jeudi 30 avril 2015

H C E - mouvements incontrôlables du corps- images mentales



Endormie sur un petit coin de cette plage , un soudain soubresaut de l’épaule m’avait fait rebondir le torse sur le sable. Touchée par un tir d’énergie dirigée, d’origine inconnue.
La petite famille  à mes côtés, avait regardé ce mouvement convulsif du corps  de leur voisine (moi)  avec effarement. J’avais quitté aussitôt.

Le soir , dans mon lit , cachée  et étouffant  sous un matelas posée  au-dessus de moi  en porte-à-faux, j’avais  noté des guirlandes d'étincelles ( sensations de )  dans le talon gauche,  avant des tirs d'ondes vers la tête . Puis  un tir d’énergie dirigée avait impacté  l'épaule gauche . Là , entre mes deux matelas , une sorte d’ onde de choc avait ensuite  soulevé  l’épaule du dessous.  

L’énergie  bloquée  et canalisée  entre les deux matelas, s’était en plus  dispersée dans le corps  et dans une souffrance organique. Puis les tirs s’étaient faits plus précis ou ajustés vers la tête . Ils semblaient éclater à l’intérieur de la boite crânienne. Telles des mises à feu successives de tout ce qui s’y trouve. 
Cette autre nuit avait été sans repos . 

La journée suivante , aussi . Chaque déplacement, en voiture, pour essayer de récupérer, et dans des endroits isolés,  avait  été ponctué dans les dix  ou quinze minutes suivantes  de «   zappings   » vers la boite crânienne .  Sans mouvement de voiture décelable alentour et qui aurait fait penser à un apport de matériel
 Ici les  «   zappings «  décrivent   des sortes de sifflements qui traversent boules quies dans les oreilles,  la boite crânienne et  les protections diverses fixées autour de  la tête.  

Puis, à la suite de ces zappings , l’observation  montrait  une kyrielle de voitures en recherche  et faisant des Uturn sitôt mon repérage réussi.  
Les zappings avaient gagné ensuite en intensité. Il ne faudrait donc, encore une fois, pas exclure un apport de matériel  dans un coffre de voiture mise en stationnement , en proximité   , pour augmenter l’intensité des souffrances.

Dans l’appartement ici, on sait que  Nicolas Barreau , gérant de l’agence des Présidents, et peut-être franc-maçon ou ami de … avait bloqué/ libre l’appartement au-dessus du mien et d’où proviennent  les agressions par  tirs d’énergie. Avec la complicité du gestionnaire,  de cet appartement. 

Comme C.  COUVIDAT aux SENIORIALES, CM-CIC , ici, encaisse un loyer en sachant que le lieu loué n’est pas conforme au contrat  de sécurité d’un domicile . 
Comme C. Couvidat , CM-CIC , averti des violations de mes droits et qui dépendent de lui,  n’a pris aucune mesure .

Ici, comme ailleurs,  ces tirs d’énergie assassins en appartement   sont  faits,  soit par un individu , soit quand il s’absente  grâce à un appareil répéteur entreposé dans cet endroit .

Il faut  se souvenir aussi,  qu’essayant de dormir sur le balcon, en pleine nuit, j’y avais été assommée par un barbare tir d’énergie,  fait avec un matériel déplacé,   à l’étage supérieur et  à grand bruit,   pour être placé  juste au-dessus de moi. Cette nuit-là , j’avais perdu connaissance dès le premier tir.

Dans cette ville ,par ailleurs,  comme à Vannes et à Paris,  ma surveillance est constante et communautaire. Sans raison autre que la haine mutualisée d’un groupe qui méprise les lois,  et le sadisme amusé  habituel et protégé des autres.

Dans la liste des mouvements involontaires et désordonnés du corps, et  que miment les tirs d’énergie de proximité,  les sursauts des épaules, des jambes ou des bras qui se soulèvent tout seuls pendant l’endormissement  sont les plus spectaculaires . 



De nombreux textes sur internet présentent ce phénomène comme relevant du contrôle mental.

Récemment , c’est une torsion du buste comme disloqué qui m’avait réveillée . Le sursaut d’une épaule après l’autre donnait cet effet

Dans  ces situations bizarres , certains de ces gestes bien réels  avaient été précédés d’une fraction de seconde, d’une image mentale de mouvement . J’en avais noté quelques unes . 

La plus intrigante semblait incohérente   : l’image/ sensation montrait le bras  droit se levant brusquement  comme pour attraper une mouche ou une plume voletant devant moi . Mais il n'avait pas bougé. Or c’est l’épaule gauche qui avait été vivement, physiquement , soulevée.  

Dernièrement  des mouvements incontrôlables des lèvres et des joues avaient fait leur apparition à 2h du matin. La première fois , j’étais dans ma voiture près de la mer (1-4) . 


La deuxième fois, dans ma voiture dans un parking (19-4).

Tout le monde sait faire rire un petit enfant en passant très vite deux ou trois doigts sur les lèvres. Les lèvres et les joues s’agitent alors avec un bruit comme «   bela, bela,bela…   »
Et bien, là, c’est pareil. Mais sans le petit enfant, sans l’usage des doigts et sans le son.

Autrefois, il y a une vingtaine d’années, j’étais familière des érections douloureuses du deuxième orteil du pied droità 3 heure du matin. Impossible de le remettre dans l’alignement des autres en appuyant dessus. Il fallait attendre son bon vouloir.
Trois heures  du matin, c’était aussi l’heure d’un réveil avec fringale. Certaines ondes utilisées donnent faim.

Enfin , parmi les images mentales bizarres et notoires,  un texte précédent avait déjà noté celle , en pleine nuit,  d’une fontaine  qui coule et de son bruit .  Une bonne idée  pour donner envie d’uriner. Réveillé à temps , on peut l’éviter.  

Il y a un mois j’avais re-essayé une nuit dans la tente de faraday. Les tirs venant de l’appartement A221 avaient été féroces traversant  sauvagement cette structure prévue pour protéger de 22 GHz ambiants . 
L’énergie utilisée par les amis de Nicolas BARREAU et de CM-CIC pour me détruire avait traversé,  en plus,  les protections habituelles ajoutées  sur la tête , à l’intérieur  de la tente . Comme d’habitude.

Vers 3 heures  du matin c’est une image mentale d’un processus de défécation qui m’avait alertée en catastrophe. L’honneur était sauf.



A ce propos, il convient de relire le témoignage présenté par Rudy Andria* (1) et qui mentionne les amusements de ces psychopathes militaires qui utilisent pour les torturer sous de faux prétextes,  des femmes qu’ils  détestent,  autant que  peuvent le faire,  Certaines, Walti, Roux, Barreau, Poitevin ….. et tous ceux qui prennent plaisir à les faire souffrir,  en les humiliant.

Il n’y a pas d’expérimentation humaine, de toute façon interdite,   dans ce processus de destruction d'un être humain.  Mais  de la haine, de la cruauté et de la barbarie, en bandes organisées . 
Et pour ce qui est des médecins de la tête, pour ceux , indignes, qui participent  à ce processus de destruction d’humains  avec des airs fielleux, il y a   en plus , de la cupidité.

planche n° 25, par Breyten Breytenbach
extraite de son livre
Tout un cheval ( Grasset)


EXTRAIT du témoignage présenté sur le blog de Rudy Andria

"Pour la DGSE/DST, le maintien d’une cible vivante sous des rayonnements électromagnétiques est devenu un sport international. Peuvent participer tous ceux qui connaissent ces canaux électromagnétiques militaires, sous lesquels se produisent des tortures par ondes. Ces tortionnaires et harceleurs par ondes de la DGSE/DST, toujours impunis de nos jours, envoient souvent, de façon automatique, vers l’encéphale de leur victime, des ondes radars de voix perverses chantant en « sardine » des fragments de La Marseillaise. Ces ondes nocives, à la voix profane et désobligeante, cherchant à calomnier des personnes et contenant de fausses vérités, inhibent la pensée critique de la victime, pour la pousser à la perversion contre ces personnes. Ces pervers narcissiques de la DGSE/DST, se disant patriotes, cherchent toujours à poser l’État français en victime. Ainsi, ils se donnent le droit de rayonner leur victime, avec des ondes nocives et intelligentes, au nom de l’État français. Leur tactique ultime, basée sur la menace et la discrédibilité, est d’emballer la police et la justice, pour faire passer la victime pour une folle et irresponsable de ses actes.

Tous obsédés de tortures par ondes nocives et intelligentes, incapables de relation véritable et sentimentale, ces tortionnaires misogynes de la DGSE/DST, prisonniers et frustrés dans un cloisonnement militaire secret, aiment chosifier les femmes, pour s’amuser un peu avec elles avec des ondes. Incapables d’aimer, leurs victimes sont des objets de jeux, de convoitise et de plaisir."

http://rudy2.wordpress.com/a-tortures-en-france-par-dispositifs-a-energie-dirigee-et-psychotroniques-tentatives-de-meurtre/
http://rudy2.wordpress.com/trois-temoignages-clefs/

http://rudy2.wordpress.com/a-interview-accorde-a-un-ex-agent-des-services-secrets-surveillance-secrete-et-torture-par-radiations-par-les-services-secrets/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.