samedi 30 septembre 2017

Monsieur VINCENT- huissier de justice de business et les autres


Le plus connu Monsieur VINCENT est celui-ci , un brave homme, gascon, et  né quelque part au  milieu du XVIème siècle . 

VINCENT était son prénom et devançait le patronyme DEPAUL ou de PAUL.
Tondu par  un évêque  dès l’âge de 16 ans, il entrera de ce fait  dans le clergé , devenant plus tard  curé  de campagne puis aumônier  général des galères, et surtout fondateur de   congrégations.

Au service des pauvres, des souffrants et des démunis, il entrainera dans ses bonnes oeuvres , toutes les bonnes âmes disponibles , avec leurs disponibilités: Madame de Gondi, Madame de Maupeou, Madame de Lamoignon , Madame de Gonzague …..

C’est ce Monsieur VINCENT là aussi, qui fondera  un hospice pour personnes âgées, et transformé en 1657 en hôpital de la Salpétrière .



Avec pour prénom VINCENT, on a  rencontré ici, dans cette histoire, Monsieur Vincent NIQUET, le bien nommé. 
Cet employé de préfecture zélé, secrétaire de son métier, s’était retrouvé préfet intérimaire pour un mois. 
Sa première urgence  avait  été  de protéger l’Etat  français  d’une   dangereuse locataire ( moi)  qui payait son loyer en attendant de trouver autre chose. 

Vincent NIQUET , copain de T. ROUBERT, et représentant momentané de l’Etat de droit français en Vendée  avait décidé ma mise à la rue  illico et  par la force publique, pour 72,07 euros. 
C’est cette décision  que Catherine BARRAT entérinera servilement  au TGI  des Sables d’Olonne,  tout à mes frais ,  et toujours selon les indications de T. ROUBERT.

C’est ainsi que se fabrique souvent le harcèlement en réseau caché ,  par empilement de règlements de compte , de coups de pouce illégaux,   de coups tordus faciles parce qu’entérinés par des juges indignes , et de collusion d’intérêts par décision de gruger le contribuable lambda.

C’est ce qu’avaient fort bien fait les protagonistes locaux de cette histoire d’escroquerie , avec l’aide ,  de représentants de l’état.

Si le contribuable à voler , est en plus harcelé par électronique , privé de sommeil et débilité… c’est juste du gâteau pour les habituels gougnafiers très organisés,   comme ceux que l’on voit ici.

Le harcèlement électronique est un de leurs moyens  de pression et d'arnaque . Il sert à faire perdre ses moyens à leur cible .



Le dernier des 3 VINCENT, est Cédric VINCENT huissier de justice  et dont l’adresse email montre bien qu’il est dans le business.
Sa mission  d’huissier de justice   était de récupérer ce que le TI  des Sables d’Olonne avait décidé en décembre 2016. Rien d’autre avant les interventions d’une bande organisée.

Comme Cedric VINCENT voulait beaucoup plus, l’habitude et les appuis locaux aidant , il avait décidé  de se servir, en bloquant mes comptes bancaires.
Le 25 janvier 2017 , tous les comptes étaient apurés avec la propriétaire  I. Blaineau, à l’origine tous les ennuis : pas de dette connue
Le 25 janvier 2017, Cédric VINCENT avait bloqué mes comptes bancaires , facturant en plus  pour cela un PV de 130,98 euros



Le 2 février 2017,  Cédric VINCENT avait sollicité mon  ACQUIESCEMENT à cette  SAISIE ATTRIBUTION ,  qu’est un blocage de compte par huissier :  Une saisie-attribution  est un acte facturé 105,26 euros, par Cédric VINCENT


En l’absence de  ma réponse d’acquiescement  à me voler, il s’était fendu d’un mail rageur le 27 février 2017 et qui anticipait  et annonçait ce qui était prévu par lui et les autres : 

"Pour finir votre expulsion sera engagée dès que possible et la saisie de vos comptes bancaires sera maintenant afin de solder la dette actuelle "



Effectivement , l’expulsion avait été décidée par Vincent NIQUET/ Thomas ROUBERT/Catherie BARRAT et annoncé par un mail triomphant de Cédric VINCENT, seul et premier informé le 28 juin 2017



Mais avant cela,  Cédric VINCENT , huissier de justice aux Sables d’Olonne ,  avait déboulé chez moi,  le 3 avril 2017 ,  sans passer par l’interphone  du rez de chaussé qui annonce les visites. Il était resté le doigt vissé sur la sonnette  de ma porte, en attendant de s’engouffrer dans l’entrée. 
Bloqué par mon grand corps malade, et les portes  adjacentes fermées, il avait stoppé net.

Dans  l’incapacité de faire  l’inventaire  prévu de mon  mobilier à saisir, il avait  malgré tout facturé   un PV de 97,54 euros
Son PV de tentative d’expulsion , fait  debout dans  l’intimité de l’entrée , lui avait rapporté  73,01 euros

Rageur, il avait mentionné d’autres   récalcitrants , ajoutant qu’il les  avait tous  sortis et recasés : des en fauteuil roulant  et même  des avec des poules. Et des avec EHS

Ça l’avait fait sortir de ses gonds «  je vous interdis de rire » m'avait-il ordonné, comme si j'étais dans son bureau. 

Quelque temps plus tard, après la lecture  de  https://etouffoir.blogspot.fr/2017/07/lettre-dune-sdf-me-vincent-huissier-de.html , l’ autoritaire huissier de justice   , m’avait carrément menacée d’une procédure si je ne retirais pas immédiatement ce texte , en ces termes :
"Merci de supprimer ce lien avant toute poursuite.
Le nom de l'Etude n'a à figurer sur aucun site internet" 

Merci de supprimer ce lien avant toute poursuite.

Le nom de l’Etude n’a à figurer sur aucun site internet.

SCP BRICARD VINCENT
Huissiers de Justice Associés
7, Place du Général Collineau
BP 60044
85102 Les Sables d'Olonne Cedex



Actuellement , selon les comptes hypertrophiés de Cédric VINCENT, je resterais même encore à devoir 186 euros à son étude et qu’il réclamera sans doute avec intérêt et un PV à 92,51 euros  ou 227,48 euros  euros. Déplacement inclus ?

Pour le moment,  il s'agit là d' une escroquerie  en bande organisée évaluée au minimum  à 4750 euros . 

sculpture de Robert Tatin


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.