mardi 26 septembre 2017

Le pipelet - avocat méli-mélo- démolition de cible

Le pipelet est le masculin de pipelette. C’est un mot qui n’existe pas  dans le dictionnaire. C’est dommage.


 L’expression «  les pipelettes » plus couramment employé, sert à désigner des commères  sans envergure, qui massacrent  avec des mots, certaines de leurs connaissances . Cela se fait  à l’aide de perfidies et de ragots.

« La pipelette » au singulier  est  le terme familier  utilisé pour caractériser les concierges bavardes, à la recherche d’indiscrétions , plaidant le faux pour savoir le vrai à déformer et propager. La pipelette/concierge  et ses infos de caniveau , était et reste l’amie des flics. Lelong  ( Paris XIV) et Rathino ( Paris XV) en faisaient partie

Ici le pipelet est un beau jeune homme suffisant , conseil de CM-CIC-Zen Assurance-I. BLAINEAU. Il semble avoir l’habitude de donner  des ordres à toutes les femmes situées à moins de 3 mètres de lui. C’est aussi un mal appris qui ne sait pas décoller ses fesses de son siège pour parler à une collègue laissée debout devant lui.

Dans la procédure où il demandait mon expulsion sans délai , il était incapable de prouver une quelconque perte d’intérêt de sa présumée cliente. Le loyer était payé régulièrement. L’Etat aussi était ainsi  protégé et Catherine Barrat , magistrate , n’avait pas de bonne raison de s’énerver. 
Alors pour obtenir ce que voulait son réseau,  le pipelet  , grâce à ses relations  utilisées avec arrogance, avait   traité et transformé Catherine BARRAT, présidente d’audience,  en serpillière. Elle s’était laissée faire.




Dans  la procédure suivante , il devait prouver que sa cliente I Blaineau avait le droit de faire faire une saisie -attribution  de 3580,41 euros  sur mon compte. Il en était bien incapable, puisqu’I Blaineau avait dit  et écrit le contraire. 




Pour gonfler  ici ses conclusions , il avait recopié des articles de mes blogs. Retrouver mes textes dans un dossier de justice , interpelait . 



C’était une idée de pervers, naturellement, qui consistait à prendre mon témoignage  de victime de réseaux , pour  lui tordre le cou et prouver qu’il était faux .  Le pipelet  dominant prétendait connaitre mieux ma vie que moi-même .   C’était l’idée. 


Ce qui ne prouvait  toujours pas que Mme Blaineau avait des raisons de m’expulser à toute vitesse.

Le but du pipelet n’était pas la défense des intérêts d’I Blaineau. C’était la défense des réseaux crapulo-criminels dont il faisait partie. Dire  que ces réseaux n’existaient pas  était sa démonstration lourdingue  principale  qui passait par dire et faire croire à la cible qu’elle déraillait en les décrivant.

Sans subtilité , le pipelet avait matraqué ses insinuations à la manière d’une pub américaine, répétant le même mot de base  4 fois en 20 secondes.

Ce qui donnait ces paragraphes ci-dessus ,  d’une pauvreté d’information abyssale…. sauf sur la technique de démolition  utilisée


Mais, grâce au ciel , ou aux colonnes du temple, ou au grand architecte de l’univers, le pipelet avait eu un éclair de lucidité . Seul face à sa feuille de conclusions,  il avait  ainsi , écrit la vérité révélée : 

Sa cliente Blaineau était une négligente , et tout simplement pas sérieuse. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.