mardi 16 février 2016

1ère plainte auprès du Procureur de LSO


Cette plainte avait été la première envoyée au Procureur de la République de LSO dont dépendaient les Sénioriales où j’avais loué une maisonnette.
Avant cette plainte par LAR , une autre avait été enregistrée par la gendarmerie, dont dépendait plus directement Les Sénioriales. 
L’aimable gendarme breton qui m’avait entendue   avait décidé
  • - Que le marin breton, mon voisin des Sénioriales , n’était pas concerné pas ma plainte,
  • - Que ce que je disais devait être re-formulé,
  • - Que le harcèlement électronique dont je faisais état ne serait pas mentionné .
Inutile de se fâcher. 
Mais il m’avait cependant semblé important de préciser ma plainte comme suit :

Le 8 février 2015

Objet  : plainte  contre X pour 
Torture par privation de sommeil au moyen de propulsions d’ondes électromagnétiques  ciblées  ( code pénal   : art 222-1  ) 
Atteinte grave à l’intégrité physique 
Souffrance infligée intentionnellement 



Monsieur le Procureur de la République,

J’ai porté plainte de 7 février 2015 à la gendarmerie de XXXXXX pour violations  de domicile avec vols , dégradations, déplacements de mes objets ,   à l’intérieur de mon appartement  A5, pendant chacune de mes absences. Cela est fait sans effraction , donc avec des clés copiées à mon insu. 
Ma plainte a été reçue par Monsieur WWWWWWW et porte le n° 01368/00241/2015.

Le crime de torture par privation de sommeil au moyen de propulsions d’ondes électromagnétiques ciblées, n’a été retenu que nivelé au niveau de harcèlement. 

Il s’agit plus précisément de torture par  souffrance continue infligée intentionnellement   ,   destruction physique du cerveau           ( brûlé) et  la  perte des facultés mentales qui en est la résultante.

Par ces pratiques, il y a mise en danger volontaire de la vie d’autrui et atteinte à l’intégrité physique .

Les propulsions d’ondes électromagnétiques sont faites au moyen d’appareils entreposés dans des appartements voisins .
Elles sont essentiellement de deux sortes et conjuguées   ;
  • - propulsions d’ondes qui saturent une pièce en champs électromagnétiques  qui induisent des maux de têtes, des pertes d’équilibre et parfois des pertes de connaissance.
  • -
  • - propulsions d’ondes de type ondes radar ( ULB)  qui traversent tous les obstacles et visent systématiquement la boite crânienne et le cerveau  ; ce qui suppose une programmation  de l’appareil émetteur et sans doute une commande à distance.

Les détections personnelles faites dans cette résidence de personnes  du 3ème âge montrent  des rafales d’ondes, dont la production de  champ électromagnétiques ( CEM)  semble modulée à volonté ,  sur la fréquence 900 MHz qui mime une fréquence de téléphonie. 

Certaines nuits, détection faite avec antenne pointée vers l'appartement (A6) de Mr Poitevin,  la production de CEM a été de 1000 µW/m2, d’autres nuits  de 100µW/m2, d’autres nuits de  500 µW/m2, prouvant ainsi une modulation à volonté de cet appareil émetteur-là.

La détection complémentaire montre l’utilisation d’un émetteur dont la puissance repérée va jusqu’à 6 GHz . Les propulsions d’ondes de cet émetteur visent la boite crânienne et le cerveau  quasi systématiquement  . Quand le tir d’ondes impacte un membre, il le fait sursauter.
Ces tirs atteignent le corps   même lorsque j’organise mon couchage dans un couloir, dans la  cuisine ou  à même le sol.

Les propulsions d’ondes de ce type ( ULB) pourraient venir de la maison en face de la mienne. Elle est inoccupée et a été déguisée , récemment,  en bureau pour un commercial. 
Mes détections faites  en pleine nuit,  montrent qu’un appareil émetteur de ces tirs d’ondes directionnels ,  serait dans la chambre de cette maison . Il peut en être déplacé à tout moment.

Par la présente, je porte plainte  contre X pour torture par privation de sommeil intentionnelle,  avec souffrance infligée au cerveau , mise en danger de ma vie par atteinte grave et  intentionnelle  à ma santé .

Je joins ici, la preuve de rafales de CEM produits sur la fréquence 900 MHz , pendant la nuit
Une autre détection de tirs d’ondes directionnels,  d’une nature différente,  a été jointe à la plainte 01368/00241/2015,  pour information.

Avec l’assurance de ma considération respectueuse.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.