samedi 24 novembre 2018

25 novembre - 1- Violences de femmes contre une femme - Carine HALLEY


Carine HALLEY est le « poids lourd » du TGI des Sables d’Olonne ( 85)  responsable de maltraitance  supplémentaire sur une  femme victime  de harcèlement global et de torture.

Pour punir une victime qui résistait   et insistait , Carine HALLEY avait travesti ses préjugés petits-bourgeois et corporatistes , en décisions de justice. 



Corine HALLEY , procureure, avait succédé à Gilbert LAFAYE . 
Gilbert LAFAYE avait pris l’habitude de  classer  mes plaintes , sans préciser lesquelles ,  en me traitant de malade mentale,  mais sans être capable de produire un certificat médical  en ce sens.. 

Pour se débarrasser de ma plainte avec constitution de partie civile ( CPC ) contre Isabelle BLAINEAU, Carine Halley avait usé d’une grosse ficelle . Elle m’avait  faite convoquer par une  fliquette puis par  une gendarmette,  sur la plainte simple qui relevait d’elle seule et , comme si la plainte avec CPC n’existait pas. 
En acceptant cette situation, je lui  aurais permis de prendre la décision de classement, illlico. 

J’avais au contraire multiplier ma  plainte avec CPC, par 3. Autres et distinctes.

Carine HALLEY ne voulait pas de 3 plaintes avec CPC , et avait  fini par montrer ses couilles pour écraser une malheureuse victime  "sans dents"  ( 3)  et déjà à terre.



 Il se trouve que,  chacune à sa manière, ces plaintes mettaient ,  en évidence la participation active et violente ,  de représentants de l’Etat , à mon harcèlement criminel global.

Mon insistance à maintenir mes 3 plaintes,  avait obligée  Carine HALLEY à une nouvelle feinte en 3 étapes :
- le torpillage de ma plainte avec CPC contre I. Blaineau , par la juge Pauline BOULESTREAU surveillée par une auditrice de justice sans subtilité, 
- le torsadage  des trois plaintes en une seule plainte,  et  par la seule décision  incohérente de Carine HALLEY
- le refus d’informer global les 3 plaintes devenues UNE ,  sous un prétexte concernant la première des plainte et  mariée aux deux autres par Carine HALLEY.

Carine HALLEY , protectrice de  faussaires, et   d’ escrocs en bandes organisées avait ajouté sa violence à celle de ses criminels  amis  qui font torturer des femmes pour leur faire perdre les pédales, les montrer  comme /et faire passer pour , voyoutes et/ou cinglées,  et les faire taire tout en les dépossédant de leurs  droits et de leurs avoirs.




Dans le système appelé l’ORGANISATION  qui stigmatise des  cibles , ici une femme ,  et viole leurs droits constitutionnels , Corine HALLEY est un pion de poids .
Comme les autres, elle est une complice active des violences faites aux femmes et responsable de la pérennisation de ce type de situation et phénomène. 



jeudi 22 novembre 2018

Des violences de femmes contre une femme. - Soizic HELLEUX


https://etouffoir.blogspot.com/2016/10/madame-la-presidente.html

Dans le cas d’une cible de harcèlement criminel global , l’information  prise en amont , sur toute situation, toute obligation ,  toute échéance , ou  tout projet de la cible ,  est la matière première  de base. 

Cette information obtenue  le plus souvent à la source , par subtilisation de courriers et documents, et  par cyber espionnage,   permet la préparation  cachée des  sabotages et torpillages de tous les évènements de la vie d’une cible. 

Pour obtenir ces informations le réseau crapule-criminel français pratique beaucoup le vol des documents sur place , dans l’appartement sans cesse violé de la cible . Ainsi,  des documents  nécessaires ou indispensables disparaîtront des dossiers,  dans son appartement, quelque temps avant que la cible ne les recherche pour les utiliser ou les présenter. Sans pouvoir les trouver et les produire. Naturellement. 


Pour parfaire la présentation ridicule d’une cible  qui passera pour cinglée ,  le réseau crapulo-criminel travaille simultanément à son affaiblissement physique et cérébral . Cela  se fait en général  par  un accroissement  du harcèlement électronique . 

Ce harcèlement électronique ou torture électronique est souvent  intensifié dans une période préparatoire  à un évènement , sous forme de torture cérébrale par signaux pulsés.
A la souffrance provoquée,  celle du cerveau dans mon cas, il s ‘ajoute la privation de sommeil , qui entraine la perte momentanée ou définitive  des facultés  de résistance et des facultés cognitives . 

C’est ce qui s’était passé avant « mon » assignation d’Isabelle BLAINEAU devant le Tribunal d’Instance des Sables d’Olonne, ( où , en plus, Thomas ROUBERT me réclamait dans ses conclusions, un document qui avait été volé chez moi)

Quelques jours et nuits, avant la date de l’audience, le bombardement de signaux pulsés avait redoublé. J’étais épuisée, vaguement hagarde  et malade. Ma seule respiration provoquait des quintes de toux insensées . 

Il convient de préciser , par ailleurs, que pour gagner du temps de compréhension des plaintes présentées, de nombreux juges acceptent un briefing d’avocats. Je n’en avais pas. Isabelle Blaineau : SI. 

Le comportement de la juge Soizik HELLEUX qui m’avait traitée en voyoute d’entrée de jeu, me coupant la parole en continu et contestant mes  tentatives d’ argumentation  sans les écouter , montrait un conditionnement réussi de l’équipe de Thomas ROUBERT, représenté par sa collègue locale minaudante.

La finale était à l’avenant . Soizic HELLEUX sur-jouant une sévérité  imbécile de patronne ou de dominante pour me persuader de  ma pseudo-voyoucratie ,   m’avait traitée de faussaire En audience publique. Elle avait osé........ déclarant de ma fabrication ,  des images médicales d’EEG . 

Soizic HELLEUX, déchainée , avait fait son théâtre de boulevard, sur fond de mépris colérique , expédié en pleine tronche de "sa" victime  (moi) , en audience publique. 

Soizic HELLEUX  avait fait aussi le délice   de la collègue de T. ROUBERT, qui, après m'avoir traitée de malade mentale,  continuait de se dandiner en minaudant et réclamant "mon" paiement de cette procédure ...... de faussaire. 

mercredi 21 novembre 2018

Violences par des femmes, contre une femme - Isabelle BLAINEAU


Isabelle BLAINEAU avait acheté cash, un appartement à Cap Olona, Les Sables d’Olonne (85). 
Elle en avait confié la location à un gestionnaire-promoteur-banquier , bienfaiteur de la ville et ami du maire;
Dans cet appartement , tout au gaz, j’avais été privée de gaz pendant 10 jours , en plein hiver : pas de cuisson possible, pas de douche, pas de chauffage.
Ma demande de compensation financière avait été refusée par le gestionnaire.

Cet appartement avait un avant-goût de l’enfer. J’y étais torturée , nuit et jour, par des signaux pulsés qui privaient de sommeil et dégradaient chaque jour un peu plus ma santé.

Le gestionnaire avait écrit que cela se faisait par les canalisations électriques , mais qu’il n’y pouvait rien. 

Effectivement. Il n’était pas mon bailleur. Son contrat de bail était faux. et par voie de conséquence celui d’Isabelle BLAINEAU aussi .

J’en avais référé à isabelle Blaineau, que j’avais commencé à payer directement en qualité de propriétaire susceptible de faire respecter le Règlement de copropriété qui interdisait d’irradier les voisins. Isabelle BLAINEAU avait refusé mes chèques. 

Isabelle BLAINEAU est une grande dame , seule propriétaire de son bien, et qui parle  royalement à la troisième personne 
«  Nous avons choisi de passer par un gestionnaire « 
«  Voyez avec notre agent » 

Isabelle BLAINEAU est cadre administratif , donc une personne instruite, et capable de lire et comprendre ce qui est acceptable, normal, réglementaire et légal.
Isabelle BLAINEAU me devait l’usage normal d’une location dont elle avait refusé le paiement.

Au bout de quelque temps, sans  contrat ni qualité de bailleur pour le faire, elle m’avait assignée en justice , pour paiement expulsion. 
Isabelle BLAINEAU avait obtenu tout ce qu’elle demandait , dont l’expulsion .
Isabelle BLAINEAU avait chargé Cedric VINCENT, huissier de justice de l’expulsion.
Cedric VINCENT , avait pioché d’autorité 3 mois de loyer dans mon compte bancaire. 
Isabelle BLAINEAU prévenue de ce vol , aurait du contacter l’huissier pour l’avertir que les loyers étaient encaissés par elle. 
Pas du tout.
Elle m’avait écrit que je ne lui devais rien. Ce que je savais aussi bien qu’elle. 

Perfide, lâche  et hypocrite, Isabelle BLAINEAU a  ajouté sa violence à une situation violente  insupportable. en initiant , en plus,  une ESCROQUERIE AU JUGEMENT en bande organisée, soigneusement camouflée par les magistrates qui l'ont fabriquée, et   avec à la clé  une expulsion de  victime malade . 


lundi 19 novembre 2018

Bientôt le 25 novembre- Violences de femmes contre une femme - Catherine BARRAT



Le hall du TGI était désert. Moi, mise à part. Ce n’était pas un jour d’audience. 
J’attendais l’ouverture d’une des deux  portes qui encadrent ce hall,  pour aller payer ma consignation.

Le buste de  la magistrate Catherine BARRAT s’était soudain  glissé dans l’entrebâillement d’une de ces portes et s'y était coincé.  De son regard vide d’expression, la juge  suivait mes déplacements d’impatience. J’avais salué. Sans réponse.   

L’ouverture de la porte me libérera de ce harcèlement muet  et insistant et  reconnu par expérience comme typique, aussi ,  de franc-maçons  exprimant ce qu'ils pensent être leur droit de dominants.

Pour descendre de son bureau au bon moment, il fallait qu’elle  ( Catherine Barra) ait été avertie. 
La petite dame de l’accueil  du TGI fait très bien ce boulot-là  de participation au harcèlement  en réseau. 



Catherine BARRAT était la juge des expulsions du TGI des Sables d’Olonne, au service des dominants de cette ville. Ces dominants divers  avaient organisé « mon » harcèlement électronique par les canalisations électriques de l’immeuble avec  la complicité de misogynes violents locaux. 

Ce fait  ( utilisation des canalisations électriques) avait été noté, donc reconnu, dans un courrier ,  par le gestionnaire de biens CM-CIC Gestion Immobilière, complice de criminalité sur une de ces clientes . Ou crue comme telle à cette époque.

A la manière de certaines de ses collègues  psychorigides , Catherine BARRAT dont mon sort dépendait, n’avait qu’une seule lecture de la situation : le désir de violence des mâles de son groupe à l’égard de leur victime: une femme à abattre.

Catherine BARRAT, adepte du grotesque  et forte de ses soutiens mâles locaux habitués à voler dans le cadre de leur fonction, ,  n’avait pas hésité à transformer    la probité d’une victime ,  malade, épuisée mais résistante  ,  en turpitude  et sanctionnée par une décision de justice applicable sans délai, 

Et Catherine BARRAT  m’avait fait jeter à la rue par son copain  franc-maçon , huissier de justice et voleur.


Il se trouve que la criminalité de tirs de micro-ondes  et d’énergie dirigée dans le cerveau  avait fait de moi une EHS grave. Ce que personne n’ignorait.

EHS est  sans doute une des  pires  conditions de SDF

Cet état de « sans domicile fixe » en attendant de trouver un lieu de vie ,  m’ avait obligée  à évoluer ou vivre dans des collectivités ou des espaces collectifs,  tous saturés de WiFi et d’appareils émettant  par hasard ou volontairement des ondes  sonores ou radiatives diverses. 

Mon véhicule, aussi, avait été  piégé par des  zozos criminels  à l’aide d’un gadget  mis en résonance à  la volonté  de ces sadiques. 

Certains monastères où j’avais difficilement trouvé une pose  en plein été , hébergeaient des individus harceleurs et sadiques aux téléphones munis d’applications électroniques invalidantes. D'autres n'avaient pas hésité à mettre des appareils propulseurs de signaux , en proximité de ma chambre ( Craon)


Catherine BARRAT , magistrale  amie de faussaires et d’escrocs  , à l’origine de la violence d’une expulsion avec perte et fracas , est bien la responsable de toutes les violences qui ont suivi  ensuite dans cette période SDF et perduré

Elle  avait fait en sorte et permis que la violence  et la criminalité par atteinte à l’intégrité physique de harcèlement électronique  et qui s’organise  en cachette contre les femmes , en FRANCE,  ne donne lieu à aucune enquête et continue en se pérennisant. 
Le vidage de la victime était censé débarrasser les criminels qui finissaient par redouter d'être reconnus.