mardi 27 février 2018

Violations de domicile- dégradations- l'énigme



Elles et moi c’est du sérieux. Une relation quasi fusionnelle. On ne s’était  pas quittées pendant 5 mois. 
On faisait les courses ensemble. On  marchait ensemble. On se connectait  à internet  de même. Et on dormait , à portée de pieds nus  l’une des autres  , dans le même endroit fermé. 

Pendant les nuits en voiture, elle étaient  posées devant moi, sur la plage avant du véhicule, pour ne pas les abimer par un positionnement  semi-couché déformant , et contraire à la nécessité de pouvoir rester ensuite,    droite dans ses bottines  . 
Dans l’appartement , elles étaient toujours  enfermées avec moi, dans une pièce ou l’autre. 

Il y a quelques jours , le talon du pied s’était effondré dans la bottine. Cheville tordue. 

et 



Un examen attentif  de la chaussure , au retour dans l’appartement , montrait ceci : deux coupures verticales  de la semelle. Sans doute  au couteau de cuisine, et  sinon  au cutter. A l’intérieur de la chaussure, la semelle  avait été  décollée . Elle était enfoncée  dans un trou, creusé  dans l’épaisseur du talon. 



C’était le plus intrigant , compte tenu du temps qu’un violeur de domicile aurait du  passer en sus,  pour cette manigance de creusement  .  

Mais l’énigme tenait au fait qu’en 5 mois, les bottines  n’avaient jamais été en libre accès pour les gougnafiers locaux. 

Il fallait donc penser à une dégradation faite  sur les bottines dans le véhicule ou l’appartement . Moi , avec. 

Ce qui pouvait indiquer ,  que je puisse avoir  été anesthésiée pendant le temps de  la violation.

Cela permettrait  aussi  ou ainsi , d'expliquer certains réveils dans un état bizarre et que j’attribuais  maintenant au seul harcèlement électronique.

Mais,  et sans pouvoir lier les phénomènes, j’avais déjà eu l’occasion de faire état de périodes de quasi coma, dans des appartements fermés et  où j’étais restée dans l’impossible de réagir : à Paris X  rue des Récollets ( plusieurs jours), à Paris XIV ( plusieurs fois) Fbg St Jacques  , dans un cinéma du Bd Montparnasse ….. 

A Paris XIV, le vol de mon sac à main avec papiers personnels et argent , avait été un vol de nuit. Le sac sera retrouvé , au matin, au moment de partir travailler , sur le siège arrière de la voiture stationnée dans la rue.

Et , ici,   dimanche matin , à 1h45 de la nuit , la serrure de ma porte d’entrée avait claqué. Il y avait eu tentative d’intrusion d’une clé. Mais , cette fois, la mienne de clé  à l’intérieur  , était dans le bon sens  : à l’horizontal.



Cette porte d’appartement , ici, a  en effet la particularité de s’ouvrir de l’extérieur, serrure fermée,  à condition que la clé  qui a fermé la serrure à l’intérieur   soit  à la verticale. 

Cette nouvelle dégradation de bottine pourrait donc être liée à un oubli de positionnement de la clé, et de ma part. Cela signerait aussi , une constante de tentatives de violations ,  et un temps passé considérable pour essayer ,et enfin, trouver le bon moment.

Les dégradations sur les chaussures représentent un point de fixation  quasi obsessionnel , des violeurs de domicile/dégradeurs  français  , allant de Dos-Santos et  Lelong ( Paris XIV)  à Walti  (Paris XV) , en passant par Leblay (Dol de Bretagne).


On trouve trois exemples de dégradations de chaussures sur l’aperçu ci-dessous.


et 

et 

On peut aussi y ajouter quelques souvenirs retrouvés en cherchant  les photos des chaussures .


Toutes ces dégradations avaient été faites  lors des violations de domicile  sans effraction et que les psychiatres français désignent d'un terme savant .  Pour ces médecins  accusateurs de victimes et protecteurs de facto (ici) de délinquants et souvent de criminels harceleurs , à la demande de la police, il s'agirait "d'hallucinations" de la victime
Voici donc , de nouveau quelques images d'hallucinations . 

hallucination N°1

hallucination n° 2



hallucination N°3 


hallucination N°4


hallucination N°5


hallucination N°6


etc, etc.......








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.