mercredi 28 juin 2017

Victime de harcèlement électronique, déclarée faible d'esprit par un procureur, expulsée par la force publique


Pour mémoire , ma propriétaire Madame BLAINEAU  voulait de l’argent ,  mais ne voulait pas faire face à ses obligations. Le bailleur du bien , non plus. 
Mme BLAINEAU  avait demandé mon expulsion . Elle l’avait obtenu grâce au harcèlement électronique mis en place  aux Cap Olona. 

Le harcèlement électronique tel que celui qui m’est infligé ,  prive de sommeil dans la souffrance, et empêche un comportement normal  d’une personne . Pourtant la victime à l’apparence normale . Enfin, presque. 

Un délai  à cette expulsion programmée avait été demandée au juge des expulsions du TGI des Sables. 
 Mme BLAINEAU  et son avocat Me ROUBERT ne voulaient pas de délai. 
Pour être sûr d’une décision en ma défaveur , Me ROUBERT avait fait intervenir  le futur remplaçant du préfet,  Mr NIQUET.
Mr NIQUET avait fait très fort , et avait attendu  le temps d'être devenu  préfet par intérim pour pouvoir  acter cette faveur à Mr ROUBERT.



Ce jour,  Mr VINCENT l’huissier de Mme BLAINEAU m’apprend que la magistrate du service des expulsions à  finalement et sans surprise , accepté  mon expulsion immédiate manu polici.
Dans ce courrier, Mr VINCENT  l’huissier de Mme BLAINEAU note que cette expulsion est due à des loyers impayés: c’est faux . les loyers sont tous payés. 

Et , d'ailleurs, détail cocasse, la propriétaire Mme Blaineau, me doit de l'argent , pour trop-perçu. C'est noté par CM-CIC-Gestion Immobilière , la société qu'elle appelle "son" agent comme ceci :




L’expulsion est due à une décision d’une magistrate . En fait de DEUX magistrates de la même ville.



Et la magistrate a oublié de me prévenir aussi. Un détail. 

Sachant que  la mémoire informatique du tribunal de grande instance des Sables d’Olonne me dit "faible d'esprit" par décision de Mr BRET ,  substitut du procureur Mr LAFAYE. On peut comprendre cette attitude désinvolte de la magistrate. 

 Mr BRET, est  le magistrat  du parquet qui  avait classé sans suite  deux plaintes d’un paquet de 3 plaintes  éjectées . Il avait omis de préciser à quelle date ces plaintes avaient été portées 2015 ? 2016 ? 2017 ? 
Mes lettres demandant cette précision basique étaient restées sans réponse.

Normal. Un fonctionnaire d'Etat payé 6000 ou 7000 euros par mois , ne se croit sûrement pas tenu à ce genre de détail respectueux du contribuable. Les fonctionnaires d'Etat, élites de la nation,  méritent  leur salaire  par leurs études . Payées par qui ?

La magistrate responsable d'une décision de départ illico , par les forces de l'ordre et un déménageur à mes frais plus ceux à verser à l'huissier , avait tenu deux audiences. 

Lors de la deuxième audience , la présence  du jeune Me ROUBERT avocat de Mme BLAINEAU l’avait subjuguée . Les relations avec la préfecture,  du jeune avocat  l'avaient fascinée.
Et je l'agaçais, à ne pas trouver un lieu de vie  supportable pour ma santé dégradée par le harcèlement électronique de voisins.
J'aurais du avoir déguerpi depuis longtemps , d'ailleurs !
Et sinon, je n'avais qu'à quitter le département !  
D'ailleurs en attendant , pour plaire au trio BLAINEAU/ROUBERT/CM-CIC-Gestion-Immobilière , et j'en oublie beaucoup,  par sa décision j'irais vivre complètement dans ma voiture.

Une décision qui  devrait beaucoup leur plaire .



lundi 26 juin 2017

Crapuleries françaises


Le paquet était impeccable : pas d’ébarbure, pas de raccord de scotch . ça inspirait confiance. 
A l’intérieur les plombs n’étaient pas dans une pochette plastique thermo soudée.  
Ça faisait désordre .



Le comptage des plombs avait été fait à partir du côté droit. Il manquait une plaque de 10 plombs. 
Un recomptage avait été fait  en utilisant le côté gauche du paquet. Le compte était bon. 
Alors le re-re-compatge avait été fait plaque de 10 plombs  par plaque de 10 plombs  . Et au milieu du paquet  , il y avait ceci :



Soit cinq plombs manquants.  Assez , pour le réseau crapuleux  qui sévit dans TOUTE LA FRANCE et qui vole des documents , dans des bagages fermés à plomb,  avant un moment crucial ou une échéance importante. Le réseau peut ainsi  accomplir son premier par surprise et très rapidement . C'est la règle qui l'amuse le plus.  

A partir de ce petit lot de plombs  volés, le réseau crapuleux peut ensuite se servir dans la réserve à plombs fermée à plomb. Cela se fait toujours quand le stock a déjà été  un peu entamé, soit un moment où on ne sait plus bien combien de plombs ont été  déjà consommés. 

C’est ainsi qu’avait été volé, entre autre, un document  que l’avocat de Mme Blaineau m’avait réclamé ensuite  au tribunal. Que du beau monde en robe  pour cette fois là.

Ici, compte tenu  de la boite extérieure en bon état, il fallait  penser à un méfait au départ : la Hollande.  Et l’explication est simplissime . Ce type d’achat se commande sur internet . Ma connexion est piégée. 

L’achat  se paie par virement à la poste où le harcèlement en réseau  va bon train, et n'a aucune limite d'audace ni d'indiscrétions en tout genre
Le jour où j’étais allée à la poste payer ma facture au fournisseur hollandais , l’employée s’était mise à lire son écran. C’était pour m’apprendre que j’avais habité rue Saint Jacques   . Faux . Je n’avais pas relevé. Elle avait précisé que j’habitais au n°21. Faux , aussi. Et elle avait ajouté que j’y avais eu des ennuis…..

J’étais face à elle pour un virement. Une opération simple et qui exige même de rester courtois et discret avec le client qui paie aussi un peu  le salaire de la dame. Intéressant , non ?



En rentrant au petit matinaprès  une nuit dans la rue, et ce malgré le paiement d’ une taxe d’habitation qui doit bien un peu aider le maire à vivre et  son association à prospérer, les  tiges de menthe qui prenaient racine dans un verre d’eau avaient attrapé une maladie marron. Il allait falloir chercher sur internet la cause de ce phénomène. 


Quelques heures plus tard ,  une serviette  résidente du sèche serviette de la salle de bain montrait la même maladie.    Un marqueur marron était l'origine de tout.


et détails 


Dame crapule du palier, qui  croit que mes affaires lui appartiennent  , connait même la présence du marqueur marron   dans un tiroir de la console. 
Non , pas chez elle. Chez moi ! Enfin , presque.

Cela correspond à ce que les  cibles de violation racontent aussi et dans le monde entier : à savoir que ce sont des objets appartenant à la cible qui sont utilisés contre elle. 
parce que les crapules sont radins
pour pouvoir accuser la cible d’avoir fait  elle-même  les saloperies en question , au cas où elle se plaindrait.

Celui qui avait injecté mes chaises d’encre bleue à Angers, avait aspiré avec 
une seringue l’encre des cartouches de mon imprimante pour le faire. 
Il me l’avait expliqué., dans une boutique où il était venu spécialement me narguer

J’en profite  ici pour dire à dame crapule du palier , ici , aux Sables d’Olonne, qu’elle peut continuer à vider le pot de café  où elle s’est servi.  Mais celui-là, seulement.



Mais ce serait une bonne idée qu’elle ne recommence pas à couper les plombs de mes bagages. 




Pour finir , un petit tour à super U où l’on actionne l’alarme du vol pour prévenir qu’une cliente/cible  va sortir. 
Cela  permet aussi de voir que l’agent  de la sécurité ne bouge même pas un sourcil , mais que le gringalet qui discutait avec lui , sort immédiatement sur les talons de la cliente ( moi) pour se positionner en attente contre le mur et voir dans quelle direction va partir « sa »  cible, pour prévenir, les autres.

Quoi flouter ? Oui, bien sûr. Il suffit de le faire demander par un policier ou par Mr BRET.

samedi 10 juin 2017

Empêchements et obstructions cachées de schizophrènes en bandes organisées


et 



Ceci est le résultat de brûlures infligées en VENDEE par le harcèlement électronique. 

Le harcèlement électronique consiste à propulser de l’ énergie dirigée vers une personne , pour la brûler, la torturer par des souffrances imparables, l’empêcher de dormir pour lui faire perdre ses capacités cognitives ou réactives , dégrader sa santé sur le long terme en provoquant des maladies dégénératives. 

Le harcèlement électronique fait partie d’une forme de harcèlement plus global que l’on désigne du terme de  harcèlement criminel. 

Ce harcèlement criminel inclut diverses formes de déstabilisation et de dé-sociabilisation associés à des escroqueries  en tous genres et destinées à ruiner et anéantir définitivement une personne ciblée appelée « cible » ou « viande » par les réseaux crapulo- criminels locaux.

Ces réseaux crapulo-criminels sont constitués à la base  de nombreux  filous,  voyous  et petits escrocs , avides et intéressés par  des incivilités, des vols et  des arnaques sans risques. 

Ces réseaux crapulo-criminels inclus aussi un nombre non négligeable de dominants /notables,  en bandes organisées . 

Ce ne sont pas des mâles alphas courageux , mais plutôt des copains de fac   et qui procèdent par manigances cachées, coups de pouce illégaux et vantardises de faibles arrogants. 
Ils ne s’attaquent qu’à des plus faibles et par moyens de piston, pression ou entourloupettes dignes de leur comportement de schizophrènes. Ils présentent une façade de légalité et d’honnêteté mais procèdent à l’inverse, parce qu’ils cherchent  surtout l’argent facile et l’humiliation de leurs victimes. 

Les empêchements , obstructions et pressions cachées sont leurs moyens de domination habituelle . Souvent comme le  papa. 

Ce dimanche matin-là le propriétaire avait accepté de me faire visiter son appartement , loin de toute antenne, et en laissant son portable dans la voiture. Il aimait , semblait-il, mon profil sécurisant. 

Dans l’appartement, les travaux de rafraichissement  n’étaient pas tout à fait terminés et une caisse à outils trônait sur le sol de la pièce principale . 
Les deux appartements voisins étaient vides. Un moment idéal pour une détection. 
De façon inattendue, elle était mauvaise. 
Avant de partir , j’avais souhaité mesurer un espace vide pour y mettre une éventuelle machine. Et l’idée était venue de voir si un mètre se trouvait , pour faire cette vérification , dans la boite à outils.
« mais qu’est ce que c’est que ça ? «  
« ça » c’était un portable, camouflé , à l’intérieur de la boite à outils. 
Et le message sur l’écran était sans doute très précis. Car tout soudain , le propriétaire avait fait machine arrière . Il n’était plus sûr de vouloir me louer son bien . Il allait attendre un peu pour se décider ...... 

Cette maison était à 1h 1/2 AR des Sables. Au téléphone , le propriétaire m’avait listé les papiers qu’il voulait récupérer. 
Arrivée  sur place, bien avant le rdvs, j’y avais rencontré le méridional et volubile locataire du lieu . Direct et joyeusement accueillant. 
Revenue  plus tard , pour l’heure du rdvs , tout avait changé. Le locataire n’osait plus me regarder. Le propriétaire  m’avait proposé de visiter seule l’intérieure de la maison habitée,  avant de refuser  de prendre les pièces qu’il m’avait demandé d’apporter. ... pour rien. 

Ce type d’anecdotes d’empêchement  par pressions,  ici deux  parmi beaucoup,  s’explique simplement par le fait que toutes les informations  prises, obtenues ou échangées avant une visite  de bien , passent par internet et le téléphone. Ces deux moyens de communication, sources d'informations précieuses pour prévoir le sabotage, sont forcément espionnés et utilisés pour toutes les manigances et pressions . Ils seraient incompréhensibles pour une cible non avertie.  

A ces visites ratées, il faut ajouter les visites impossibles. celle des agences qui prétendent que le bien affiché en vitrine …. n’est plus à louer. 
Cinq fois de suite  et dans des endroits différents. C’est forcément , parfois,   faux. 

En complément  de ces moyens cachés et organisés par espionnage ou pressions,  il y a  bien sûr, l’ORDRE donné par Me Roubert avocat de Madame BLAINEAU , de ne pas me fournir les attestations de loyers payés pour empêcher toute solution à une situation d’expulsion manigancée par le réseau crapulo-criminel vendéen.
Obliger à faire ( partir) puis contraindre la cible à ne pas partir  par des impasses successives, pour en arriver à  des modalités violentes et sadiques qui les font jouir, est la victoire des petites notables du pays FRANCE, et dont la mauvaise réputation tient à des zygotos comme ceux-là.

Mrs NIQUET, LESUEUR, ROUBERT, VINCENT, aidés  de quelques vieux encore  au commandes,  jouent comme les garnements qu’ils ont été dans la cour d’école, et cette fois en plus , en  gagnant ou faisant gagner aux autres,  un argent facile. Ils le font  en  s'ingéniant par tous les moyens qu'ils connaissent et manipulent depuis toujours , avec des boulots souvent payés par nos impôts,  pour escroquer et essayer d'  humilier  et  d' épuiser une femme seule. 

La recette de leurs succès faciles habituels ,  avec grosse rigolade de sadiques assurée, avant ou après  sabotage,   avait été proposée à 
http://etouffoir.blogspot.fr/2016/03/maraude-sauce-poulet.html   ( marrade corrigé par mon logiciel en maraude) comme suit : 


" Il s’agit d’une vieille recette traditionnelle française de grand père. Elle se transmet de père en fils dans le secret de la solidarité . 
Pour la conserver dans sa forme originale, on conseille de la tenir soigneusement éloignée de toute influence possible de respect des droits de l’homme. Cela se fait assez facilement dans l’huis clos d’un commissariat, tous endroits confondus, avec avis conforme  préalable du maire et du préfet . 
Les ingrédients de base poussent partout : haine de la différence, sadisme , envie, jalousie,  désir de vengeance, volonté de domination, secret  et embrouilles. Ces ingrédients peuvent être mélangés en toutes proportions selon les besoins de sensations désirées . 
Une fois le mélange souhaité obtenu , il est conseillé de le tenir au chaud et d’en entretenir la saveur avec quelques doses d’humiliation et de moqueries  de groupe , facilement accessibles par la fonction et l’uniforme  et en plus  bon marché. Puisque payées par les impôts des victimes."


vendredi 9 juin 2017

Expulsion par Monsieur NIQUET


Il s'agit d'une expulsion par la force publique décidée par Mr NIQUET, à la double demande de l'huissier de la propriétaire  Madame BLAINEAU et de l'avocat de la même 




C'était son tour.
Monsieur NIQUET , est le secrétaire général de la préfecture de Vendée. 
C’est le copain de Me ROUBERT , avocat de Madame BLAINEAU , ma propriétaire. 

Le 22 mai , au TGI  des Sables d’Olonne à l’audience du Juge des expulsions, Me ROUBERT nous avait appris
- qu’il avait demandé et obtenu de son contact à la préfecture,  ( Mr NIQUET) mon expulsion par la force publique . Et Me ROUBERT avait été obligé d'attendre le départ du préfet, décidé le 24 mai , pour que Mr NIQUET  soit en charge par intérim ,  et puisse  prendre  la décision  de mon expulsion par la force publique .
Comme cela a été indiqué par  mail , par le site du ministère de l'Intérieur.

" Il a été mis fin aux fonctions du préfet de la Vendée Jean-Benoit ALBERTINI par décret du 24 mai 2017. 
Vous pouvez retrouver ce décret sur le site légifrance via le lien suivant " ..


- qu’il avait donné l’ordre à Madame Blaineau de ne pas me fournir de quittances pour les loyers payés. 

Une façon non déguisée de m’empêcher de  trouver une autre location puisque ces documents sont obligatoires. 
Et cela ne fait que s'ajouter à tous les empêchements et obstructions en cascades qui me sont opposés depuis plusieurs semaines . Réseau crapulo-criminel vendéen, oblige, par pressions. 

Donc, le tout puissant Me ROUBERT  avait demandé mon expulsion par la force publique ,et  Monsieur NIQUET avait  obtempéré et confirmé sous huit jours, comme promis . Son courrier était du 2 juin. 

Cette décision  donne maintenant  la possibilité à Me VINCENT , l’huissier de Madame BLAINEAU de  me mettre dehors , tout en séquestrant   toutes mes affaires . ….Ce qui rend la tâche plus facile  au réseau  crapulo-criminel local , pour fouiller et se servir.



Pour une information de  date  d’expulsion un peu plus  précise ,  j'avais arpenté les rues de la Roche-sur-Yon  , avant de monter  au bureau de Mme VISCAT, à la préfecture .

Un élégant et surprenant jeune homme auburn  s'était aussitôt  imposé : Monsieur LESUEUR , un autre copain du réseau,  et qui justifiait la méthode brutale voulue par les 3 autres….. par la loi , et l’inertie des pouvoirs publics face à la torture électronique …. par l’absence de loi . 
Comme si l’atteinte à l’intégrité physique n’existait pas , que la torture n’était pas interdite, et que la prévention de crime était même inconnue, en France. 
SURPRENANT  ?  non , plutôt édifiant et instructif 

Dans la France profonde,  pour le moment  , depuis MACRON, c’est comme avant MACRON : combines et arrangements en sous main, et  nouveaux notables  misogynes manipulateurs  et jouisseurs aux commandes.



A Saint Hilaire de Loulay , l’atmosphère était différente. Les passants souriants, intéressés par mon message différent , avaient posé  des questions. Ils s’étaient aussi indignés. Ça rassurait. un peu 



Saint Hilaire de Loulay est une jolie petite ville , avec de belles grandes maisons . 
C'est la ville   où habite  Madame BLAINEAU , ma propriétaire .

A Saint Hilaire de Loulay bon nombre de  résidents locaux connaissent maintenant les mauvaises manières de Madame Blaineau et  même si   je ne connais  toujours pas cette dame qui n'avait jamais pris la peine d'avoir envie de se conduire normalement, civilement , civiquement ou humainement 








dimanche 4 juin 2017

CAP OLONA - crapuleries et criminalité protégées


Cet immeuble présenté sur Le BON COIN est censé se trouver au Château d’Olonne. Pourtant ,   il ressemble furieusement à un immeuble  des Sables d’Olonne  et connu sous le nom de CAP OLONA. 
Le Pro qui  propose un appartement dans cet immeuble  est l’agence des Présidents .
Dans l’ immeuble de Cap Olona des Sables d’Olonne,   crapuleries et criminalité s’expriment en toute quiétude  pour les salauds qui pratiquent violations de domicile , dégradations, vols et tirs d’énergie à travers les murs.
Le syndic, le conseil syndical, les propriétaires prévenus  des problèmes et sollicités pour les faire cesser , ont choisi une veule  complicité criminelle.
CAP OLONA, la honte des SABLES d’OLONNE , est l’immeuble  où un corse et ses copains voyous  aussi obsédés que lui,  ne pensent qu’à moi et aux façons sadiques de m’épuiser, faire siphonner mon compte,  et m’éliminer.
Les dernières crapuleries présentées ci-après ,  montrent de nouveau , des violations de domicile d’agacement. Quelqu’un entre chez moi avec des copies de clés et laisse des traces évidentes de son passage, pour m'indiquer qu'il (elle) est plus chez lui chez moi, que moi chez moi. Il détruit et vole ce qu'il veut.
Chacune des crapules  de ces réseaux organisés qui violent les domiciles a  une sorte de signature. Une crapule dont le job habituel est le ménage et le rangement va saloper et mettre la pagaille . Par exemple. 
L’importance des méfaits pourra dépendre de son humeur ou d’un ordre donné de représailles par ses commanditaires. C'est  destiné à montrer l'absolue supériorité du réseau crapuleux de l'endroit et qui ne reconnaît aucun   droit  à la cible.
Ainsi, au moment de mon départ de l’appartement , le tas de  mes cartons en attente de départ ou d’expulsion  était ainsi :

A mon  retour , je l’avais retrouvé comme ceci :  


De la vaisselle avait été  cassées à l’intérieur des paquets .


Une crapule , très délicate, et qui aime l’eau de javel ,  avait aussi  fait cette  toute petite marque sur un  vêtement neuf.


Dans la chambre , un sac fermé avec un plomb à usage unique avait été ouvert. Le plomb découpé avait été  reposé en évidence .
Ce qui m’avait incité à une vérification, dans mes dossiers.
A l’audience du TGI  du 22 mai, Me ROUBERT , le conseil de ma propriétaire avait déclaré s’être mis en rapport avec le service ad hoc de la Préfecture pour me faire expulser par la force publique.  
Mentionner ce fait de contact avec un service du ministère de l’Intérieur , pour un homme ( Me Roubert) qui vivait de la justice et se trouvait devant un représentant de cette institution était d’une témérité notoire. 
Dans mon dossier EXPULSION, classé dans un valise fermée à plomb, se trouvait normalement , un correspondance avec la Préfecture de Vendée et des services annexes. 
Et là, après triple vérification,  l’évidence était que ces lettres avaient été volées.  
Ce type de crapulerie, connu de tous les habitués des réseaux crapulo-criminels français,  se classe , selon moi, dans la catégorie   des violations de domicile de déstabilisation. 
Un pareil vol , en général, permet à une personne d'y faire allusion, et alors même qu'elle n'a pas qualité pour le faire, et que cette allusion ne sera reçue ou perçue comme problématique que par la seule cible.
 Les réseaux crapulo-criminels de ce niveau-là, se servent chez la cible pour parfaire leur connaissance d'une affaire à gagner ou à compliquer. Quand une cible, par exemple,  doit ou veut faire un dossier ou étayer une plainte avec les preuves qu’elle a accumulées , ses propres documents seront introuvables. Volés. 
Pour semer le doute, la pagaille sera organisée au sein du dossier concerné et qui était  à l’origine soigneusement rangé  . 
Une cible non consciente de cette habitude des réseaux crapulo-criminels français pensera tout naturellement  que c’est elle qui avait  fait une erreur ou été négligente ,  à un moment où l’autre. 
Pour savoir comment déstabiliser une cible , le réseau doit anticiper et remonter encore en amont . Il doit  avoir espionné la cible pour savoir dans quel dossier taper , et quels documents voler ou cacher. Cela se fait par   une surveillance de la vie connue de la cible et surtout en vérifiant  ses recherches et messages échangés par internet.
La plus part des cibles ont ainsi souvent  un hacker dédié aux trousses . De son PC ,  le hacker  capte ou manipule  toutes les informations  de connexion  de base et  qui permettront de saboter les projets  de la cible en compliquant sa vie. 
Et sinon, les crapules peuvent  aussi intercepter  simplement les  connexions  à l’intérieur  de l’immeuble grâce aux fils de cuivre du réseau électrique piégé, utilisé par un ordinateur ou un imprimante branchée. 
Ici, à Cap Olona , pour ne pas changer ses habitudes, le corse obsédé du A221 avait canardé  ma tête à base d’énergie dirigée et de son,   pendant toute  la nuit dernière. Sa préférence obsessionnelle  s’exprime  à certaines heures pé-sélectionnées. Ces moments précis , en plus des autres  qui sont aléatoires, semblent vouloir induire une interprétation. Laquelle ?   
Il y a notamment et très habituellement,  les tirs autour d’un heure du matin . Comme ceci :

Et les immanquables  tirs autour de 3h du matin comme cela : 


Certaines cibles pensent que ces tirs à heure presque fixe proviennent , dans leur cas , d’une programmation machine/cerveau  centralisée ,  générale et commune à beaucoup de cibles.
Une récente expérience d’échappée incognito, et sans ces vachards  tirs de nuit,  pourrait me permettre d’affirmer que ce n’est pas  forcément mon cas. 

 Puisqu’en cas de programmation centralisée machine/cerveau , l’incognito serait impossible. Or, là  l'incognito avait été total .... au moins pour deux nuits.