samedi 28 septembre 2019

Ciblage électronique et crise cardiaque


Le ciblage électronique consiste à viser une personne avec   une énergie  propulsée intentionnellement  au moyen d’appareils qui produisent des impulsions électromagnétiques . 
L’énergie pulsée est immatérielle et  à la particularité de traverser les obstacles . 

Ce ciblage électronique à répétition a été désigné du terme harcèlement électronique quand il signe un acharnement.  

 Ce harcèlement électronique fait d’impulsions électromagnétiques et qui vise un citoyen à l’intérieur de son lieu de vie , provoque des souffrances volontaires et répétées de divers organes , dont le cerveau.
Il y a alors une atteinte à l’intégrité physique et mentale de la cible, avec même des risques de solution finale par AVC et crise cardiaque. 

Lorsque ces impulsions électromagnétiques  HF sont générées la nuit et portent ( sans doute)  aussi des basses ou très basses fréquences , elles impactent  le cerveau par à-coups et privent la personne visée de sommeil par souffrance répétée à chaque impulsion.
Ce phénomène correspond à la définition de la torture .

Tout comme  pour une femme torturée par son conjoint ou compagnon , on attend d’une victime de torture par moyen électronique fabriquée et générée  par un ou des inconnus, qu’elle apporte  aussi ses preuves. 

Il se trouve qu’elles sont , à ce jour, inhabituelles , puisque basées sur des détections  personnelles, majoritairement faites de nuit  qui est le moment choisi par les psychopathes à l’oeuvre . 
Ces détections sont aussi   de type divers:
- détections des impulsions d’énergie 
- détections , en corrélation,  avec   des souffrances exprimées dans le cerveau, 

Pour être prises en considération,  il semble nécessaire de trouver  la source ou l’origine  cachée  de cette torture;  une information hors de portée des cibles de ce phénomène.  
C’est  donc le rôle qui devrait revenir aux  forces de l’ordre, policiers ou gendarmes , chargés , comme représentants de l’Etat , de faire respecter  au moins l’article 3 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme  qui stipule 

«  Tout individu à droit à la vie , à la liberté et à la sûreté de sa personne » 

Car, dans le harcèlement électronique , le droit à la vie et le droit à la sûreté de la personne  ciblée à la merci de psychopathes en bande organisée, n’existent plus, à cause des souffrances mais aussi des risques induits par chaque tir violent  d’énergie dirigée:  
- risque d’ AVC, et/ou
- risque de  crise cardiaque 

A titre d’exemple,  et qui concerne la nuit du 20 septembre 2019, ce qui suit en est une illustration. 


L’infernale  cadence des agressions par énergie dirigée du début de la nuit avait été de 27 pour 20 minutes.
En détection, la propulsion d’énergie dirigée de 23h15 ++ donnait 1,5 GHz pour la fréquence porteuse et une densité de puissance apparemment anodine de 1,6 µW/m2. 

La réaction du cerveau avait pourtant été ainsi 



et quelques secondes plus tard, le tensiomètre indiquait ceci 



alors que la tension  stabilisée au meilleur d’une journée peut  être plutôt  ainsi : 




Et, comme dans le plus part des situations de femmes battues qui portent plainte,  face à une plainte pour ciblage par impulsion électromagnétique,  la tendance des forces de l’ordre, qui prétendent n’avoir ni matériel ni formation pour ce cas de figure, et ne veulent rien demander à l’armée éventuellement compétente, consiste  à peu près à répondre 

« revenez quand vous serez morte !  »  

lundi 9 septembre 2019

" FÉMINICIDE " - " FÉMICIDE" - C'est quoi ?

Ce qui suit est un recopié/collé ,  sans autorisation, d’un article du JDD, écrit par Aude Le Gentil
Les termes surlignés sont un choix personnel



«  Féminicide » ? Il ne s’agit pas simplement du meurtre d’une femme , mais du « meurtre d’une femme parce qu’elle est femme » . La nuance , de taille , a été introduite par la sociologue américaine Diana Russel dans son livre Feminicide. The Politics of woman killing. publié en 1992. Depuis , ce néologisme ou sa variante « fémicide » ont été repris par des organisations internationales comme les Nations Unies ou l’Organisation mondiale de la santé (OMS) . Plusieurs pays d’Amérique latine notamment, l’ont inscrit dans leur droit , comme  l’Argentine ou le Mexique . En France , seul le Robert fait figurer ce mot dans le dictionnaire, depuis 2015. La définition retenue est similaire : «  le meurtre d’une femme, d’une fille , en raison de son sexe »

Violences conjugales , crime d’honneur ou tuerie misogyne sont des féminicides. 

Le massacre d’étudiantes de l’Ecole polytechnique de Montréal , en 1989, par un tueur misogyne ?  C’est un féminicide.  Les avortements sélectifs de foetus féminins , en Chine  notamment  ? Des féminicides aussi. 

Pour affiner cette définition très large , l’OMS distingue quatre catégories 
- Le féminicide  intime «  commis par un époux ou un petit ami » ;
- Le féminicide « lié à l’honneur «  impliquant une  fille ou une femme qui est assassinée par un membre masculin ou féminin de sa famille parce qu’elle a ou est censée avoir commis une transgression sexuelle  ou comportementale « ;
- Le féminicide « lié à la dot » ,dans le sous-continent indien en particulier ; 
- Le féminicide non intime « commis par une personne qui n’est pas en relation intime avec la victime ». 

Autrement dit, les féminicides ne sont pas toujours revendiqués comme tels. Au contraire, le mécanisme est souvent inconscient. Mais tous ont un point commun : l’auteur du crime est imprégné de culture sexiste.

Un point commun : le sexisme

Pour les spécialistes de violences conjugales , les femmes mortes sous les coups de leur conjoint sont des féminicides . Pour Françoise Brié,  porte-parole de Solidarité femmes ( le numéro d’urgence 3919) , «  lorsque des femmes sont tuées dans le cadre de violences conjugales , elles le sont parce qu’elles sont des femmes, car ces violences s’inscrivent dans un système de domination et d’inégalités à l’encontre des femmes . C’est pour cela que l’écrasante majorité des victimes de violences conjugales sont des femmes «  

Les auteurs ont souvent des idées extrêmement préconçues sur la femme et le couple 

La femme, dans ces représentations sexistes, est un objet , que l’on peut donc posséder et détruire. C’est ce qui explique que ces meurtres ont souvent lieu au moment de la séparation, lorsque la compagne essaie de se libérer de l’emprise d’un homme violent . «  Les auteurs ont souvent des idées extrêmement préconçues sur la femme et le couple «  ajoute Françoise Brié . Ils sont aussi « favorisés  par une société qui banalise la violence sexiste » , complète Raphaëlle Rémy-Leleu , porte-parole d’Osez le féminisme .

Sortir les violences conjugales de la sphère privée.

Pour ces militantes , utiliser le mot « féminicide », c’est montrer que les inégalités, les discriminations, les stéréotypes genrés, forment  un continuum et nourrissent les violences contre les femmes. «  Ce terme met en lumière que tous ces meurtres ont pour point commun la haine des femmes «  estime  Raphaëlle Rémy-Leleu . Et de citer la féministe Benoîte Groult  : «  Le féminisme  n’a jamais tué personne, le machisme tue tous les jours « 

Il ne s’agit pas de problèmes de famille ou de couple, ni de « crime passionnel » mais bien de sexisme.

Pour Françoise Brié, il s’agit aussi de « sortir les violences conjugales de la sphère privée « . Plusieurs fois , elle répète  « Il ne s’agit pas de problèmes de famille ou de couple, ni de « crime passionnel » , mais bien de sexisme. «  Mettre un mot sur ce fait social , c’est donc pouvoir mieux l’identifier, l’étudier, et en prendre conscience. 


Le féminicide reconnu dans le Code pénal ?

C’est pourquoi les collectifs militants comme Osez le féminisme réclament la reconnaissance du terme « féminicide » dans le droit français . «  Cela impliquerait plus de reconnaissance et de moyens , et une meilleure prise en charge «  argumente Raphaëlle Rémy-Leleu.
Mais pour l’avocate Emmanuelle Rivier, interrogée par Le Figaro fin août, « il y a un vrai risque de confusion. Pour l’heure, je ne vois pas ce que cela apporterait au droit « 

La loi Egalité et citoyenneté , en effet, a introduit comme circonstance aggravante le fait de s’en prendre à quelqu’un « en raison de son sexe, son orientation sexuelle ou identité de genre vraie ou supposée «  en 2017. Et le meurtre commis «  par le conjoint ou concubin de la victime «  est également une circonstance aggravante . «  « Mais , le sexisme  est , dans les faits, rarement reconnu » déplore Raphaëlle Rémy-Leleu.

Dans un avis rendu en 2016, la Commission nationale consultative des droits de l’homme jugeait «  peu opportun » d’inclure le terme « féminicide » dans la loi, « dans la mesure où (cel) comporterait le risque de porter atteinte à l’universalisme du droit » , mais recommandait l’usage du mot «  à la fois sur la scène internationale dans le langage diplomatique français, mais aussi dans le vocabulaire courant, en particulier dans les médias » 



Photo du PARISIEN  - 7 juillet 2019 - 


https://www.youtube.com/watch?time_continue=7&v=I7lsN-nX4ck 




" FÉMINICIDE " ou "FÉMICIDE "- C'est quoi ?

Ce qui suit est un copier/coller, sans autorisation, d’un article du JDD , écrit 

par Aude Le Gentil. 

Les propos surlignés , ou en police de caractères différente, sont des choix personnels 



"Féminicide"? Il ne s’agit pas simplement du meurtre d’une femme, mais du "meurtre d’une femme parce qu’elle est une femme". La nuance, de taille, a été introduite par la sociologue américaine Diana Russel dans son livre " Feminicide. The Politics of woman killing,  " publié en 1992 . Depuis, ce néologisme ou sa variante "fémicide" ont été repris par des organisations internationales comme les Nations Unies ou l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Plusieurs pays, d’Amérique latine notamment, l’ont inscrit dans leur droit, comme l’Argentine ou le Mexique. En France, seul le Robert fait figurer ce mot dans le dictionnaire, depuis 2015. La définition retenue est similaire : "le meurtre d’une femme, d’une fille, en raison de son sexe".

Violences conjugales, crimes d'honneur ou tuerie misogyne sont des féminicides

Le massacre d’étudiantes de l’Ecole polytechnique de Montréal, en 1989, par un tueur misogyne? C’est un féminicide. Les avortements sélectifs de fœtus féminins, en Chine notamment? Des féminicides, aussi. Pour affiner cette définition très large, l’OMS distingue quatre catégories :
  • - Le féminicide intime, "commis par un époux ou par un petit ami" ;
  • - Le féminicide "lié à l’honneur", impliquant "une fille ou une femme qui est assassinée par un membre masculin ou féminin de sa famille parce qu’elle a ou est censée avoir commis une transgression sexuelle ou comportementale" ;
  • - Le féminicide "lié à la dot", dans le sous-continent indien en particulier ;
  • - Le féminicide non intime, "commis par une personne qui n’est pas en relation intime avec la victime".
Autrement dit, les féminicides ne sont pas toujours revendiqués comme tels. Au contraire, le mécanisme est souvent inconscient. Mais tous ont un point commun : l’auteur du crime est imprégné de culture sexiste.

Un point commun : le sexisme

Pour les spécialistes de violences conjugales, les femmes mortes sous les coups de leur conjoint sont des féminicides. Pour Françoise Brié, porte-parole de Solidarité femmes (le numéro d’urgence 3919), "lorsque des femmes sont tuées dans le cadre de violences conjugales, elles le sont parce qu’elles sont des femmes, car ces violences s’inscrivent dans un système de domination et d’inégalités à l’encontre des femmes. C’est pour cela que l’écrasante majorité des victimes de violences conjugales sont des femmes".

Les auteurs ont souvent des idées extrêmement préconçues sur la femme et le couple

La femme, dans ces représentations sexistes, est un objet, que l’on peut donc posséder et détruire. C’est ce qui explique que ces meurtres ont souvent lieu au moment de la séparation, lorsque la compagne essaie de se libérer de l’emprise d’un homme violent. "Les auteurs ont souvent des idées extrêmement préconçues sur la femme et le couple", ajoute Françoise Brié. Ils sont aussi "favorisés par une société qui banalise la violence sexiste", complète Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole d’Osez le féminisme.

Sortir les violences conjugales de la sphère privée

Pour ces militantes, utiliser le mot "féminicide", c’est montrer que les inégalités, les discriminations, les stéréotypes genrés, forment un continuum et nourrissent les violences contre les femmes. "Ce terme met en lumière que tous ces meurtres ont pour point commun la haine des femmes", estime Raphaëlle Rémy-Leleu. Et de citer la féministe Benoîte Groult : "Le féminisme n’a jamais tué personne, le machisme tue tous les jours."

Il ne s’agit pas de problèmes de famille ou de couple, ni de 'crime passionnel', mais bien de sexisme

Pour Françoise Brié, il s’agit aussi de "sortir les violences conjugales de la sphère privée". Plusieurs fois, elle répète : "Il ne s’agit pas de problèmes de famille ou de couple, ni de 'crime passionnel', mais bien de sexisme." Mettre un mot sur ce fait social, c’est donc pouvoir mieux l’identifier, l’étudier, et en prendre conscience.

Le féminicide reconnu dans le Code pénal?

C’est pourquoi des collectifs militants comme Osez le féminisme réclament la reconnaissance du terme "féminicide" dans le droit français. "Cela impliquerait plus de reconnaissance, de moyens, et une meilleure prise en charge", argumente Raphaëlle Rémy-Leleu. Mais pour l’avocate Emmanuelle Rivier, interrogée par le Figaro fin août, "il y a un vrai risque de confusion. Pour l’heure, je ne vois pas ce que ça apporterait au droit".

La loi Egalité et citoyenneté, en effet, a introduit comme circonstance aggravante le fait de s’en prendre à quelqu’un "en raison de son sexe, son orientation sexuelle ou identité de genre vraie ou supposée" en 2017. Et le meurtre comme "par le conjoint ou le concubin de la victime" est également une circonstance aggravante. "Mais le sexisme est, dans les faits, rarement reconnu", déplore Raphaëlle Rémy-Leleu.

Dans un avis rendu en 2016, la Commission nationale consultative des droits de l’homme jugeait "peu opportun" d’inclure le terme "féminicide" dans la loi, "dans la mesure où [cela] comporterait le risque de porter atteinte à l’universalisme du droit", mais recommandait l’usage du mot "à la fois sur la scène internationale dans le langage diplomatique français, mais aussi dans le vocabulaire courant, en particulier dans les médias".




Photo du PARISIEN  - 7 juillet 2019 -

samedi 7 septembre 2019

HCR - Pour GARANCE


Un grand nombre de situation de harcèlement criminel global , sont la conséquence et suite d’un harcèlement qui a commencé dans le cadre de l’activité . L’escalade des exactions qui va jusqu’à la torture par énergie dirigée , est souvent aussi le stade suprême de la destruction de la victime , forte de ses droits constitutionnels et qui ne se résigne pas au silence de toute façon mortel que l’on veut lui imposer.

Il faut savoir que dans ces cas cas -là, la solidarité sadique de souffrance infligée  par des hommes à une femme est inconditionnelle  et systématique . Un psychiatre de la médecine du travail l’avait précisé . Cette vidéo avait été mise en ligne sur Doctissimo et PP.

La vidéo ci-après est généraliste et mérite d’être revue puisqu’elle retrace aussi les grandes étapes du harcèlement criminel global . Ce qui est présenté ici est situé dans le cadre du travail . Les techniques sont les mêmes si le harcèlement global est  de nature et origine personnelle dans le cadre d’une entreprise perverse de vengeance pour des faits imaginés ou présumés par un psychisme malade obnubilé par le but de sa vie et son pouvoir caché de destruction d’un ennemi fabriqué





Les articles suivants sont un rappel pour toute personne épuisée qui aurait envie ou tendance à baisser les bras face à l’énormité de la tâche à entreprendre pour sa défense. 



https://www.urps-med-idf.org/wp-content/uploads/2017/09/171003-URPS-FJN-souffrance-au-travail.pdf

«  En FRANCE, les femmes ne sont pas prises au sérieux »

lundi 2 septembre 2019

Les méthodes du harcèlement criminel en réseau - glossaire -




Cette traduction partielle , sans autorisation,  vient du texte  de Nathan  Wheatherdon
http://users.neo.registeredsite.com/8/0/2/14515208/assets/Glossary_-_Brainwashing_and_Psychological_Warfare_in_the_Electronic_Age.pdf
et dont quelques  entrées ont  déjà été  présentées en traduction dans un billet précédent.
Les nombreuses entrées du texte anglais permettent à tout un chacun, et selon ses propres besoins,  de vérifier  ou préciser ses connaissances grâce aux explications détaillées données par l’auteur. 
La partie choisie et  traduite ci-après , est un rappel, des diverses facettes du harcèlement criminel en réseau  ( seulement)  et qui peuvent , dans certains cas, être infligées à une seule personne ciblée et  même quasiment toutes  à la fois.


Harcèlement criminel (harcèlement criminel; harcèlement organisé; harcèlement de haute technologie par procuration):
Les individus sont choisis  et placés sur des listes noires  Cela se passe à l'insu de l'individu ciblé. Dans de nombreux pays, ce black listage  est utilisé par des entreprises et / ou des agences  de sécurité de l'État et par d'autres pour cibler des individus innocents qui déplaisent  tels que les dénonciateurs, les manifestants, ceux qui sont perçus comme une menace pour certaines opinions partisanes et / ou idéologiques, etc. 
Conjointement ,  cette pratique est parfois associée à une pratique qui était utilisée dans l’ancienne Union soviétique et faite de  représailles psychiatriques. Il s’agit donc de  moyen de représailles par  liste noire pour  réduire au silence ou contrôler certains membres de la société. 
Quand le black listage est mis en place  , des avertissements concernant les cibles sont envoyés à chaque individu avec lequel la cible entre en contact, empoisonnant ainsi toutes  relations et annexant socialement l'individu ciblé. Cela pourrait aussi être qualifié de «campagne d’énergie négative».
En règle générale, les méthodes sont appliquées de manière à favoriser les pertes de repères  de l’individu ou, à tout le moins, feindre une   soi-disant maladie mentale. À défaut de représailles psychiatriques et / ou d'autres moyens pour détruire  l'individu, un autre objectif peut être de pousser l'individu ciblé à réagir d'une manière qui conduira à son incarcération ( ce qui ira de paire avec des efforts pour le pousser ou le provoquer  à faire du mal à l’équipe en place , quelle qu’elle soit, pourvu qu’elle suive les directives  et préférences des incitateurs souvent de type suprématistes ou néo-nazis)
 Et, à défaut de ce type de résultat ,  il faudra compter sur la «combustion spontanée» de l'éternellement harcelé, torturé et frustré  ( c’est ce qui arrive, par exemple à ceux qui ne se soumettent pas )

  • Les méthodes courantes de harcèlement criminel comprennent:
  • 1) Mobbing / un encerclement   en public de la  cible (pas trop évidemment, mais suffisamment évident pour que la cible en soit consciente  ) .
  •  De même, de nombreux rapports suggèrent que la même chose existe en voiture  , avec une variété de tactiques conçues pour maximiser l’agitation  de l'individu ciblé, parfois clairement dans le but de l'amener à faire quelque chose de dangereux et / ou illégal.
  • 2) Conversations dirigées 1:  il s’agit des conversations que des inconnus tiennent  en public sur la vie personnelle de la cible (y compris de fausses accusations, pour faire croire à la cible que la calomnie  la concernant est largement répandue, ce qui peut parfois être le cas).
  • 3) Conversations dirigées 2:  il s’agit de contenus médiatiques qui semblent viser votre vie, par exemple quelque chose qui aurait dû rester de l’ordre du privé  mais  où le contenu médiatique est étroitement lié à la  situation personnelle de la cible ,  et au-delà de ce que l'on pourrait raisonnablement considérer comme une coïncidence.
  • 4) Piégeage: consiste à construire le ciblage  sur des accusations criminelles.
  • 5) Campagnes de diffamation: cela inclut  de répandre des mensonges et des rumeurs sur la cible, comme s'il était par exemple  un trafiquant de drogue, ou encore déviant sexuel  , violeur , pédophile  etc et alors que la cible n’a aucun moyen de se défendre. On peut y ajouter des efforts pour persuader la cible elle-même que cette calomnie est en plus largement acceptée ( ce qui est parfois vrai, quelqu’en soit la réalité) 
  • 6) Entrées illégales dans le domicile ou la voiture de la cible.
  • 7) Surveillance audio et/ou  visuelle illégale avec piégeage  de la cible. (cela est souvent supposé à tort  quand la réalité se trouve être  la surveillance neurone à distance  Cependant,  une surveillance illégale de type traditionnel  peut permettre d’être  d’être mieux  repérée.
  • 8) Isolement: isoler la cible de ses amis, de sa famille, etc. en propageant des mensonges et des rumeurs.
  • 9) Introduction de  faux amis pour prendre en charge la vie sociale de l'individu ciblé. Ils sont toujours impolis, manipulateurs et surtout pas de vrais amis.
  • 10) Falsification du courrier et des courriels.
  • 11) Harcèlement de mimétisme
  • a) copier  les habitudes du quotidien de la cible en portant   la poubelle en même temps qu’elle , ou en utilisant en même temps qu’elle  l’eau dans la salle de bain qui jouxte son appartement 
  • b) singer  également les mouvements, les habitudes de langage , etc., susceptibles d’exercer un certain degré de contrôle sur l’individu , en développant une possibilité de susciter une action ou un discours évoqué.
  • 12) Campagnes de bruit: portes qui claquent, systèmes de son puissants, alarmes de voiture qui sonnent en tandem, utilisation d’ outils électriques à des heures tardives.
  • 13) Sensibilisation psychologique / ancrage: sensibiliser la cible à des  stimuli quotidiens, tels que des couleurs ou des gestes quotidiens, tels que suivre la cible dans un vêtement rouge vif et / ou fourrer le véhicule de la cible avec des véhicules rouges de façon continue jusqu’à ce que la cible développe une phobie de la couleur rouge. (Ceci doit être compris dans le sens d'un conditionnement  classique ou primaire  Mais ce vocabulaire semble également courant.)
  • 14) Créer des ‘symptômes’ de maladie mentale (voix dans le subconscient, V2K; essayer de décrire ce qui arrive aux  autres),  pour mettre l’individu en psychiatrie.
  • 15) Créer des ‘symptômes’ de  démence , comme une difficulté apparente, parfois, à exprimer ses sentiments et ses pensées; et avec des problèmes de mémoire lorsque les «attaques» sont importantes .
  • 16) Privation de sommeil: faite de  campagnes de bruit  synchronisé au moment où la cible  devrait normalement dormir.
  • 17)  Re-direction des appels téléphoniques vers de faux numéros .
  • 18) Vol: voler une cible. (Pouvant être très réguliers mais souvent à base de  petits vols que la police ne prendra pas au sérieux, ce qui  peut conduire à être contraint à une évaluation psychologique si par exemple l'individu ciblé fait se dit victime  de harcèlement criminel ou de complot.)
  • 19) Techniques mobiles de surveillance à pieds et en voiture : ce qui revient à  suivre la cible où qu’elle aille. Cela peut être fait à base d’un GPS
  • 20) Traques  dans les restaurants, hôtels, etc., où  ailleurs  pour continuer le harcèlement , même après une installation sur place .
  • 21) «Flashage»:   ce se fait avec les lumières de voitures  à tout moment de la journée ou de la nuit pour bien faire savoir à la cible qu’elle est surveillée  jour et nuit. 
  • 22) Vandalisme, bris de vitres, entailles de pneus, déversement de déchets sur la pelouse de la cible. ( Ces incidents très fréquents peuvent être assez mineurs  pour que la police ne s’en soucie pas  mais au contraire parle  de problème psychologique  si la cible émet l’idée de complot ou de harcèlement en bandes organisées ) 
  • 23) Détruire toute possibilité de relations sociales : les relations de toutes sortes se détériorent  toutes  avec les mêmes méthodes    (p. Ex., si elles sont ciblées   sur quelque chose qui pourrait avoir un effet psychologique négatif sur votre identité ou vos valeurs, à l’insu de ces personnes )  et même si elles ne se connaissent pas. .
  • 24) Impolitesse en public: regards grossiers, mouvements accidentels ou actions inattendues et venant  de personnes inconnues, ce qui comprend des  discussions étranges avec des inconnus ou autres comportements réputés offensants ou gênants pour la personne ciblée.
  • 25) Efforts pour recruter la cible  pour  une activité ou un événement particulier, avec peut-être rencontre de quelqu'un qui a des intérêts similaires suspects, ou vous invitera à des événements imprévus qui correspondent étrangement à vos intérêts spécifiques - après quoi leur contrôle du lieu servira à continuer  le harcèlement avec des formes plus subtiles , auxquelles s’ajouteront des efforts plus calculés contribuant au processus d’établissement du contrôle sur l’individu ciblé, en vue d’un lavage de cerveau de la cible .
  • 26) Les individus très ciblés peuvent devenir eux-mêmes des harceleurs , du fait qu’ils peuvent   terroriser les autres, en décrivant leurs expériences de manière angoissée et hystérique (surtout lorsqu'ils sont exposés à des  spéculations sur le harcèlement électronique qu'il est difficile de prouver) .
  • .
  • L’élément important est la fréquence des situations qui s’ajoute  au fait que la plus part des évènements ne sont pas énormes . Il y a un effet psychologique à cause de l’empilement des situations  de leur fréquence et de l’intensité  de répétition.  Parce qu’un événement pris isolément n’est pas vraiment étrange en lui-même , les tentatives pour raconter ce phénomène  de harcèlement en bandes organisées sont susceptible de focaliser l’attention sur l’individu ciblé , ce qui contribue à persuader les autres qu’il délire  ou qu’il est fou quand il essaie de décrire un complot.  
Il semble assez évident qu’ il existe au moins un certain degré de complicité de la part du gouvernement, même si le ciblage  est le fait  de groupes de  voyous ou autres, compte tenu de l’inanité de toute demande de réaction officielle dans de telles affaires. Cela inclut ce qui ressemble  à des représailles psychiatriques,  pour les cibles qui tentent de dénoncer  ce type de phénomène. 
Pourquoi quelqu'un se fourrerait-il   dans ce genre de  situation  ( comme harceleurs)  ? 
En plus de ceux qui sont contraints, qui ont été ciblés, etc., qui estiment qu’il n’y a «pas de choix» .  
Pour les citoyens ordinaires, il s’agira  de surveiller des terroristes (ou tout autre groupe  comme les gays / communistes / sorcières) et  de les chasser. 
Pour d’autres personnes, il s’agira d’une opération de type club  / chambre de commerce. 
Pour d'autres encore,  de type  conspirateurs  tordus, c'est une organisation qui tire les ficelles derrière tout. 
Pour le puritain, ce sera  un exercice  de purification. 
Pour les déviants, ce sera   l’insertion dans une autre bande de déviants  où tout est permis. 
Peu importe l’essentiel est  de faire faire ce qu'ils  ( les organisateurs) veulent. 
Personnellement , je crois qu'il s'agit essentiellement de néo-nazis suprématistes blancs, compte tenu: 
a) de sa parfaite cohérence avec l'idéologie suprématiste blanche (règle forte du faible, eugénisme envers un monde charmant) et 
b) de l'observation des valeurs qu'ils souhaitent propager   en ce qui concerne la valeur de l'être humain, et 
c) de points de vue relatifs à divers peuples non blancs et biologiquement (subjectivement) «imparfaits» projetés sous forme d'observations introduites au cours d'une surveillance neurale distante. 
Il ne m’est pas possible de dire dans quelle mesure ces agents ont été conditionnés  à l’âge de adultes ou tout simplement s’ils ont  grandi dans des familles où de tels points de vue et / ou de tels abus étaient considérés comme «normaux». En outre, il est important de comprendre que, compte tenu des influences extérieures dont ils peuvent ne pas être conscients, un certain nombre de   personnes participant au harcèlement criminel sont complètement inconscientes de leur rôle.

Selon Julianne McKinney, «Les objectifs à long terme de ces campagnes de harcèlement et d'expérimentation semblent être assez importants et consistent à
(1) susciter un sentiment de «loyauté» perverse envers les organismes impliqués dans le harcèlement de la personne,  en induisant une confusion  avec un rôle de justicier.
(2) réorienter les sentiments de désespoir, de colère et de frustration ressentis par les individus visés à l’égard des groupes raciaux et ethniques, ainsi que de personnalités politiques éminentes, incluant même  le président des États-Unis; et

(3) forcer l'individu à commettre un acte de violence, qu'il s'agisse d'un suicide ou d'un meurtre, dans des conditions que le gouvernement pourra  nier de manière plausible »

Il me reste à souhaiter que le conducteur de la moto DK187AM lira ce texte , ainsi que le gamin en mob qui me surveillait /suivait à ma dernière étape/retour , hier après-midi.
Quant au papy qui  fouille dans mon sac pour y déposer un stylo et une clé USB  et  en plus entre chez moi sans autorisation, quand j'ai des invités .....
c'est sans doute un cas désespéré  !

Manifestation mondiale contre le HCE- Témoignage et détection

HCE = Harcèlement criminel électronique 



Les vidéos suivantes viennent du journal de la personne ciblée  MARTII KOSKI ( Finlande) et ont été proposées à l'occasion de la journée mondiale de protestation contre le harcèlement électronique.
La protestation du TI de cette vidéo est .... tonique!

Tous les individus ciblés du monde, en fonction de leurs problèmes ou observations personnels, sont en quête de sens et de  causes ou responsabilités extérieures pour expliquer  la situation fabriquée,  qui leur coûte leur vie,  devenue celle d'une victime  de tortionnaires souvent inconnus.
L'envie générale , la tendance et le but des analyses ou démonstrations  diverses est de prouver les dires et se rattacher à une explication connue ou  mouvement qui a une explication sensée, vraisemblable ou similaire du phénomène montré  et/ou subi.
La tâche est ardue.


Témoignage et détection
Pour une analyse pertinente de détection, il faut 
- connaître les fréquences de fonctionnement de l'appareil et son paramétrage lors de la détection
- connaître  les fréquences ou la gammes des fréquences détectées par l'appareil comme étant émises par un élément X 
- connaitre ( par exemple) la présence ou non d 'amalgames dentaires métalliques)  etc....

Les TI(s) ne seront crédibles que par une approche de présentation précise , explicitée,   d'une situation , et dans une relation de la cause à l'effet.




jeudi 15 août 2019

GLOSSAIRE - Lavage de cerveau et guerre psychologique à l'ère électronique



Il  faut rappeler qu’il existe un glossaire,  fait tout spécialement pour les cibles de HCR et HCE , par Eleanor WHITE et dont des extraits se trouvent à 


HCR = harcèlement criminel en réseau
HCE = harcèlement criminel électronique 


Le glossaire présenté cette fois  et dont seulement quelques entrées  ont été traduites, a été proposé par la Ligue Anti-Brainwashing  ( anti-lavage de cerveau)en 2016.
Il concerne plus généralement le contexte du lavage de cerveau et de la guerre psychologique à l’ère électronique.
Il existe cependant de nombreux points communs entre les situations de ce contexte général et les problématiques des individus ciblés par le harcèlement criminel global et qui peuvent s’intéresser à des points différents  du glossaire proposé , en fonction de leur situation connue.

Introduction
Il est vivement recommandé de lire  ce qui suit avant d'utiliser le glossaire!
Les citoyens de toutes les nations doivent connaître les termes de ce glossaire  pour accéder à une liberté cognitive et prévenir les risques de lavage de cerveau de l’ère électronique.  Certains termes se rapportent à des technologies et sont considérés comme «classifiés» (mais  un grand nombre de ceux-ci appartiennent maintenant au secteur civil  ), d’autres font référence aux stratégies utilisées.
Pour ce qui concerne  la compréhension des technologies spécifiques,  un niveau de 1ère année en  physique et  biologie universitaire devrait suffire  A défaut,   de nombreux documents en ligne peuvent combler les lacunes des concepts scientifiques sous-jacents aux armes neurologiques existantes. Les références scientifiques sont complétées par l'expérience personnelle et la recherche en ligne. Gardez à l'esprit que de nombreuses informations  en ligne peuvent être de la désinformation pour détourner  de la vérité et empêcher une compréhension correcte des capacités et des pratiques actuelles  de la guerre psychologique à l'ère électronique (neurowarfare).
Les sources  non scientifiques ou non  validées par des pairs n’ont pas  été retenues. Même chose pour des contenus qui rassemblent de nombreuses informations similaires mais non vérifiables.    Certaines  entrées ont été modifiées à partir de l'encyclopédie open source Wikipedia afin de rendre plus claire la pertinence de la guerre psychologique. Parmi les différentes  sources figurent des documents publics officiels, des organismes sociaux ou politiques officiellement constitués, une poignée de sites spécialisés non soumis à l'examen des pairs, certains sites commerciaux et des références étrangement rares issues des principaux médias.
Pour certains termes, je propose  une image Google Trend lorsque la base de données Google contient suffisamment de données. Pour les technologies spécifiques, il y a eu des avancées  rapides de 0 à élevés vers 2005, avec mise à l’écart du radar. Le terme «gas lighting» était pratiquement inconnu auparavant, mais est vite  devenu  très important . Le terme personne ciblée n’existait pas avant 2005. Il  est apparu peu de temps après l’intérêt croissant porté aux armes électroniques spécifiques utilisées. L’utilisation de ce terme  s’est généralisé  depuis.

Agent Provocateur
Un agent provocateur est une personne chargée de provoquer des troubles, de la violence, des débats ou des disputes par ou au sein d'un groupe, tout en agissant en tant que membre du groupe mais en défendant secrètement les intérêts d'un autre. Un agent provocateur cherche à perturber secrètement les activités d’un groupe de l’intérieur. Les agents provocateurs sont utilisés pour perturber ou discréditer un groupe en exécutant des actes pour lesquels le groupe sera faussement accusé, en entraînant le groupe dans des activités qu’il ne poursuivrait pas autrement ou en créant une discorde entre ses membres. Les provocateurs peuvent encourager les actes illégaux, recommander des tactiques belliqueuses non fondées, répandre de fausses rumeurs dans le but de provoquer une action imprudente et hâtive, répandre des rumeurs malveillantes au sein d'un groupe sur un membre du groupe ou employer d'autres tactiques visant à provoquer des actions inappropriées ou détourner un groupe de son but choisi. Un agent provocateur peut tenter d'impliquer comme complice une cible innocente  dans un crime ou une association de malfaiteurs.

Embuscade ( piège)
Une embuscade est une tactique militaire établie de longue date, dans laquelle les combattants tirent parti de la dissimulation et de l’élément de surprise pour attaquer des combattants ennemis sans méfiance à partir de positions dissimulées, telles que les sous-bois denses ou l’arrière du  sommet d’une colline. Les embuscades ont été utilisées de manière constante au cours de l'histoire, de la guerre ancienne à la guerre moderne.
Il ne semble pas exister de précédent historique où les embuscades sur des cibles civiles sont réputées avoir une légitimité en termes de conduite appropriée de la guerre. Dans le passé, de nombreux cas de prélèvement de taxes sur des zones civiles occupées ont eu lieu, et il y a aussi des cas de civils pris dans une embuscade et destinés à être réduits en esclavage par des forces qui leur sont hostiles - les auteurs de telles stratégies  ne figurent pas dans les livres d’histoire -
Dans le contexte de la guerre neuronale, où les embuscades peuvent être effectuées à grande distance et où les civils ne sont pas équipés pour localiser la source spécifique de l'attaque psychologique de l'embuscade, un grand nombre de civils s’avère  vulnérable à l'embuscade. Cette vulnérabilité est due au fait que la plupart des
les civils ne sont pas au courant des technologies et  des techniques utilisées pour violer un grand nombre de lois nationales et internationales afin de les contraindre  (asservir, laver le cerveau) à certaines façons de faire,  et présentées de manière tout à fait non optionnelles - Il n’est pas certain que même  le silence soit  suffisant pour éviter l'embuscade des civils dans la guerre neuronale. En tant que tel, la connaissance  complète des utilisations des armes neuronales en combinaison avec les techniques classiques de conditionnement et de lavage de cerveau est d’une importance vitale.
La cible n’est pas stupide. Elle a été victime d’ une embuscade. Personne ne mérite ça.

Eléments actifs  (renseignement)
Dans le renseignement, les actifs sont des personnes appartenant à des organisations ou à des pays espionnés qui fournissent des informations à un espion extérieur. Il existe différentes catégories d'actifs, y compris les personnes qui:
Travaillent volontairement pour un gouvernement étranger pour des raisons idéologiques telles que son opposition à son gouvernement, mais vivent dans un pays qui ne permet pas une opposition politique.
Travaillent pour être payés. Les services de renseignement paient souvent de bons salaires aux personnes occupant des postes importants qui sont disposées à trahir des secrets.
Ont été soumis à un chantage et sont forcés de jouer leur rôle.
Ignorent  qu'ils sont utilisés. Les actifs peuvent être loyaux envers leur pays, mais ils peuvent néanmoins fournir des informations à un agent étranger via des ordinateurs non sécurisés ou lors de discussions au quotidien.

Cognition augmentée
La recherche cognitive augmentée se concentre généralement sur des tâches et des contextes dans lesquels une interaction et des interfaces homme-machine existent déjà. Les développeurs, en exploitant les outils et les résultats de la neuroscience, visent à développer des applications qui utilisent  l’état cognitif d’un  humain afin de piloter des systèmes informatiques en temps réel. Ce faisant, ces systèmes sont capables de fournir des données opérationnelles spécifiquement ciblées sur l'utilisateur dans un contexte donné.
Il y aura probablement des utilisations positives de ces technologies. Dans le contexte actuel, je mets en évidence l’application de la cognition augmentée aux situations de guerre électronique et de guerre psychologique (guerre neurologique). À savoir que, dans un contexte de surveillance neurale à distance associée à des ondes électromagnétiques à modulation d'impulsion qui influencent les processus neuronaux, on crée une situation hautement asymétrique entre les civils qui pensent  jouir de  liberté cognitive et les entités responsables (acteurs malhonnêtes  de service de  sécurité; autre criminels) qui amassent des informations sur des individus ciblés, puis, avec le soutien d’ordinateurs offrant un degré accru de cognition, cherchent à affirmer leur domination psychologique sur ceux qui ont la témérité de penser par eux-mêmes ou d’interroger les pouvoirs en place.

 Chantage
Le chantage est un acte souvent criminel , impliquant des menaces injustifiées pour  obtenir quelque chose (généralement de l'argent ou des biens) ou pour  causer une perte à un tiers sauf si la demande est satisfaite. Il s’agit essentiellement de contrainte consistant à menacer de révéler au public, à un membre de la famille ou à des collègues des informations  vraies ou fausses sur une personne, ou de menacer de  faire subir un préjudice physique ou mental , voire des poursuites pénales. C'est une infraction légale aux États-Unis, en Angleterre et au pays de Galles, en Irlande du Nord, à Victoria, en Australie et en Tasmanie, et a été utilisé comme un moyen de faire référence à d'autres infractions.
Le chantage consiste également à utiliser des menaces pour empêcher une autre personne de se livrer à une activité licite (par exemple, dire la vérité sur le harcèlement électronique ou les armes neuronucléaires) ou a écrire des lettres diffamatoires (ou de répandre des rumeurs ou des insinuations en vue  de sabotage politique). L’intimidation en général  peut être utilisée pour empêcher l’individu de promouvoir certaines opinions ou de communiquer certains faits, comme dans le cas d’une dénonciation.
Dans le contexte actuel de la guerre psychologique de l'ère électronique, deux questions relatives au chantage se posent 
 1) Des entités  peuvent essayer de vous faire chanter pour  vous faire faire  de mauvaises choses, ou  peuvent  vous soumettre à un  de lavage de cerveau, en affirmant que "ça ne finira jamais" (c'est-à-dire  que le harcèlement /  torture  ne finira jamais si vous ne vous  soumettez pas  )  sauf si nous ne réussissions le changement peut en fait être vrai, et 
2) indépendamment du fait qu’ils utilisent une "preuve" réelle ou inventée, ils vous calomnieront publiquement ou insidieusement  (que  les faits soient réels ou pas ) si vous ne faites pas ce qu’ils disent .
En ce qui concerne le potentiel de répression politique et de contrôle social, il convient de noter que les entités en charge peuvent tenter de vous entraîner dans des situations embarrassantes, voire illégales, dans le but de vous faire chanter ensuite. Si vous faites face au risque de chantage constant  qui pourrait vous anéantir   totalement ,  il serait peut-être intéressant d'envisager  des changements  et de faire face ,  même avec le risque que cela représente pour l’avenir- cependant, à l'ère électronique avec  la surveillance neurale à distance possible, il est conseillé d’envisager ces possibilités de la manière la moins consciente possible. Si le chantage implique des "faits" fabriqués ou des choses que vous savez ne pas être illégales ou contraires à l'éthique, alors soyez sur vos gardes pour résister aux influences extérieures qui pourraient tenter de créer un faux souvenir, ou de vous convaincre que vous êtes mauvais ou que vous pouvez être mauvais.  et socialement mis à l’écart  à la suite de ces fausses déclarations - L’entité responsable considérera comme une grande victoire et un signe de contrôle sur vous de vous avoir convaincu d'admettre quelque chose que vous n'avez jamais fait (référez-vous à la sub-vocalisation pour des possibilités de provoquer une fausse reconnaissance) , et de votre côté, cela peut entraîner un sentiment de désespoir et un manque de contrôle (se référer aux premières étapes du lavage de cerveau).

Liste noire
Une liste des personnes ou organisations désignées pour discrimination spéciale ou boycott; Une personne ou une organisation  peut être mise sur une telle liste. Les listes noires sont utilisées depuis des siècles comme moyen d’identifier et de discriminer certaines personnes ou organisations. Une liste noire peut comprendre, par exemple: une liste de noms proposés  par une entreprise qui refuse d'embaucher des individus identifiés comme  syndicalistes ; un pays qui cherche à boycotter le commerce avec d'autres pays; un syndicat qui identifie les entreprises avec lesquelles il ne travaillera pas; ou un gouvernement qui souhaite spécifier qui ne sera pas autorisé à entrer dans le pays.

Harcèlement de blocage
En matière de harcèlement organisé, le blocage par harcèlement est l’un des mille moyens de détruire  des individus ciblés et de les rendre dingues. Les exemples peuvent inclure beaucoup de choses qui, à première vue, semblent banales: dans les magasins, les gens vous gênent chaque fois que vous allez chercher quelque chose; dans un hôtel avec des installations communes, chaque fois que vous allez utiliser la douche ou la salle de bain, un groupe de personnes  se met soudain en place et fait la queue  quand vous voulez y aller ; en attendant un bus (ou autre chose), les gens s’agglutinent  devant vous et  gênent votre entrée ; lorsque vous conduisez,  des gens plus nombreux que la norme habituelle feront des manoeuvres gênantes destinées à vous coincer ou à vous doubler ou  changer de voies avec des queues de passion, mobilisant une attention considérable et faisant prendre des risques  ; les articles que vous achetez régulièrement ou que vous avez recherchés en ligne  ne seront plus disponibles  ou bien proposés à  des prix  gonflés pour cause de stock épuisé ; la liste continue ... Si ces faits  sont rapportés à un psychiatre, cela serait interprété comme un signe de pensée délirante, car ils sont  censés arriver à n’importe qui  . Pourtant  une personne ciblée est mise face à ce genre de situation à chaque fois qu’elle essaie de faire quoi que ce soit.
A suivre