jeudi 31 mars 2016

Marrade sauce poulet


Il s’agit d’une vieille recette traditionnelle française de grand père. Elle se transmet de père en fils dans le secret de la solidarité . 
Pour la conserver dans sa forme originale, on conseille de la tenir soigneusement éloignée de toute influence possible de respect des droits de l’homme. Cela se fait assez facilement dans l’huis clos d’un commissariat, tous endroits confondus, avec avis conforme  préalable du maire et du préfet . 
Les ingrédients de base poussent partout : haine de la différence, sadisme , envie, jalousie,  désir de vengeance, volonté de domination, secret  et embrouilles. Ces ingrédients peuvent être mélangés en toutes proportions selon les besoins de sensations désirées . 
Une fois le mélange souhaité obtenu , il est conseillé de le tenir au chaud et d’en entretenir la saveur avec quelques doses d’humiliation et de moqueries  de groupe , facilement accessibles par la fonction et l’uniforme  et en plus  bon marché. Puisque payées par les impôts des victimes.

La nouvelle convocation au poste de police était arrivée en même temps qu’une nouvelle lettre du maire.

La lettre du maire disait que l’article 40 du CPC  ( prévu pour les crimes) n’était pas utilisable  parce qu’il ne connaissait pas l’auteur de ce qu’appelait maintenant l’ infraction  dont je me plaignais. 
Pour utiliser l’article 40 du CPC , il aurait du , aussi , donc, connaître l’auteur des faits
La tambouille des loges est souvent  sans subtilité.

La convocation du policier était de style autoritaire . L’affaire était sans doute grave ou sérieuse.  J’y étais à l’heure.
Plainte grave et sérieuse, comment donc ! C'était celle  d’un autre PERP *:  Denis STEFANE , résident du A221 . 
Denis STEFANE  m’ y accusait de dégradations de  ses biens , dont sa voiture  et  se plaignait  de voir ses turpitudes étalées   sur internet. 
Ce dernier point avait permis une digression sur le harcèlement électronique dont la plus violente et constante origine semblait être l’appartement de Denis STEFANE …. jusqu’à ce que je réalise que j’étais dans le bouillon, au stade : humiliations et moqueries de groupe.
J’y avais entendu ce que les cibles françaises de harcèlement électronique apprécieront :
- qu’on est en pas en dictature , et qu’on ne va déranger un gars juste parce qu’une  femme se plaint de recevoir des ondes sur la tête, 
- et que sinon, tout ça ( les ondes)  , faut le prouver  avec des appareils homologués, et des avis d’experts qui certifient que les problèmes de santé sont bien directement liés à des tirs de signaux . 
Comme chacun le sait, les tirs sont déclenchés,  surtout la nuit quand la cible est seule
- aucun expert ne se déplace la nuit pour faire des détections
- aucun  expert n’accepte de laisser son matériel  en prêt ou en location pendant la nuit,
- personne , sauf la cible elle-même, ne peut assurer que  sa souffrance  et que son état de santé dégradé sont les conséquences directes des tirs d’énergie, puisqu ‘elle est seule à les sentir et à constater ce qui lui arrive  . 
A la fois  victime et témoin de la dégradation de son cerveau et de sa santé . 
Elle se trouve donc piégée dans une situation où 
- personne d’autre ne peut affirmer  la réalité du crime qu'elle subit,  en  démontrant  la relation de cause à effet entre l'intention de faire souffrir mise en oeuvre et son état, sauf elle,  et ,
- où personne , si j’en juge mon expérience ,   n’osera le suggérer pour ne pas déplaire aux dominants qui ont cette arme imparable du harcèlement électronique en bande organisée  à leur entière disposition. 
Le harcèlement électronique , aux mains de dominants locaux et mafieux, est protégé et utilisé par certains  policiers aussi .  Pour  vengeances. Tout simplement.
Le PV de cette convocation était inutile, naturellement. 
Le policier avait râlé d’avoir perdu son temps.
J’avais présenté mes excuses de victime, convoquée pour une marrade générale , et accusée  d'une certaine façon,  de ne pas  vouloir en accepter plus. 
On s’était quitté poliment.
Et la nuit suivante avait été terrible. Dans la rue.
de Geluck



* PERP = perpetrator = criminel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.