lundi 28 novembre 2016

Ultrasons - EEG - Une nuit , côté cuisine

cartoon proposé par Eleanor White *(1)

Mon lieu de couchage improvisé en cuisine , était devenu insupportable à partir de 2h du matin. Des sons pulsés ressentis dans la boite crânienne , faisaient sursauter le cerveau  sans répit.
 Le bonnet des électrodes EEG  avait remplacé fissa  les packs de gel autour du crâne pour une vérification de ce qui se passait dans le ciboulot douloureux. Voici un aperçu de décharges électriques dans le cerveau au moment de la douleur .  En  lecture accélérée.

J’étais là dans la cuisine,  sur un couchage de fortune , et qui m’avait évité la veille ,  les habituels nuisances  de tirs d’énergie en chambre. Mais là, c'était soudain devenu quasi insupportable. 


Le détecteur d’ultrasons, paramétré en recherche entre 50 kHz et 70 kHz était  posé sur le meuble . Ainsi situé  d'abord  en hauteur,  il montrera ceci :


Une fois posé au sol ,  le changement était comme suit .


L’enregistrement  bloqué sur « hold »  donne  la densité de puissance (nT) la plus élevée enregistrée  en 65,6 kHz. Il montre aussi une fréquence  intermittente et pulsée de 68  kHz

Pendant ce temps-là , les quelques rares  hautes fréquences pulsées et enregistrées au-dessus du barda,   étaient ainsi :



Extrait de Wikipedia sur les ultrasons : 

Auditory sensation can occur if high intensity ultrasound is fed directly into the human skull and reaches the cochlea through bone conduction without passing through the middle ear. 
The principle behind a pulsed ultrasonic technology is that the transmit signal consists of short bursts of ultrasonic energy . After each burst, the electronic looks for a return signal with a small window of time corresponding to the time it takes for the energy to pass through the vessel . Only a signal received during this window will qualify for additional signal processing.
The extra- aural ( unrelated to hearing) bioeffects on various internal organs and the central nervous system included auditory shifts, vibrotactile sensitivity change, muscle contraction, cardiovascular function change, central nervous system effects, vestibular ( inner ear) effects and chest/lung tissue effects.


Tests performed on mice show the threshold of both lung and liver damage occurs at about 184 dB. Damage increase rapidly as intensity is increased .

voir aussi  :

lundi 21 novembre 2016

Arc de feu à l'ARC EN CIEL


L’arc de feu est une désignation imagée pour caractériser l’énergie qui avait soulevé  le matelas de ma chambre d’hôtel, et moi avec . Chambre 19.

La narration suivante  montre l’organisation facile du harcèlement en bandes organisées , avec un peu de technologie et beaucoup de complicités cachées . 

Cela se passe dans une petite ville de province française ( Les Sables d’Olonne) où des acharnés fachos , ne savent pas qu’une femme est un être humain comme les autres et qui a le droit au respect de ses droits et de sa vie privée  . Sans parler de sa santé ! 



Ma voiture avait été laissée 1 km plus loin. En zigzagant par les rues étroites  de cette ville, j’avais atteint l’ARC en CIEL, un joli  petit hôtel proche de la mer et  qui émerge d’un coin de rue.

Avec une identité tronquée et un paiement en espèces, j’avais tout bordé en matière d’anonymat.  
Le directeur adjoint de l’hôtel m’avait accordé la chambre 32. Clé en poche , sans visite préalable , j’étais repartie.

Mais, semble-t-il , dans cette ville encore, une cible reste la cible de tous.  Surtout de ceux qui transgressent leur qualité ou leur fonction, assurés de la couverture de  leur bonne réputation habituelle .



Le soir, sitôt sortie du  parking en sous sol de mon immeuble, j’avais fait face à une caravane de harceleurs en voiture. Dont le très énervé 44, de la rue de la Bonne Vierge, et qui faisait vrombir son moteur de plaisir quand il me croisait de nouveau.

Il y avait donc, à Cap Olonaune forme d’ alerte qui signalait mes sorties en voiture. Selon mes  nombreuses observations et détections , elle serait  aux mains du jeune portugais G33, aux airs d’enfant de chœur. 
Celui-là même qui était  entré   dans mon appartement la nuit avec ses copains voyous, et  alors que j’étais  dans mon lit.

Pour ce soir du 18-11, ma voiture avait été stationnée à une bonne centaine de mètres de l’hôtel Arc en Ciel. Le directeur adjoint était dans la rue à téléphoner .  
Besoin de discrétion  Mr Rocheteau ? 

La chambre 32 s’était avérée  particulièrement chargée en champs électro magnétiques , m’incitant à demander immédiatement un échange. 

La jeune femme de la réception avait proposé la 06. 
Refusé par l’adjoint à la direction, qui avait pris les clés des chambres 19, 22 et 23 pour m’accompagner. 

Les spots WiFi étaient dans les couloirs. La chambre 19 , en était la plus éloignée. C’était OK. Elle était située juste au-dessus de la 06, qui était donc VIDE d’occupant. J'apprendrai le lendemain de la gérante, que la chambre au-dessus était également vide. Ce qui permet une déstabilisation par la technique de l'étau.*(1)

A ce stade, le soir du 18-11,  seuls les deux jeunes femmes de l’accueil et l’adjoint du directeur connaissaient mon numéro de chambre.

Dans la chambre 19, j’avais assez peu attendu , avant d’être soulevée avec le matelas par une poussée d’énergie venant du dessous.


La détection avec l’appareil posé au sol et muni d’ une antenne omnilog donnait ceci  ci-dessus :
Ces valeurs  auraient été multipliées  de 4 à  5 fois   par  une détection faite avec une antenne directionnelle.

Cela avait continué avec ceci :



et cela :


avant que ne commencent  les  sifflements pulsés,  façon  D. STEFANE 

.Les cons pions de cette ville étaient, une nouvelle fois, en mode pleine expression,   par complicité de transgression de personnel interposée.

Ici, comme souvent , il y avait double tromperie : 
- escroquerie d'un client qui paie une prestation transformée en torture et mise en danger de sa santé.
- tromperie à l'égard de l'employeur dont la réputation souffrira  de l'inconséquence de son employé.

J’avais quitté  l'hôtel Arc en Ciel pour ma voiture.

Là, les tirs d’énergie par déclenchement du mouchard GPS , planqué dans mon véhicule et non localisé à ce jour , avaient commencé. 

Et,  chaque déplacement  de mon véhicule avait été suivi d’une farandole de voitures  de cons   harceleurs , dont le devenu habituel de Cap Olona,  AV ---MM. 

Interrogée le lendemain, la gérante apparemment incrédule de l’ARC en CIEL , avait déclaré avoir toute confiance  dans ses  collaborateurs. 

Pour le matelas soulevé et moi avec , elle avait émis l’hypothèse d’un dérèglement des spots WiFi ou autre.


Ce qui signifierait, si je comprends bien la logique  de cette hypothèse  que je serais responsable d'attirer des tirs d'une énergie qui viendrait se mettre juste à la verticale en dessous de l'endroit où je me trouve . 


Fortiche ? non ? 

A défaut de preuves et  de détections, c'est ce qu'une cible de cette forme de criminalité cachée  obtient comme réponse. Ni excuse. Ni réparation.





Comme le montre cette nouvelle anecdote criminelle , 

les femmes cibles  de harcèlement criminel global de ce pays, sont 


tout particulièrement  en danger,  par négation de leurs droits et de   ,
leur liberté et par intrusion systématique dans leur espace privatif. 


Le 25 novembre de chaque année est un moment pour le faire 

savoir et le dénoncer, et enclencher une spirale vertueuse grâce

à toutes les personnes de bonne volonté.




samedi 19 novembre 2016

Aux résidents de Cap Olona

pingouin en colère

« C’est vous qui l’avez cassée »  
Je lui tenais aimablement la porte de sortie de l'immeuble. Lui me montrait la porte vandalisée du local poubelles , en m'accusant. 

«  oui, c’est ça. Quand il pleut , c’est moi. Et quand il y a de la tempête , c’est moi aussi « 

«  C’est ce que pensent tous les gens de cet immeuble «  avait-il ajouté sèchement, sans autre civilité. 
Diable ! . Ça ne rigolait pas du tout. On était en plein dans le harcèlement d’immeuble avec retournement de la masse des résidents  contre une cible, sur fond de rumeurs propagées par ses agresseurs .


Alors pour les  résidents de cet immeuble qui regardent ce blog , s’il y en a , ma réponse est :

- NON, je n’ai pas cassé la serrure du local à poubelles , parce que le local à poubelles ne m’a jamais rien fait. 
- NON,  je n’ai pas,  non plus , cassé la serrure du local à vélos, où je ne mets jamais les pieds, et pour la même raison.
- NON , je ne suis pas  responsable  de la pluie qui tombe , ni de la tempête , ni de la baisse des températures , ni de la venue de l’hiver.
- NON,  je ne suis pas responsable, non plus des problèmes survenus sur le Vendée Globe ,  comme le  déroutement de Bertrand de Broc , ou l’avarie de l’imoca de Didac Costa, ou le problème de mât de Tanguy de Lamotte  .

Dans cet immeuble de Cap Olona , on ne peut pas contacter les membres du conseil syndical . Leurs noms sont nulle part pour les informer qu' il se passe des choses autrement plus graves que des histoires de serrures bêtement dégradées par des crétins vandales,  et qui veulent en plus s’en servir pour m’en accuser.

Dans cet immeuble , donc,  quelques  dépravés en bandes organisées  violent mon domicile avec des clés copiées,  violent ma tranquillité par du harcèlement à pied et en voitures, et de la privation de sommeil . Ils   violent aussi  mon cerveau  avec des tirs d’énergie dirigée.

Cet acte est un acte de taré, de  pénétration violente de l'intime , à l'aide d'un élément extérieur, et avec l'intention de faire souffrir et de dégrader des fonctions vitales .

Ici encore, dans une situation de harcèlement criminel global, le préfet est aux abonnés absents , en attendant son changement. Le maire rigole de la victime qui demande de l'aide . La police ne veut pas déranger le  ou les criminels connus et dénoncés. 
Sans doute des copains de surf , de plongée, de vélo,  ou de musculation.

Alors  tout résident de l’appartement du dessus  occupé H/24  continue de s’éclater en actes sadiques et invalidants. 

Après plusieurs nuits dans ma voiture, et dans  le froid de la nuit , à subir l' activation à distance  d’une balise GPS qui provoque des tirs incessants  venant du ciel et/ou parfois du dessous,  j’avais essayé de rester en appartement pour la nuit et avec cette installation de fortune. Pour éviter le pire. Pourtant inévitable.

Ces parades font surement  rigoler le corse  D.STEFANE et ses complices, qui changent aussitôt de méthodes et moyens.
.



Au-dessus de la console , pour une maximale efficacité, se trouvent plusieurs plaques de fonte. En dessous , pour éviter toute réflexion, des épaisseurs de mousse , cuir et caoutchouc.

Un des premiers tirs venant du dessus montre ceci ,  et avec la présence d’une nouvelle fréquence entre 5 GHz et 6 GHz ( à droite toute) . 
Un autre détecteur donne 5,8 GHz, plus précisément.



Ce tir , qui n’avait, semble-t-il ,  satisfait ni l’opérateur ni la réponse à l’appareil  émetteur, avait été suivi très vite, d’un changement de provenance. Après le plafond, le plancher. Enregistré comme ceci et donné par le détecteur placé sur le tabouret à droite sous la console. 



Et le cerveau avait réagi ainsi : 



Ce jour-là je m’étais allongée juste après le repas. Sans avoir eu le temps de paramétrer mon détecteur, j’avais été plaquée dans le lit par une boule de feu qui avait atteint les bronches. Le souffle coupé, hébétée par la douleur,   incapable de bouger , j’étais restée résignée à craindre le prochain tir.  Mais : rien. Et la brûlure des bronches  avait duré  10 longues minutes

Le lendemain, le détecteur  avait été sur le lit avant moi. Ce qui avait donné cette information de tir et venant du dessus.


Le harcèlement criminel global , tel que montré au fil des jours et des manigances des psychopathes acteurs et des pervers commanditaires  , est fait de complicités nombreuses de dominants et de bandes organisées à leur service . 

Ce harcèlement criminel global est surtout dirigé contre des femmes (75% de la population des cibles) . 

Le 25 novembre pourrait et devrait être une journée pour le dénoncer AUSSI . 

Alors j'ajoute ici  à l'intention du petit jeune homme  du 3ème étage de Cap Olona et  qui était entré chez moi avec sa bande de pieds nicklés , alors que je m'y trouvais , de cesser de se donner un accès aussi  à mon véhicule et à ses réglages et de cesser aussi  sa surveillance d'alerte  de mes départs avec son matériel de harceleur en bandes organisées, entreposé dans son garage, face à ma place de parking .

Le mouchardage par GPS  ( non de mon fait - GPS non programmé)  sert aux cinglés amateurs de harcèlement/rodéo et  qui déboulent n'importe quand , dont en pleine nuit, dès que le GPS signale mon départ d'une place de stationnement.

Ce mouchard sert aussi  à "ma" surveillance constante , par des tarés de l'immeuble et d'ailleurs , amateurs de harcèlement facile , qui se prennent pour des héros alors qu'ils ont un problème comportemental grave. Cela comprend aussi le grand AV---MM, avec ses poursuites en pleine nuit.

Les harceleurs en voiture du quartier , incluent le jeune 44 de la rue de la Bonne Vierge, et  tous les autres   énervés oisifs , qui sortent aussi dès potron minet   faire les mêmes pitreries de nazillons en bandes organisées ,  quand je décide de rentrer  dans non appartement , affronter la bêtise hargneuse micro-ondée du voisin corse .

Je garde précieusement  toutes leurs immatriculations. 






lundi 14 novembre 2016

Lettre au Père Noël - Harcèlement électronique

                                                                                                                    

                                                                     A                         Monsieur François Hollande
Président de la République
Chef de l’exécutif
Palais de l’Elysée
75008 PARIS

Objet : Cadeaux de Noël

Monsieur le Président, 


Dans un court  et ancien article d’un hebdomadaire, Patrick Sébastien avait raconté vous avoir mentionné qu’il était  sans arrêt sollicité et pour à peu près n’importe quoi , par des centaines de quidams. 
Ce à quoi , selon lui, vous auriez répondu qu’en ce qui vous concerne il y a plus de 60 millions de français qui vous prennent pour le Père Noël.
C’est  sans doute exact.   Moi, aussi.

Et comme la période des commandes  de cadeaux au Père Noël a déjà commencé , je me permets de vous présenter ici la mienne,   qui tient en deux points seulement. Pas de paquets encombrants !

Le premier point  concerne une demande d’interdiction de tirs d’énergie de proximité  et qui devienne  sanctionnée par une loi  . 
Il existe , en effet dans ce pays de plus en plus de sadiques et de psychopathes accros de cette activité cachée qui consiste à  jouer à faire mal, et/ou régler  des problèmes de vengeance et de règlements de compte personnels, par de l’énergie dirigée à distance et en cachette. 

Cette activité d’élimination  d’un être humain sur le territoire national et avec souffrances intégrées, vous a été décrite dans des courriers précédents et porte le nom de      harcèlement électronique.

Le deuxième point directement lié à votre fonction et qualité de chef de l’exécutif, consisterait seulement à interdire ce qui est interdit aux employés de l’armée , qui pour le moment s’en donnent le droit  à défaut  de vérification et de contrôle . 
Il s’agirait donc d’interdire à ces employés de l’Etat, payés par les contribuables, d’attaquer des citoyens et contribuables ,  avec des radars militaires de surveillance . 


Pour trouver une éventuelle trace de ce phénomène, j’ai parcouru le livre  que les deux journalistes accoucheurs Mrs Davet et Lhomme  ont écrit sur vous. 
En vain.
Le phénomène des assassinats ciblés d’ennemis  et faits à l’extérieur de la France était déjà connu en août 2015,* (1)  quand vous aviez , en plus, décidé d’offrir  deux drones à Mr Le Drian , pour une meilleure efficacité.

Mais, on n'y trouve  rien sur l’élimination des français en métropole. Ce qui laisserait peut-être même  supposer que vous en ignorez la réalité.

Cela m’amène ici à une description un peu détaillée de cette très grande probabilité d’employés de l’armée responsables d’éliminations et de souffrances  infligées à des contribuables/citoyens  et faits sur le sol français. 
Ce serait alors là, le véritable secret du quinquennat  et que n’ont pas relaté les deux journalistes Mr Davet et Mr Lhomme.

Voici donc ci-après ces détails :
Le 13 novembre  2016 à 23 h , j’avais été agressée dans mon lit , par des tirs d’énergie fulgurants et visant la boite crânienne et le  cerveau. Cela m’avait obligée à quitter mon lit  et  à partir en voiture pour éviter le pire : un  AVC

En sortant du parking de l’immeuble, au volant de mon véhicule , j’avais subi une attaque qui avait produit un étouffement/suffocation, avec perte momentanée de contrôle du véhicule.*(2)

Arrivée à mon premier emplacement de stationnement, une sensation de  trois points brûlants sur le sommet du crâne avait été suivie d’un matraquage d’énergie brûlante de la tête ,  dans la minute suivante.
Après plusieurs essais de stationnement dans divers endroits  , j’étais entrée dans un parking souterrain où j’avais immédiatement été attaquée de la même et vicieuse façon et ce , malgré plusieurs déplacements . Tous ces déplacements avaient été  suivis d’un bombardement immédiat d’énergie visant la tête .

Cette nouvelle nuit avait été  de souffrances et sans sommeil.

En complément d’information, j’ajoute ici, que cette forme de torture   par souffrances infligées en cachette par tous les fous furieux de ce pays a commencé  de façon systématique le 18 mai 2012. 

Il semblerait que  les individus qui pratiquent  et protègent cette torture , parfois  proche et parfois lointaine ,  pensaient sans doute que cela devenait permis.

Nous sommes nombreux, Monsieur le Président,  à espérer ce  double cadeau de Noël de votre part. 

Personne , de ce groupe d’individus ciblés par énergie dirigée, ne verrait d’inconvénient à un cadeau de Noël quelque peu anticipé par rapport à la date habituelle de cette fête éminemment symbolique de douceur et de paix  qu'est Noël  , et qui sinon n’en sera pas une  pour nous , les pour-le-moment- exclus de toute vie normale

Nous sommes , par ailleurs et bien évidemment, tous,  à votre disposition , Monsieur Le Président, pour vous dévoiler plus en détail ce, peut-être  secret , de votre quinquennat. 

Et avec l’expression de ma  très respectueuse considération.



mercredi 9 novembre 2016

Harcèlement électronique et mystifications

Ceci  ci-dessous , est un boitier à lunettes et laissé ainsi ouvert sur la table devant moi.


Il s’était soudain mis à se trémousser, se balançant frénétiquement de gauche à droite. Ça avait duré juste une poignée de secondes.  
Un rapide coup d’œil sur l’écran du détecteur posé tout près , avait , en même temps, montré des bouffées anormales de champs électromagnétiques. Quelqu’un pulsait des signaux. Tout près, aussi.


A l’évidence, l’un des "gars sans couilles" * (1) de cette histoire,  et qui se relaient dans l’appartement du dessus pour me brûler le cerveau,  avait apporté et réglé  son matériel à l’aplomb de la table où je travaillais. 
Les mouvements du boitier  à lunettes  étaient , bien sûr , dus  à un concours de circonstances : de l’énergie pulsée sur des coques concaves,  en équilibre instable. 
Ce petit phénomène aux apparences para-normales ,  aurait pu  affoler plus d’une personne non prévenue  . Quant à le raconter sans être regardée comme « dérangée » ……
Le précédent incident local  aux allures également  peu ordinaires  date du 28 juillet 2015. Ce jour-là, un tir d’énergie venant de l’appartement d’Anne Lescure avait éjecté un miroir de notre  mur commun . Cet incident  avait été raconté à : 
L’année précédente avait été riche en historiettes semblables, grâce   cette fois, à l’obsession assassine de J-J WALTI homme de main de De Certaines à Paris XV.
Alors que je travaillais assise  à une table placée  face au mur d’un appartement voisin  inoccupé , j’avais vu le kleenex posé devant  moi commencer à  frémir et se contorsionner en glissant progressivement.
Manifestement J-J WALTI caché derrière le mur  visait ma tête  avec de l’énergie dirigée qui entrainait le kleenex au passage.
Une autre fois, c’est une planche  posée à la verticale et qui n’avait jamais bougé en 7 ans , qui était soudain tombée à grand bruit . Sans raison.
En 2014, dans la bibliothèque de Rennes , ce sont les revues posées sur une étagère derrière moi , qui s’étaient crashées progressivement. Cela avait été raconté à :

Ces incidents apparemment marrants, mais  provoqués surtout  par des individus dangereux qui  visent la tête et le cerveau pour le brûler, pourraient facilement être interprétés comme des phénomènes  para-normaux par les plus vaillants  ou relevant de délire ou de maladie mentale par des ignorants, ou des complices.  
Il y a donc  urgence à les expliquer ou  à les expliciter dans toute l’étendue de la malveillance  provoquée qui en est l’origine.
Le harcèlement électronique , qui  est  fait d’actes intentionnellement destructeurs et malfaisants  à base d’énergie dirigée à distance  ,  et qui s’avèrent aussi mystificateurs , doit être dénoncé et combattu  sous toutes ses formes , qu’elles soient apparemment   anodines ou manifestement  meurtrières . … en attendant que les politiques s’y intéressent sérieusement.

* (1) https://etouffoir.blogspot.fr/2016/05/criminalite-obsessionnels-des-gars-sans.html


dimanche 6 novembre 2016

Ceux qui "en ont"


Image Aujourd'hui en France , 5 novembre 2016

Ceux qui « en ont «  * (1)  et qui n’ont pas besoin de se mettre à 40 ou 50 pour 
- harceler une femme seule, 
- violer son intimité,

- dégrader ses biens, 
- lui fabriquer une insécurité maximale en tous endroits , pour l'en faire partir,
- et la faire souffrir de façon atroce ,

- tout en mutilant en le brûlant volontairement , une partie de son cerveau …. 
ceux là, et qui ont un cerveau "normal" , ont quitté les Sables d’Olonne (85)  ce jour pour une course MAJUSCULE  dans un moment d’émotion intense  et partagé par plusieurs centaines de milliers de supporters. 
Voici  relayé ici,  un peu de la magie de ce départ de 29 skippers , des gens normaux , qui n’ont pas besoin de détruire le cerveau de quelqu’un pour se sentir exister.