dimanche 1 février 2015

Harcèlement en réseau - recherches d'indices



Dégradations sur un cadre


 Les associations d'aide aux victimes de harcèlement ( simple) conseillent de noter tous les faits  délictueux  du ou des harceleurs et de garder des preuves ou traces de ces faits. 
Les photos peuvent être un des moyens de conserver des traces.

Les cibles de harcèlement en réseau doivent faire plus que cela. Elles doivent  noter aussi tous les faits non délictueux. En gros , elles ont intérêt à  tenir un journal succinct de leur quotidien ,  et susceptible  d'expliquer la situation  pré-fabriquée qu'on leur impose . Les faits notés peuvent  révéler , avec cette fois le recul et une analyse non biaisée,  un cumul d'indices convergents de l'implication de tel ou tel.

Le harcèlement en réseau se pratique en bandes organisées .  Son organisation est complexe et fabriquée très en amont des incidents répertoriés. 
La situation des cibles de harcèlement  en réseau est de type criminel. Elle vise à les pousser au suicide ou à la folie . A les éliminer.

Noter des faits pour ces cibles, ne relève  donc pas de la paranoïa mais de la survie . Cela est destiné à  leur permettre   une compréhension ( qui fait quoi ?)  qui est une forme de re-appropriation de leur  vie . 
Les preuves, traces ou indices signifiants de  l'implications des harceleurs, et de leurs agissements souvent débiles, mais toujours criminels ,  sont autant d 'informations ou preuves  ,  de,  et , sur ,   la normalité de la cible . Son assurance de normalité n'est pas seulement un énoncé. Il est factuel, souvent  par déduction logique .



Dans cet endroit au marketing prometteur de sécurité,  Les violations de domicile avaient commencé dès mon arrivée. *(1) 

Quelques jours plus tard,  mon voisin ex-marin de Lorient avait proposé de m'accompagner à la déchèterie.  OK . 
Sur place,  j'avais couru de container en container . Sans méfiance. 
Le tri  des déchets se devait d'être précis . Et  hop, le tuyau d'alimentation en eau  à l'embout cassé, d'une machine   à laver avait atterri dans le container indiqué. 

Il faut savoir , par ailleurs, que les gars de la déchèterie travaillent avec de longues tiges de  bois  munies d' une pince  articulée au bout. Cela leur  permet de récupérer les objets jetés au mauvais endroit. 

Le lendemain de ce passage en déchèterie , le tuyau d'alimentation en eau , balancé la veille dans la benne , se trouvait sur la plage arrière de mon véhicule, fermé à clée.  Donc , à l'intérieur de la résidence. 
Quelqu'un , ici, dans l'enclos privilégié de cet endroit réputé sécurisé , avait  aussi le double des clés de ma voiture et les utilisaient pour me déstabiliser et bien  plus.

Aucune serrure ne protège de la malveillance  en bande organisée et de la bêtise hargneuse.

Au retour de la déchèterie avec ce voisin ex-marin  ,   nous avions frôlé un garage Renault, censé très recommandable . 

Suivant cet avis  et quelques jours plus tard,  je m'y étais présentée pour une réparation et de la part de Mr Poitevin mon voisin ex-marin breton. 
Le garagiste, Mr Richard avait nié connaître mon voisin
C'est là , parfois aussi, un réflexe  primaire de franc-maçon.
La réparation avait été satisfaisante et signalée  comme telle au voisin avec remerciements.

Le sérieux de ce garagiste recommandé était   prometteur de tranquillité d'esprit  . J'étais retournée  pour un rendez-vous d'entretien . Pour un pré-contrôle le garagiste  avait vérifié les niveaux , à gauche du moteur. 
Puis tout soudain ,  il avait fourré la main  à droite , trifouillé quelques secondes  et tiré un coup sec sur ce qu'il avait agrippé ,  avant de m'entrainer à l'intérieur du bureau pour la prise de rendez-vous ultérieure. Il venait d'apprendre  accidentellement par un flyer qui trainait , ma condition de harcelée.  La suite dira qu'il avait tout simplement donné un coup de main au réseau. 

Pendant ce temps, la sacoche de mon ordinateur était restée dans ma voiture porte ouverte, dans la cour du garage.




Ce soir-là, dans la sacoche de mon ordinateur ,  il manquait la souris de mon ordinateur. Elle n'était pas non plus dans mon sac à main. Nulle part.
Ce soir-là, à 30 kms de chez moi, j'étais sans lumière/code pour faire le chemin  du retour, dans la nuit noire des routes de campagne. 

De retour  au garage Renault le lendemain, l'employé avait suggéré que les deux ampoules /code avaient grillé ensemble,  la veille,   au même moment . 
Intéressant.  Mais très rare.

Pendant les rapides branchements et changements d'ampoules avec essais, c'était mon  sac  à main  cette fois , qui  était resté sur le siège passager, 
Après avoir quitté le garage, je trouverai  dans mon sac à main, camouflée sous le porte-feuille, la souris de mon ordinateur.

Les sacs à main attirent beaucoup les violeurs/harceleurs. Comme les tiroirs de salle bain ou les valises fermées à plomb à usage unique, ils sont le symbole de l'intimité  à violer.

Quelques jours plus tôt ,  mon sac à main avait été fouillé  et un peu délesté,  à l'intérieur de la maison. Le temps que j'aille proposer un service à ma voisine de la maison "Muscadette". La pochette protégeant mes clés USB, dans mon sac à main,  avait été vidée de son contenu. 
Le violeur avait été VU, en clair et en gros . Preste et furtif . Etonnant

L'homme de la "Muscadette"  , immatriculé dans le 44 se  revendique breton. Comme le marin  organisateur du harcèlement en réseau  local.

Une des clés USB  volée, sera retrouvée, jetée  sur le sol de ma voiture fermée à clés . Deux jours plus tard. 

Pendant ce temps,   la dame de la "Muscadette"   s'active  en pataquès  s'indignant de mon indignation exprimée . Elle fait monter l'hostilité générale .  On se demande bien pourquoi . 

 Il s'agit-là, bien sûr,  de 2 techniques de base systématiquement utilisées en harcèlement en réseau  : " attaquer pour se défendre" et 'l'effet boule de neige" de l'hostilité  générale facilement  fabriquée et entretenue par quelqu'un en place , avant la cible.

Une 3ème technique souvent utilisée , consiste à annoncer à la cible ce dont elle devrait , seule , être informée. Cela est souvent fait par allusion. 
Le marin en avait usé et abusé récemment avec une histoire d'impôts. De Vannes. il indiquait ainsi de cette façon claire et fanfaronne  son appartenance à cette organisation criminelle  qui tire les ficelles et manipule les situations .


Ceci ci-dessus avait été déposé dans le tiroir de la cuisine,  avec d' autres objets divers déposés ça et là  . Mons absence avait duré 1/2h. 
 Il s'agit d'un flyer dont j'avais utilisé le dos pour une information laissée sur la plage avant de mon véhicule. Un jour. Une fois.

En matière d'indices , on a ici, 4 informations.
- les violeurs sont aux aguets et en proximité. Ils habitent dans l'allée. La résidence est en campagne.
- les violeurs ont les copies de clés de ma maison où ils peuvent s'introduire le soir après 20h, de manière furtive , les bras chargés de mes affaires
- des violeurs  ont la copie des clés de mon véhicule où ils ont récupéré ce papier et déposé un tuyau et jeté une clé USB,
- les violeurs lisent ce blog en temps réel

Toutes les histoires de harcèlement en réseau ne sont pas identiques. Elles utilisent pourtant, approximativement  les mêmes méthodes et tactiques bien rodées . Il faut les connaître pour pouvoir les reconnaître . En voici ci-dessus et de nouveau  quelques unes .



*(1)





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.