mercredi 27 juin 2018

Souvenirs du Sextant



Le Sextant est une bâtisse rectangulaire et sobre . Face à la mer. 

Ce pourrait être un endroit idéal pour « alzeimers légers » . Le nom de la résidence est répété 4 fois sur 25 mètres. 
A l’intérieur , après avoir franchi la porte d’entrée,  l’« alzeimer léger » a encore le mot  « Le Sextant «  pour le rassurer et  lui redire que c’est bien là.

Le syndic ( gestion comptable et entretien des parties communes)  de l’immeuble est Monsieur Chaillou. 
Monsieur Chaillou est aussi gestionnaire de bien.  Il loue les biens des propriétaires qui le désirent. 


Mais là, il a refusé . Il n’a pas accepté la gestion de l’appartement de ma propriétaire.

Appeler et encaisser des loyers dans ces conditions relève d’une infraction pénale, aggravée par le fait que l’indélicat , est un professionnel et ne peut pas ignorer la loi qui régit sa fonction.
Imputer des frais divers à une personne sans lien contractuel  avec elle,  et la menacer est une circonstance aggravante du délit.

Dans le harcèlement en réseau , les professionnels de l’immobilier sont très actifs, parce que sûrs de leurs bonnes relations avec les politiques, et  parfois même avec  des agents  dans les tribunaux  et qui les préviennent des plaintes contre eux ou leur arrangent le coup. Solidarité mâle oblige.  

Ça avait été le cas à Troyes , avec l’agence qui m’avait loué un parking avec un badge désactivé et qu’elle avait tergiversé à remplacer. Je payais.
Quand ma plainte était arrivée au tribunal, le gestionnaire de biens avait aussitôt pris contact  avec moi, pour arranger le problème en suspens depuis 4 mois. 

Pour expliquer l’inertie relative ,  face à la mafia de l’immobilier , il faut penser aussi à l'intervention  de voyous envoyés  pour brouiller les pistes , faire pression en augmentant l'escalade des représailles , ou voler, avec violation de domicile sans effraction,  les dossiers en cours des cibles téméraires qui portent plainte. 

Au « Sextant » , dès  mon arrivée,  des violations immédiates de domicile ,  avaient annoncé l’état d’esprit d’une certaine  population  locale  hostile à une inconnue , sur commande.  
Certains psy prétendent que les violations de domicile sont des viols symboliques. 
On devrait en déduire , que certains résidents du Sextant ont de sales habitudes et de gros besoins.

De nombreuses violations de domicile, ici comme ailleurs,  se manifestent par des actes de provocation  et de destruction  relativement insignifiants, à l’unité . Ils sont répétés à l’infini . 
Les violeurs ne  s’arrêtent pas et ne se lassent pas, parce qu'il existe des complicités et  des compromis locaux qui leur facilite la tâche.
Leur hostilité active est transmise aux sociétés de nettoyage.  

Ici, au Sextant ,  il y a trois générations à l'oeuvre.



Parmi les mauvais souvenirs infligés par des résidents de cet immeuble et  au vernis  social  maintenant bien craquelé   , il y avait eu , et c’est classique , du gaz lacrymogène ou l’équivalent,  balancé par la VMC.
Provenance le N° 16. 

Les dégradations de tous ordres , incluait du  linge taché et du linge  volé pour être troué avant d’être rendu . 


Il y avait aussi  eu ceci  ( déjà montré ) , pour 20 euros de perte


encore ceci  ci-dessus , pour 25 euros de perte 


en plus de ceci,  pour 110 euros de perte 



Dans une armoire , deux cadres rangés  à plat, avaient eu le verre  brisé et les taquets de maintien à l’arrière , arrachés. 


L’un des gougnafiers habitué,   était entré  pour brûler un camélia  ( 15 euros) qui proposait une vingtaine de fleurs à venir. Toutes le feuilles et les fleurs étaient tombées ensemble. Marron. Sauf ces boutons restés stoïquement accrochés à un bois mort.

C’est également un classique ,  et qui consiste à détruire ce que la cible semble aimer .

Le but  de ses réseaux  d’hargneux, est de rendre l’ univers d’une cible le plus  moche possible  en maintenant une atmosphère de violence continue cachée , irrespirable. 
C’est ce qu’on appelle aussi un système de type mafieux. 

En plus, en  monopolisant l’attention de la cible sur tous ces   détails  ahurissants  et cumulés  qui pourrissent sa vie , une cible  est « tirée vers le bas «  . Elle est perçue , sans son intelligence ,  au niveau des incidents repérés et décrits. Ainsi tous les faits rapportés semblent définir ses préoccupations , alors qu'il s'agit du  niveau de bêtises qu’on lui impose .


Comme tous les salauds sadiques de ce pays , les violeurs de domicile  du Sextant avaient décoloré et écorché le mobilier, déjà bien amoché. C’est un autre  classique du HCR en France 


Ils avaient aussi laissé des signes de leur hargne . Comme ceux-ci  ci-dessus et dessous : 



Et , bien sûr, personne n’imaginerait que  cela puisse arriver, dans un immeuble où l’on vit dans l’harmonie ou la déco éclatante  d’ un ascenseur de petits bourgeois  heureux,  comme ceci, 

 porte intérieure de l'ascenseur

et l’intérieur comme cela 





lundi 4 juin 2018

Un cabinet et médical complice d'atteinte à la vie privée


Les personnes qui ne connaissent pas le harcèlement criminel en réseau  pourraient penser ou dire 
«  c’est pas possible » et « c’est incroyable »

C’est effectivement aussi incroyable que :

- DE CERTAINES hurlant devant ma porte pendant que le gros imbécile qui lui servait d’homme de main, essayait de l’enfoncer .
De Certaines, président du conseil syndical se prenait pour le roi de l’immeuble pour se donner le droit de couper l’arrivée d’eau d’une copropriétaire ( moi) , ou de faire enfoncer sa porte palière simplement parce qu’il avait décidé que c’était , pour lui,  l’heure d’un conciliabule à 6 contre une : deux franc-maçons  harceleurs , leurs deux épouses bigotes, le gros imbécile  brutal et sadique et sa vieille mère du 5ème , devenue sa locataire. 

-  le neurologue du centre médical de la rue de Vaugirard , m’appelant par mon prénom avant de m’informer qu’il ne voulait entendre parler ni d’électro-encéphaloscan , ni de harcèlement électronique , objet de mon rendez-vous  explicité sur la prescription de mon médecin traitant et qu’il avait sous les yeux. Cette fois-là,  il avait gagné son salaire à papoter , dessiner et  me faire perdre mon temps.

-  le neurologue de Paris VII, spécialiste de la douleur à l’hôpital BEAUJON   qui avait choisi de faire sa prescription d’une examen EEG hors de ma présence . Il me l’avait fait remettre quelques minutes plus tard, sous enveloppe , par sa secrétaire. La signature sur la prescription était une imitation de ma signature. Il avait donc attendu mon chèque de paiement pour pouvoir  ainsi imiter ma signature. 
Une demande  ultérieure  de copie de cette prescription , m’avait été envoyée  SANS signature. 

Cet incident était survenu au moment où j’avais mis en ligne une plainte pour usage de faux  contre le gestionnaire de biens de Vannes : LEROUZIC -SOFI-OUEST GESTION


- le gougnafier n°4 , qui viole  mon appartement pour voler, et  dégrader dès que je m’absente . C’est le même qui , ayant récupéré ma clef de voiture qui m’avait échappé sur le parking, l’a gardée une bonne dizaine de jours. Depuis , dès qu’il le peut , il ouvre mon véhicule pour monter le chauffage . Ils le font tous, ventilation à fond, en plus…….
en attendant de pouvoir fabriquer une panne prévue mortelle  70 kms ou 100 kms plus loin, (?) comme  cela avait été fait à Angers (49)  et raconté dans un blog précédent 

Cette fois , l’atteinte à la vie privée a consisté à ouvrir mon coffre de voiture , ouvrir mon sac à dos , ouvre la sacoche d’ordinateur fourrée  dans le sac à dos, , lui-même planqué sous une couverture. 
Pour cela , il fallait une copie de ma clé de voiture. 
Par ailleurs , tout le monde sait que pour craquer un mot de passe  d’ordinateur et siphonner un disque dur , il suffit d’une clé USB avec deux petits programmes …… et de temps. 
Le temps était offert par le centre médical qui avait fait trainer ma présence dans ses murs.


Le rendez-vous dans ce centre médical , jusqu’alors accueillant et, semble-t-il respectueux du client , était à 10H45. 
A 10H43 j’avais attendu , à l’accueil, que la secrétaire, au téléphone,  accepte de me voir. 
La salle d’attente  où elle m’avait dirigée était vide. 

A 10h55, une jeune femme était venue s’installer. C’était le rendez-vous de 11H .
A 11h05 , le médecin l’avait appelé .

A  11h10 , un homme s’était installé. C’était le rendez-vous de 11H15. 
A 11h 20 le médecin l’avait appelé 

A 11h25 , une femme était venue s’assoir. C’était le rendez-vous de 11H30. 

Pendant les 40 minutes de mon attente, un jeune médecin joyeux   avait glissé  3 fois la tête dans la salle d’attente, pour en vérifier le contenu.

A 11h 27 , j’étais retournée à l’accueil me rappeler au bon souvenir de l’équipe formée d’un médecin avec un air bougon d’opérette , du  ravi   guetteur  , et de la secrétaire . 
 Mon étonnement d’avoir vu déjà 2 clients   passer avant moi  m’avait valu . 
  «  oui, vous avez bien rendez-vous ce matin » 

J’avais annulé le rendez-vous et foncé vers ma voiture stationnée derrière l’église. 



La voiture était bien fermée. Dans le coffre 
- le sac à dos était ouvert 
- la sacoche de l’ordi était ouverte.
Soit les crapules n’avaient pas eu le temps de fermer 
Soit c’était de la provocation

Ce jour, comme souvent,  mon stationnement avait été repéré  et transmis aux voyous qui possèdent le double de la clé de voiture .
 Le cabinet médical , un lieu au-dessus de tout soupçon, avait été sollicité pour faire trainer ma présence au loin, mais surtout avait accepté.  Il était  complice d’ un réseau de type maffieux et d’ atteinte à la vie privée. d’une cliente .
Drôles de médecins. 



Dans l’appartement,  le plomb  à usage unique  qui ferme une valise (samsonite) de dossiers était un faux vrai  plomb et portait le n° 533917 . C’était une copie d’un plomb  à usage unique de ma série prétendue unique, achetée en Hollande.. 



 L’original  533917   avait été posé par moi,  sur la valise  le 1er mai 2018 et enlevé le 11 mai  2018. Direction la poubelle. 
Le 11 mai   le nouveau plomb fixé  avait le n° 533839 . 
Il avait été remplacé le 26 mai  par le n° 533078. 
La valise n’ayant pas été ouverte par mes soins depuis le 26 mai, c’est donc le 533078 que j’aurais du trouver, ce jour.
Ce n’était pas le cas. 


Crapules, criminels et ces  médecins-là …………   même combat ?