayant reconnue, avait lâché  le landau qu’il poussait en famille ,  pour s’éloigner de son groupe familial -qui ignorerait donc son activité de harceleur- pour lui aussi , transmettre son message au réseau. 
Que du banal .
Tout ceci ne s’observe qui si on fait attention sans le montrer.

De la sorte prévenus de l’endroit éloigné où je me trouvais , les délinquants  de proximité habituels étaient entrés chez moi . Il ou elle avait fourré dans un sac précis et  qui en contient d’autres , un pack de gel . Ce pack de gel  déposé ce jour de Noël, avait été volé dans mes affaires , quelques jours plus tôt. Il m’avait, par exemple, manqué la nuit précédente.

Compte tenu de la mentalité des imbéciles délinquants  locaux en réseau   , et de celle  des membres de ces réseaux de la haine français , accros de mes blogs,  on peut penser que ce retour d’objet , se veut une réponse à l’indication donnée dans un article précédent mentionnant ma boite crânienne encapuchonnée pour la nuit * (1) . Admettons. 

De retour  chez moi, à ma petite table de travail, j’avais eu droit à un matraquage  de signaux privilégiant  la fréquence 900 MHz *(2). C’était inhabituel.  
Alors admettons de nouveau que ce soit intentionnel et/ou destiné à prouver que la situation racontée à cet article récent, était entièrement voulue et préfabriquée. 

Mais cerise sur la gâteau, j’avais subi, une nouvelle fois en 48 h,  une douleur intense et prolongée très exactement sur le point indiqué « rate » de l’article précédent.

Là, ça pourrait  éventuellement sembler  un tout petit peu plus compliqué, sauf à comprendre que le logiciel paramètré qui le permet est entre toutes les mains. C’est probable. 

Et, cela fait suite à une autre situation à peu près  du même niveau de cette criminalité cachée., française et plus .... 

Après lecture de  l’article du blog de La Proscrite  * (3) mentionnant un épisode de sodomie électronique, j’avais écrit un commentaire  lapidaire et indigné sur les pratiques des sadiques et vicieux , adeptes du harcèlement  criminel électronique caché. 

Le soir même , alors que je dinais tranquillement en lisant le journal du jour, assise devant ma table, j’avais subi très exactement la même agression au niveau de l’anus 
, et que je connais bien pour en avoir été victime des dizaines de fois et depuis longtemps. * (4)

N'est ce pas, Marc LEVYSTONE ?










dimanche 25 décembre 2016

Retrouvailles d'un signal et d'un pied - HCE - Signal intelligent -




Retrouvailles avec le pied. ....mais plus exactement avec un point précis qui correspond à celui qui est indiqué « rate » sur cette image. 
Par ailleurs et grossièrement , on peut dire qu’un signal est un élément immatériel qui transporte une information  d’une source à une destination.
A ce stade de mon histoire, j’ignore, si le mot  « rate » a, ou non,  une importance. Wikipédia nous apprend cependant que la rate a pour fonction la transformation et la transportation de différentes substances et que c’est également elle qui construit les fondations pour notre existence.
Le même texte précise que son dysfonctionnement entraine des symptômes tels que: distension abdominale, diarrhée, douleurs épigastriques, flatulences et une sensation dans le corps peut apparaitre. Par ailleurs, des douleurs à la base de la langue, gonflement de la face intérieure des membres inférieures peuvent aussi indiquer un déséquilibre du méridien de la rate. 
Le point rouge sur cette image , désigne mon point de chute .
Pour cette nuit-là , encore , j’avais trouvé un endroit idéal: loin de toute antenne relais et sans WiFi. 
Après à peine deux heures de sommeil, j’avais sursauté sous l’effet d’un « bang » monstrueux . Cet éclatement  de bruit insolite m’avait fait prendre conscience d’une sensation de brûlure généralisée : le fameux coup de soleil en pleine hiver des EHS ( électro hypersensibles) qui ne laisse pas un centimètre carré de peau indifférent. Toute la surface du corps est douloureuse. 
Dans ma situation cela s’explique grâce à un cerveau détraqué volontairement par les  tirs ciblés des  criminels cachés du harcèlement électronique. 

Compte tenu du contexte de cet endroit hors de portée des signaux ravageurs de mes ennemis , une analyse des détails notés la veille s’imposait. Comme suit :

Une fois dans ma chambre , au premier et dernier étage, un petit coup d’oeil chanceux  par la fenêtre m’ avait montré l’arrivée d’une voiture de gendarmerie. Elle lambinait . Les pandores cherchaient ..... ce qu’ils avaient  finalement trouvé dans un parking privatif , fermé seulement par une grille : mon véhicule. Et ils avaient aussitôt accéléré et quitté l'endroit.
Cela indiquait peut-être qu’ils avaient un accès direct ou indirect au mouchard placé dans mon véhicule. Cette voiture était arrivée, en recherche évidente , environ 15 minutes après moi seulement .
Ça aurait pu ne pas être hostile. Rien de moins sûr.
Un peu plus tard, j’avais quitté l’endroit,  en voiture, pendant environ 1 heure . Le temps d’un repas. 
Temps suffisant pour, éventuellement ,  prendre contact avec la propriétaire des lieux, et/ou  installer un appareil à priver de sommeil.
Ce sont ici d’autres hypothèses, faciles à formuler à cause de l’habitude des agressions systématiques, pour privation de sommeil et souffrances en sus que j'observe depuis plusieurs années.
Mais revenons   au réveil brusque dans cet endroit loin de toute nuisance évidente. 
En cette fin de soirée , un coup d’oeil  au détecteur montrait des pulsations de CEM( champs électromagnétiques)   importantes et qui n’existaient pas à mon arrivée, sur la fréquence 900 MHz. 
Tout l’étage en était gratifié. Couloir ou salle de bain.
Et j’avais migré au rez de chaussé 10 fois moins exposé.  

Pour peu de temps. Une fois installée entre deux fauteuils et repérée, les zappings vers le cerveau avaient commencé. La cadence de ces zappings s’était très vite accélérée .  Trop. Cela  faisait donc penser à un appareil installé en proximité. Peut-être , en plus du reste .

Comme d’habitude , j’avais bougé d’un endroit à l’autre . 
Une fois installée ici,  ci-dessus, près de la porte d’entrée, un signal avait  presque immédiatement pris contact avec le point « rate » de mon pied, en m’infligeant une douleur vive, profonde et rapide. 

Et le zapping ( sensation de cisaillement)  vers le cerveau avait recommencé , accélérant sa cadence sitôt le repérage  du ciblage  confirmé. 
Mes ennemis m’avaient ainsi  privée de sommeil toute la nuit,  une nouvelle fois *(1), et avec souffrance infligée en sus , et volontairement, dans un endroit où aucun élément habituel extérieur ne permettait de l’expliquer . 
Le repérage s'était encore renouvelé quand j'avais regagné la chambre au petit matin , où le matraquage/cisaillement avait continué de plus belle..

Pour expliquer la présence du signal de 900 MHz repéré, avec CEM amplifiés et pulsés ,  on peut cependant penser à l’utilisation de l’antenne hertzienne de toit, utilisée comme canal, pour arroser tout l’étage  qui présentait les mêmes nouvelles valeurs CEM . J'étais la seule occupante. 
Avec des valeurs  CEM moindres en rez-de-chaussée, mais des zappings d’une autre catégorie de signal,  la probabilité d’un appareil à torturer, positionné en proximité  s’imposerait  assez facilement .
Le but pouvait être   de m’atteindre également  si j’avais eu l’envie d’aller dormir dans mon véhicule.
Il s'agit encore d'hypothèses, mais qu'il faut bien finir par formuler.

Effets de cisaillements du cerveau. 
Enregistrés dans la chambre.

* (1) Cette autre fois, j'avais été priée par des policiers de circuler,   alors que je stationnais sur un parking. Et puis , réflexion faite par l'un d'entre eux,  avait décidé que , SI,SI, je pouvais rester.
Et j'avais perdu connaissance assez vite,  sous  un matraquage féroce de signaux. Quand j'avais émergé , un peu plus tard, j'avais une sensation de tête "en béton" . Inutile de me parler, je n'aurais rien compris. Le retour vers le parking de mon immeuble avait été laborieux . On peut imaginer le pire.

Ces gens sont fous,  s'ils s'avèrent ,  même seulement indirectement ,  par leur vengeance en groupe,   être la cause d'accidents mortels , par manipulations  de ce type , et telles que toutes les autres qui font perdre les pédales, et  que racontent les cibles de harcèlement électronique.

https://lesharceleurs.wordpress.com/2014/01/01/employe-par-larmee/

vendredi 23 décembre 2016

Joyeuses fêtes, malgré tout



Joyeuses fêtes , malgré tout.

Le malgré tout est à l’intention des Individus Ciblés que les réseaux criminels  divers ou mondiaux n’arrivent pas à lâcher d’une fête ou d’un déplacement.

La preuve , pour ce qui me concerne, par un récent déplacement « ailleurs », dans un pays au régime de gouvernance tendance "très droite" mais où le harcèlement caché est tout aussi systématique , organisé et violent qu’en France.

Ce qui peut donner une information  importante sur l'origine de cette organisation à mes trousses . En France.



Joyeuses fêtes , donc, et pour ceux que ça tente, le temps d’une poignée de chaleur   autour d’une cheminée ou d’une cuisinière  en plein air. 

Et, joyeuses fêtes  surtout, à tous ceux qui croient au Père Noël. 



Avec une bonne nouvelle , confirmée cette année : la Mère Noël existe. En voici une ci-dessus.
Mais il y a en a plein d’autres.


Comme leurs compères Noël, elles étaient venues le 10 décembre, en lignes disciplinées , sur leurs motos joyeusement pétaradantes, pour s’occuper des cadeaux  à collecter et distribuer ou faire distribuer.


Ce 10 décembre, les mères et pères Noël des Pays de Loire réuni(e)s pour un départ des Sables d’Olonne (85)  , avaient été 1200  .  1200 gros cubes  au grand cœur mobilisés pour une cause . 

Ça s'arrose , non ?



samedi 17 décembre 2016

Individus ciblés - " Affaire vous concernant "

Dessin de Voutch
"Juste une question : pourquoi moi ?


L'intitulé de ce billet a été changé , pour qu'il soit plus facile à trouver, justement, en cas de besoin.

Dans les situations  de harcèlement en réseau  de nombreuses cibles  se retrouvent face à des  harceleurs décérébrés , qui se prennent pour des caïds et en profitent pour  brimer, insulter ,  injurier ou/et maltraiter , physiquement aussi , la personne ( cible)  sur la quelle ils s’imaginent avoir des droits.
Cela conduit parfois les victimes dans un poste de police ou de gendarmerie. Pas forcément de leur fait, mais parce que leur agresseur en titre aura saisi et déformé tout prétexte ou situation ,  pour porter plainte contre  « sa » cible. 
C’est un classique de retournement de situation très pratiqué et bien accepté par les forces de l’ordre , qui font  souvent semblant de  gober l’explication de l’agresseur qui se victimise.
Comme , par ailleurs et en plus ,  la tendance d’un groupe de plus de 2 personnes avec le même uniforme, et sans témoin, est d’avoir   une audace et une assurance redoutable, une cible convoquée dans un  bureau de ces représentants de l’Etat peut craindre,  à raison, une nouvelle  situation qui lui sera défavorable.
 Parfois bien pire, quand, brisant la neutralité qu’impose la fonction,  un de ces représentants de l’Etat se permet même de traiter une cible  en délinquante  comme si elle venait de chaparder des pommes dans le verger du voisin ( infantilisation) , ou comme si  elle ne tournait pas rond  ( insinuation  d’incohérence, de comportement anormal, ou de problème mental) , et transforme la victime en  bien plus qu' accusée du fait mentionné , en s'attaquant à sa personnalité même. ou à sa vie privée (santé).
Il est ainsi  souvent compliqué de faire face à des réflexions du type de  celle qui a   été rapportée récemment   adressée , par un audacieux policier, à une personne  mature.  " La prochaine fois ce sera l'hôpital " 
ou «  et il faut cesser d’embêter Mr le Procureur avec vos plaintes « .....quand on ne connaît pas exactement les limites que les représentants de l'Etat ne peuvent pas et ne doivent pas se permettre de dépasser.
On peut noter aussi ce classique d'un gendarme qui ,  après avoir sermonné une  cible victime de mauvais traitements , comme si elle en était responsable, avait déclaré  « et que je ne vous revois plus dans ce bureau »,  avant de renvoyer la cible à ses bourreaux. 
Ce qui avait fait ricaner l’ agresseur accusateur  de la cible et qui depuis n’a plus de retenue. 

Pour affronter ces situations , ce qui n’est pas forcément facile , si en plus la cible a été micro-ondée toute la nuit précédant  une convocation, et n’a donc pas sa présence d’esprit habituelle,  il faut  essayer  de garder en mémoire ou dans sa poche,  quelques éléments de base dont voici ci-après des rudiments.
et
et

En cas de convocation dans un poste de police ou de gendarmerie , il est recommandé , d'abord, d' avoir lu ceci : 
Il faut expliquer que les lois Françaises, comme les conventions européennes reconnaissent à toute personne le droit d’être exactement renseignée sur les raisons d’une convocation.
En conséquence, il serait temps de dire qu’une convocation ne peut vous être adressée “pour affaire vous concernant”.

C’est contre la loi et de plus stupide : si on m’adresse une convocation c’est sans doute parce que, d’une façon ou d’une autre, il a été considéré que cette affaire me concerne, non?
Mais en quoi “pour affaire vous concernant” me renseigne-t-il ? D’aucune façon. 
Or, la convention européenne des droits de l’homme (art 6) et l’article préliminaire du code de procédure pénale stipulent qu’il est fondamental de respecter l’égalité des armes en matière de procédure pénale.

“Affaire vous concernant” signifie que, moi, gendarme ou policier, je sais ce qu’est cette affaire, mais vous, simple citoyen, vous l’ignorez et, par ma formule, je décide de continuer à vous tenir volontairement dans l’ignorance de ce qui est supposé vous concerner ou vous être reproché.
L’équilibre des armes est donc rompu. C’est absolument contre le principe fondamental du droit des convoqués à être régulièrement informés.

La Convention européenne des droits de l’homme indique : Dans le cadre d’une procédure pénale, une convocation et une audition par la police ou la gendarmerie sont des actes de procédure pénale, l’expression ” droits de la défense “ désigne l’ensemble des droits reconnus aux personnes poursuivies ou simplement soupçonnées d’une infraction, à toutes les étapes de la procédure judiciaire : pendant l’enquête de police, l’instruction, le procès, et après le jugement dans le cadre de l’exécution des peines.

“affaire vous concernant” ne veut rien dire d’autre dans certains cas que: viens mon petit, viens, et tu vas voir ce qu’est l’effet de surprise!

1) Il est donc souhaitable dans un premier temps de ne pas se rendre immédiatement à ce type de convocation.
Certes, nous le savons tous, les gens démunis ne connaissent pas ou mal leurs droits et vivent dans une peur quasi permanente de la justice et de ses serviteurs, il faut donc les armer moralement pour les amener à faire respecter leurs droits.
Pour cela, dans un premier temps, on peut demander à la personne qui est tracassée par ce type de convocation, de ne pas se précipiter au commissariat ou à la gendarmerie. C’est l’erreur à ne pas commettre car on se présente alors en situation d’infériorité psychologique et il est capital, dans ce face à face entre un citoyen et les forces de l’ordre (et de répression) d’être, dès le départ, à égalité.

À la réception de ce type de convocation dans sa boîte aux lettres, sous la porte, ou remise au voisin pour déjà vous faire passer pour un potentiel coupable, il faut éviter de se précipiter. Un conseil éprouvé,  le citoyen convoqué peut téléphoner à la gendarmerie (ou à la police) et demander à parler au gendarme dont le nom doit obligatoirement être mentionné sur la convocation avec sa qualité soit OPJ (officier de police judiciaire) soit APJ (agent de police judiciaire). Dès qu’il a le gendarme en ligne, il faut lui préciser :

1 – je m’appelle untel, j’habite rue machin, j’ai reçu une convocation ainsi rédigée (affaire vous concernant) ;
2 – J’ai contacté mon conseil (avocat);
3 – je vous demande de bien vouloir me préciser les raisons précises de cette convocation.
En général, ça suffit pour que le gendarme les donnes.
4 – sinon, lui préciser que la loi (article préliminaire du code de procédure pénale) fait obligation de porter sur la convocation le motif exact vous concernant.
5 – si vous tombez sur un très rétif, et qu’il persiste à ne rien dire, lui dire le plus calmement du monde que vous allez en informer le procureur de la république et/ou votre avocat, ainsi que les associations de défense des citoyens, ligue des droits de l’homme, bref, il existe une panoplie assez complète.

Vous préciserez verbalement que vous ne refusez pas de déférer à la convocation, mais que conformément à vos droits vous demandez à être clairement informé du motif. Si cette action reste sans effet vous pouvez adressé un courrier AR au service de police ou au commissaire qui a émit la convocation avec copie au procureur de la république. Ceci prouvera que vous n’avez pas refusé d’être auditionné, mais que vous souhaitez d’abord être informé du motif.
Si le citoyen concerné est un peu plus maître de ses nerfs, de ses peurs, que les autres, lorsque le gendarme ou le policier lui aura donné le motif de la convocation par téléphone, il peut terminer ainsi : “je vous remercie et j’attends donc votre nouvelle convocation mentionnant le motif que vous venez de m’indiquer”

mercredi 14 décembre 2016

Nouvelle dégradation à Cap Olona


Cette paire de bottines avait été  réparée en novembre , par une cordonnière du Château. 
La paire rénovée  avait été rangée dans un meuble de la salle de bain. Avec 3 autres paires semblables , mais à la semelle  en moins bon état.

A mon retour à Cap Olona , après quelques jours d’absence, la meilleure nouvelle  paire présentait maintenant cette particularité : un découpage du nez 



Pour faire ceci , il fallait une nouvelle fois un  délinquant crapuleux (ou une délinquante) 
- qui entre chez moi avec des copies de clefs ,
- qui attend chaque moment ou opportunité pour s’acharner sur ce qui ne lui appartient pas , 
- qui habite forcément et de préférence tout près ,
- qui , à force de violations, connait le contenu de mon appartement  et de ses placards aussi bien que moi . 

Ce délinquant ( ou cette délinquante) à aussi et en plus , la particularité de confondre mon appartement avec la banque alimentaire.  
Pendant ses multiples violations de domicile , il ou elle se sert en produits de première nécessité , selon ses  envies ou besoins . Cela se fait toujours quand les pots ou flacons sont plus d’à moitié vides. 
Comme si la propriétaire des produits en question était devenue plus idiote quand les pots et bouteilles sont  largement entamés.

Les chaussures  sont un point d’attraction assez habituel des adeptes du harcèlement crapuleux en réseau . 
Des photos  de chaussures dégradées avec  un acharnement  remarquable ,  avaient été présentées ,   à l’appui de ma requête à la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) . On en voit une sur quelques photos à :


La CEDH  était alors présidée par le français Mr Jean Pierre COSTA. 
Mr Jean-Pierre COSTA qui sélectionnait les requêtes  régulières et admises  ,  avait décidé ici pour la mienne  , qu'au final  tout était normal.  
Selon lui, l’Etat français qui n’avait pas  traité le terrorisme de proximité  mis en place contre une citoyenne française  , s’était  conduit correctement . 

Mr Jean-Pierre COSTA avait par sa décision  absous tous les manquements des fonctionnaires d’Etat  français intervenus dans ce dossier  et qui  accumulait des pitreries  grotesques . 

La conclusion pourrait être qu'une cible  de HCR* est  AUSSI la cible  des employés de l'Etat, expliquant ainsi l'acharnement sans gêne et destructeur .... des adeptes de ce réseau en très proche  voisinage.

Pour le dire, Mr Jean-Pierre Costa avait choisi le juge de Tchèquie.





* HCR : Harcèlement criminel en Réseau

dimanche 11 décembre 2016

Le mouchard et les cinglés de Nantes (44)


Ma voiture était déjà depuis un moment sur le parking du B&B de Nantes Atlantique (44) .
La réception de l’hôtel n’ouvrait qu’à 17h , ce 3 décembre -là.

A 17h 10, le réceptionniste  de l’hôtel , avait enfin terminé sa conversation téléphonique pour laisser entrer la seule cliente  à attendre que j’étais.
L’homme , jeune , était  de sale poil. Il voulait plus que mon argent et ma parole: des preuves. J’étais dans son hôtel. Il exigeait . Maussade et agressif.
Ma demande d’une chambre le plus possible éloignée d’émetteur d’ondes avait obtenu sa réponse ricanée : ça n’existait pas.
Et il m’avait attribué une chambre tout près d’un spot WiFi, face à une antenne relais.
Juste à l’inverse de ce que demandais.
Le constat avait été fait après paiement. Trop tard.

Merci qui ? 


Les grands gars qui suivent mon véhicule à la trace GPS/GSM et qui  avaient passé un coup de fil au réceptionniste à l’heure où il aurait du ouvrir sa porte.




Et j’avais une nouvelle fois opté pour une nuit en voiture. Sans grande illusion.
Le premier endroit trouvé était idéal: peu exposé en CEM ( champs électromagnétiques) . 
Mon moment de paix avait  été bref : le temps que les cinglés de Nantes et autres  harceleurs en voiture du coin soient contactés  par mes ennemis et se mettent en chasse pour activer dans mon véhicule   des décharges  électromagnétiques par GPS ou antennes GSM.

Comme d’habitude, tout changement de place avait été suivi d’une course effrénée de grands gars aux belles voitures et aux airs de bons pères de famille, parfois en couple. 

Comme souvent, après plusieurs déplacements qui les  avaient excités, ils avaient abandonné leurs  recherches  de cible  et leur harcèlement en groupe , avec activations de déflagrations électromagnétiques ,  au petit matin.
C’était le ouiquende, ils allaient pouvoir bien dormir , après avoir bien rigolé.


A ma connaissance, cette voiture est  la troisième à avoir été dotée dès l’origine d’un traceur.

Je n’avais pris conscience de cette absence totale de liberté, par mouchard interposé ,   qu’au moment de l’achat d’une Rover, chez le concessionnaire d’Angers (49)  . Ce dernier avait retardé la mise à disposition du véhicule de façon indécente, avec des prétextes abracadabrantesques . 
Le mouchard  d'alors avait manifestement été installé par ce garage , puisque le véhicule et les bagages qui s’y trouvaient , avaient été fouillés dès mon premier stationnement à Angers (49) . 
Puis à Paris , dans un quartier loin du mien.

Une Peugeot achetée  à  Nogent le Rotrou  (72) avait également été piégée dans le garage où j’étais venue la chercher . Elle avait été suivie immédiatement. 
Là encore ,  chez le concessionnaire, on m’avait fait  poireauter sans raison. Ce qui m’avait permis de voir débouler deux jeunes types qui avaient foncé vers l’atelier , sans passer par la case réception . Mon véhicule avait été sorti du garage sitôt après leur départ. Et le gérant du lieu, que je voulais rencontrer,  était allé s’enfermer dans les toilettes . Les ouaouas.  Les WC . Les cabinets . 


Tout cela avait déjà été raconté dans des blogs précédents et explicité auprès de représentants de la justice française.

Et ce mouchard  renouvelé sur des véhicules successifs, explique bien sûr des tas de situations ou anecdotes  improbables, dont des barrages et contrôles de gendarmes en tous lieux bizarres comme :
- dans le bourg de TIGNE (49) désert
- dans le bourg de COMBOURG également désert en hiver
- sur une route de campagne ,  déserte  en plein été , et alors que des infractions devaient se commettre en pagaille sur les axes routiers surchargés ....

La présence d'un mouchard, mis par des commerçants complices et  devenus criminels ( HCE)  permet aussi de comprendre  d'autres faits tout aussi surprenants :

- Partant  de Paris , tard le soir, des gars de la sécurité routière ( autoroute) avaient affiché sur un panneau réservé à des annonces de sécurité générale, l'immatriculation de mon véhicule d'alors , avec en dessous, la mention "TROP VITE" 

La fois suivante, "TROP VITE", avait été remplacé par "TROP PRÈS" 

Récemment , ça avait été une autre imbécilité du même tonneau, également racontée sur ce blog.

- La fois  où j'avais traversé GREZ NEUVILLE, le village de Gérard BOUGET , alors au travail à la caserne ÉBLÉ d'ANGERS (49) , mon portable avait aussitôt été appelé par la gendarmerie locale.( intimidation ?)

- La fois, où j'avais essayé de rencontrer mon co-héritier qui me boudait, ça avait été pour voir des gendarmes sortir de chez lui et tous les stores de la maison se baisser.....etc....

Il faut savoir , en complément,  que ce type de mouchard  peut donner les excès de vitesse  de la cible en temps réel, et permettre aux joyeux pandores, avides de vengeance en bande organisée, de positionner des radars qui boulotteront l'argent et les points du permis de leur victime .



vendredi 2 décembre 2016

Un accident raté - HCR


HCR = Harcèlement Criminel en Réseau 



"On peut rouler combien de temps ou combien de kilomètres  à 110 avec ce genre de trou ?"
La réponse du garagiste avait fusé «  rien du tout « 

Finalement ,  quittant le parking du resto où j’avais déjeuné , ma vaillante voiture avait réussi à faire  environ 300 mètres,  avant de s’effondrer sur son avant gauche.
L’enjoliveur  avait mordu le gravier , le temps de quitter ma file  et la circulation de ce boulevard circulaire.


La coupure du pneu montrait la détermination des harceleurs de Cholet (49)
Les éraflures de l’enjoliveur  étaient 
- soit un mauvais maquillage du méfait , 
- soit le résultat  de l’agression des   graviers.

Un employé de la ville  en voiture de fonction et qui passait  justement tout près m’avait indiqué un garage MIDAS à un kilomètre.
Pas de chance: MIDAS n’existait plus. Devant ce qui l’avait été, un nigaud attendait , tout sourire.
Un peu plus loin, il y avait SPEEDY. Un grand souriant y était entré sur mes talons. Il s’était collé près du comptoir  avec des mimiques bizarres pour le patron du lieu.
A ma demande, un employé avait voulu utiliser internet pour m’aider à préciser une adresse . Niet . Le patron avait refusé. Le grand souriant souriait toujours. Moi aussi. Pour remercier d’avoir utilisé le téléphone de la boutique.

Pour les cibles de ce type de méfait , on peut dire ici qu’il y a deux possibilités quand à l’information de ce déplacement  qui avait donné lieu à un problème fabriqué et  survenu loin de chez moi.
- un mail  envoyé la veille à une amie  avait indiqué ce déplacement .  Ce qui supposerait un cyber-espionnage de mes  correspondances par mes ennemis , facilitant ainsi le préparation de méfaits  . Pour la suite, il aurait suffi d’une surveillance en voitures relais et jusqu’au parking du resto.
ou bien 
- la présence d’un balise sous mon véhicule ,  et qui  avait donné sa position à un ou deux mètres près , lors du stationnement . Il suffisait , ensuite  et  en plus ,  d’avoir eu l’info de l’immatriculation du véhicule pour passer à l’action du coupage du pneu . 

C’était  une affaire simple  à deux ou trois compères/harceleurs habitués . 

Pour ce qui est des deux zygotos en position devant Midas et chez Speedy, on peut penser qu’il s’agit des mêmes , les découpeurs ,  prévenus  de ma direction par l’employé de la ville. Ils s'étaient  montrés avec plaisir et  avec insistance ,  comme le font souvent les harceleurs . Cela entraine  doute et  confusion  pour la cible. Eux , par ailleurs, jouissent de leur méfait ,tout en étant  in-accusables de quoi que ce soit . Bien entendu.

Cholet (49) , où j’avais fait cette pause déjeuner, qui m’avait valu cette nouvelle saloperie des gars en bandes organisées des Pays de Loire ,  est aussi la ville où avait travaillé mon actuel voisin, tortionnaire corse des Sables d’Olonne . Celui du A221 .
Ce voisin  ne laisse pas une nuit sans tirs d’énergie vers ma tête. 

Une tête devenue  maintenant tous les jours ,  la tête des mauvais jours 

Il y a ici , comme dans beaucoup de situations de harcèlement en réseau,  préparation et préméditation, connivences, complicités,  et acharnement .

Normalement , sauf duplicité non décelée, ce  nouveau méfait ne rapportera strictement rien aux participants,  sur le plan financier. 
Ils auront  eu l'immense  satisfaction et l'incroyable  plaisir sadique  gratuits, d’avoir pourri la vie d’une cible et de lui avoir occasionné de nouvelles dépenses.  

dessin de Voutch

lundi 28 novembre 2016

Ultrasons - EEG - Une nuit , côté cuisine

cartoon proposé par Eleanor White *(1)

Mon lieu de couchage improvisé en cuisine , était devenu insupportable à partir de 2h du matin. Des sons pulsés ressentis dans la boite crânienne , faisaient sursauter le cerveau  sans répit.
 Le bonnet des électrodes EEG  avait remplacé fissa  les packs de gel autour du crâne pour une vérification de ce qui se passait dans le ciboulot douloureux. Voici un aperçu de décharges électriques dans le cerveau au moment de la douleur .  En  lecture accélérée.

J’étais là dans la cuisine,  sur un couchage de fortune , et qui m’avait évité la veille ,  les habituels nuisances  de tirs d’énergie en chambre. Mais là, c'était soudain devenu quasi insupportable. 


Le détecteur d’ultrasons, paramétré en recherche entre 50 kHz et 70 kHz était  posé sur le meuble . Ainsi situé  d'abord  en hauteur,  il montrera ceci :


Une fois posé au sol ,  le changement était comme suit .


L’enregistrement  bloqué sur « hold »  donne  la densité de puissance (nT) la plus élevée enregistrée  en 65,6 kHz. Il montre aussi une fréquence  intermittente et pulsée de 68  kHz

Pendant ce temps-là , les quelques rares  hautes fréquences pulsées et enregistrées au-dessus du barda,   étaient ainsi :



Extrait de Wikipedia sur les ultrasons : 

Auditory sensation can occur if high intensity ultrasound is fed directly into the human skull and reaches the cochlea through bone conduction without passing through the middle ear. 
The principle behind a pulsed ultrasonic technology is that the transmit signal consists of short bursts of ultrasonic energy . After each burst, the electronic looks for a return signal with a small window of time corresponding to the time it takes for the energy to pass through the vessel . Only a signal received during this window will qualify for additional signal processing.
The extra- aural ( unrelated to hearing) bioeffects on various internal organs and the central nervous system included auditory shifts, vibrotactile sensitivity change, muscle contraction, cardiovascular function change, central nervous system effects, vestibular ( inner ear) effects and chest/lung tissue effects.


Tests performed on mice show the threshold of both lung and liver damage occurs at about 184 dB. Damage increase rapidly as intensity is increased .

voir aussi  :

lundi 21 novembre 2016

Arc de feu à l'ARC EN CIEL


L’arc de feu est une désignation imagée pour caractériser l’énergie qui avait soulevé  le matelas de ma chambre d’hôtel, et moi avec . Chambre 19.

La narration suivante  montre l’organisation facile du harcèlement en bandes organisées , avec un peu de technologie et beaucoup de complicités cachées . 

Cela se passe dans une petite ville de province française ( Les Sables d’Olonne) où des acharnés fachos , ne savent pas qu’une femme est un être humain comme les autres et qui a le droit au respect de ses droits et de sa vie privée  . Sans parler de sa santé ! 



Ma voiture avait été laissée 1 km plus loin. En zigzagant par les rues étroites  de cette ville, j’avais atteint l’ARC en CIEL, un joli  petit hôtel proche de la mer et  qui émerge d’un coin de rue.

Avec une identité tronquée et un paiement en espèces, j’avais tout bordé en matière d’anonymat.  
Le directeur adjoint de l’hôtel m’avait accordé la chambre 32. Clé en poche , sans visite préalable , j’étais repartie.

Mais, semble-t-il , dans cette ville encore, une cible reste la cible de tous.  Surtout de ceux qui transgressent leur qualité ou leur fonction, assurés de la couverture de  leur bonne réputation habituelle .



Le soir, sitôt sortie du  parking en sous sol de mon immeuble, j’avais fait face à une caravane de harceleurs en voiture. Dont le très énervé 44, de la rue de la Bonne Vierge, et qui faisait vrombir son moteur de plaisir quand il me croisait de nouveau.

Il y avait donc, à Cap Olonaune forme d’ alerte qui signalait mes sorties en voiture. Selon mes  nombreuses observations et détections , elle serait  aux mains du jeune portugais G33, aux airs d’enfant de chœur. 
Celui-là même qui était  entré   dans mon appartement la nuit avec ses copains voyous, et  alors que j’étais  dans mon lit.

Pour ce soir du 18-11, ma voiture avait été stationnée à une bonne centaine de mètres de l’hôtel Arc en Ciel. Le directeur adjoint était dans la rue à téléphoner .  
Besoin de discrétion  Mr Rocheteau ? 

La chambre 32 s’était avérée  particulièrement chargée en champs électro magnétiques , m’incitant à demander immédiatement un échange. 

La jeune femme de la réception avait proposé la 06. 
Refusé par l’adjoint à la direction, qui avait pris les clés des chambres 19, 22 et 23 pour m’accompagner. 

Les spots WiFi étaient dans les couloirs. La chambre 19 , en était la plus éloignée. C’était OK. Elle était située juste au-dessus de la 06, qui était donc VIDE d’occupant. J'apprendrai le lendemain de la gérante, que la chambre au-dessus était également vide. Ce qui permet une déstabilisation par la technique de l'étau.*(1)

A ce stade, le soir du 18-11,  seuls les deux jeunes femmes de l’accueil et l’adjoint du directeur connaissaient mon numéro de chambre.

Dans la chambre 19, j’avais assez peu attendu , avant d’être soulevée avec le matelas par une poussée d’énergie venant du dessous.


La détection avec l’appareil posé au sol et muni d’ une antenne omnilog donnait ceci  ci-dessus :
Ces valeurs  auraient été multipliées  de 4 à  5 fois   par  une détection faite avec une antenne directionnelle.

Cela avait continué avec ceci :



et cela :


avant que ne commencent  les  sifflements pulsés,  façon  D. STEFANE 

.Les cons pions de cette ville étaient, une nouvelle fois, en mode pleine expression,   par complicité de transgression de personnel interposée.

Ici, comme souvent , il y avait double tromperie : 
- escroquerie d'un client qui paie une prestation transformée en torture et mise en danger de sa santé.
- tromperie à l'égard de l'employeur dont la réputation souffrira  de l'inconséquence de son employé.

J’avais quitté  l'hôtel Arc en Ciel pour ma voiture.

Là, les tirs d’énergie par déclenchement du mouchard GPS , planqué dans mon véhicule et non localisé à ce jour , avaient commencé. 

Et,  chaque déplacement  de mon véhicule avait été suivi d’une farandole de voitures  de cons   harceleurs , dont le devenu habituel de Cap Olona,  AV ---MM. 

Interrogée le lendemain, la gérante apparemment incrédule de l’ARC en CIEL , avait déclaré avoir toute confiance  dans ses  collaborateurs. 

Pour le matelas soulevé et moi avec , elle avait émis l’hypothèse d’un dérèglement des spots WiFi ou autre.


Ce qui signifierait, si je comprends bien la logique  de cette hypothèse  que je serais responsable d'attirer des tirs d'une énergie qui viendrait se mettre juste à la verticale en dessous de l'endroit où je me trouve . 


Fortiche ? non ? 

A défaut de preuves et  de détections, c'est ce qu'une cible de cette forme de criminalité cachée  obtient comme réponse. Ni excuse. Ni réparation.





Comme le montre cette nouvelle anecdote criminelle , 

les femmes cibles  de harcèlement criminel global de ce pays, sont 


tout particulièrement  en danger,  par négation de leurs droits et de   ,
leur liberté et par intrusion systématique dans leur espace privatif. 


Le 25 novembre de chaque année est un moment pour le faire 

savoir et le dénoncer, et enclencher une spirale vertueuse grâce

à toutes les personnes de bonne volonté.