Ce qu'il faut savoir sur le traitement précoce du COVID à domicile

 Texte anglais, vidéo et liens à : https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2021/07/11/early-treatment-for-covid.aspx

Ce qu'il faut  savoir sur le traitement précoce 

du  COVID à domicile


EN BREF

• L'un des plus grands crimes de toute cette pandémie est peut-être le refus des autorités sanitaires en place de publier des directives de traitement précoce. Au lieu de cela, ils ont fait tout leur possible pour supprimer les remèdes qui fonctionnent, qu'il s'agisse de corticostéroïdes, d'hydroxychloroquine (HCQ) avec du zinc, de l'ivermectine, de la vitamine D ou de la NAC.

• Selon le Dr Peter McCullough, 85 % des décès dus au COVID auraient pu être évités si des protocoles de traitement précoce avaient été largement mis en œuvre plutôt que censurés
 

• Il semble que la censure et la suppression autoritaire des traitements précoces étaient une stratégie visant à promouvoir autant de peur, de souffrance, d'hospitalisation et de mort que possible, afin de préparer la population à accepter un nouveau genre de technologies de transfert de gènes à grande échelle
 

• La volonté écrasante de mettre une « aiguille dans chaque bras » est telle que les autorités sanitaires ne reconnaissent même pas le fait que ceux qui se sont remis de COVID-19 et d'autres  nombreux groupes ne tireront aucun avantage  du vaccin, qu’il s’agisse  des personnes jeunes, des femmes enceintes, des femmes en âge de procréer et  de celles et ceux qui souffrent d'immunodéficiences
 

• Malgré les avertissements de la FDA concernant la myocardite par les produits Pfizer et Moderna et la thrombose veineuse caverneuse due à Johnson & Johnson, la cabale du vaccin maintient sa propagande à fond

Dans cette interview, le Dr Peter McCullough discute de l'importance d'un traitement précoce pour  le COVID-19 et des motivations possibles derrière la suppression de traitements sûrs et efficaces.

McCullough a des références académiques impeccables. Il est interniste, cardiologue, épidémiologiste, professeur titulaire de médecine au Texas A&M College of Medicine à Dallas. Il détient également une maîtrise en santé publique et est connu pour être l'un des cinq chercheurs en médecine les plus publiés aux États-Unis . Il est le rédacteur en chef de deux revues médicales.

Un traitement ambulatoire précoce est essentiel pour des résultats positifs
McCullough a été un ardent défenseur du traitement précoce du COVID. En août 2020, l'article phare de McCullough "Pathophysiological Basis and Rationale for Early Outpatient Treatment of SARS-CoV-2 Infection" (1) a été publié en ligne dans l'American Journal of Medicine.

L’article suivant   intitulé  "Multifaceted Highly Targeted Sequential Multidrug Treatment of Early Ambulatory High-Risk SARS-CoV-2 Infection (COVID-19» (2) et a été publié dans Reviews in Cardiovascular Medicine en décembre 2020.

L'un des plus grands crimes de toute cette pandémie est peut-être le refus des autorités sanitaires en place de donner des conseils de traitement précoce. Au lieu de cela, ils ont fait tout leur possible pour supprimer des remèdes éprouvés , qu'il s'agisse de corticostéroïdes, d'hydroxychloroquine (HCQ) avec du zinc, de l'ivermectine, de la vitamine D ou de la NAC.

On a simplement dit aux patients de rester chez eux et de ne rien faire. Une fois que l' aggravation de l’infection faisait craindre la mort, les patients ont été invités à se rendre à l'hôpital où la plupart étaient régulièrement placés sous ventilation mécanique – une pratique qui s'est rapidement révélée mortelle. De nombreux médecins ont également apparemment paniqué et ont refusé de voir des patients présentant des symptômes de COVID.

 « Je suis heureux d'avoir personnellement toujours traité tous mes patients », dit-il. "Je n'allais pas regarder le virus massacrer l'un de mes seniors. Et il est, je pense, terrible qu'aucune de nos grandes institutions académiques n'ait pris l’initiative d’ un seul protocole. À ma connaissance, pas un seul grand centre médical universitaire, en tant qu'institution, a seulement tenté de traiter les patients atteints de COVID-19.

Mais j'ai utilisé mon accès aux éditeurs, mon autorité éditoriale et ma position en médecine interne et en médecine spécialisée pour publier l'article révolutionnaire intitulé « The Pathophysiological Basis and Rationale for Early Ambulatory Treatment of COVID-19 » dans l'American Journal of Medicine. .

Il s'agissait d'un effort international, à la fois des médecins communautaires et des médecins universitaires. Et à ce jour, c'est l'article le plus fréquemment téléchargé dans l'American Journal of Medicine."


Les directives de traitement précoce ont sauvé des millions de vies
En décembre 2020, McCullough a publié un protocole mis à jour, co-écrit avec 56 autres auteurs qui avaient également une vaste expérience dans le traitement des patients ambulatoires COVID-19. 

L'article intitulé
"Multifaceted Highly Targeted Sequential Multidrug Treatment of Early Ambulatory High-Risk SARS-CoV-2 Infection, (3) a été publié dans la revue Reviews in Cardiovascular Medicine, dont McCullough est le rédacteur en chef.

"Cet article, aujourd'hui… est l'article le plus  téléchargé du BET Journal", déclare McCullough. « C’est également la base du guide de traitement précoce COVID de l’American Association of Physician and Surgeons. (4)
Nous avons la preuve que ce guide de traitement a été téléchargé et utilisé des millions de fois Cela a permis de mettre en place un traitement ambulatoire à la maison vers la fin décembre  et en janvier,  et  cela  a écrasé la courbe américaine.

Nous étions partis pour avoir de 1,7 à 2,1 millions de morts aux États-Unis, selon les estimations du CDC et d'autres. Nous l'avons fait diminuer à environ 600 000. C'est encore une tragédie. J'ai témoigné que 85 % de ces 600 000 auraient pu être sauvés si nous avions eu… les protocoles en place dès le départ.

Mais il faut dire que les héros du traitement précoce, et vous faites partie de cette équipe, le Dr Mercola, ont vraiment eu très  grand impact. Nous avons sauvé des millions de vies, épargné des millions et des millions d'hospitalisations et, dans un sens, nous  avons mis un terme à la pandémie."

Alors que l'Organisation mondiale de la santé et les agences nationales de santé ont tous rejeté les traitements suggérés par les médecins faute d'études contrôlées randomisées à grande échelle, McCullough et d'autres médecins travaillant en première ligne ont adopté une approche empirique. Ils ont recherché des preuves  d'avantages,  dans la littérature médicale.

"Nous n'avons pas demandé de grands essais randomisés parce que nous savions qu'ils n'allaient pas être disponibles avant des années ", a déclaré McCullough. "Nous n'avons pas attendu qu'un organisme  ou qu'une société médicale nous dise quoi faire , car nous savons qu'ils fonctionnent au ralenti. Nous savions que nous devions prendre soin des patients tout de suite. »

Une collusion mondiale pour nuire aux patients
Lorsque vous regardez à quel point la censure et la suppression des premiers traitements étaient complètes et intenses, il est difficile de  ne pas en tirer la conclusion qu'il s'agissait d'une stratégie visant à obtenir une autorisation d'utilisation d'urgence (EUA) pour les thérapies géniques COVID.

Pour obtenir un EUA, il faut que n’existe aucune  alternative sûre et efficace, et comme les injections COVID utilisent une toute nouvelle technologie jamais utilisée auparavant, s'assurer qu'il n'y avait pas de traitements efficaces disponibles était crucial pour le succès du déploiement de ces injections.

Des revues médicales prestigieuses comme The Lancet  se sont même  révélées  en  totale collusion avec l'industrie pharmaceutique, publiant une étude complètement fabriquée sur le  HCQ, et prétendant  qu’il était dangereux. 

Comme l'a noté McCullough :
"Ce qui est si intéressant, c'est à quel point la collusion était étanche. C'était extraordinaire. Regardez l'article du Lancet [sur HCQ]. Vous aviez un médecin de Harvard, une société appelée Surgisphere qui produisait des données, vous aviez les critiques de Lancet, le rédacteur associé et le rédacteur en chef du Lancet. Comment pouvaient-ils tous s'entendre pour publier un article falsifié ?

Lorsque ce document est sorti, nous l'avons examiné. J’ai vérifié le document avec beaucoup d’attention  . [En tant que rédacteur en chef de deux revues médicales] J'ai examiné plus d'articles et analysé plus de données, je pense, que quiconque dans ce contexte. Et je peux vous dire qu’après avoir  regardé ce papier et en deux secondes, j'ai su que c'était un faux. C’est simple, je fais ça tous les jours.

Je suis également rédacteur en chef adjoint pour l'American Journal of Cardiology. C'est la revue la plus respectée de  notre domaine. Et je peux vous dire qu'un article  comme celui-là ne serait jamais  passétellement il était  manifestement faux. Il s’agissait d’un groupe  d'échantillon énorme que nous savions irréaliste à ce moment-là avec  des personnes dans la quarantaine hospitalisées avec des taux de mortalité astronomiques.

Ce n'était tout simplement pas possible. Et The Lancet a laissé cela en ligne  pendant deux semaines, effrayant le monde entier contre l'hydroxychloroquine – qui s'avère être l'un des plus sûrs et des plus efficaces  médicaments largement utilisés chez les personnes atteintes de COVID-19. Et quand ils l'ont retiré, il n’y a même pas eu  une excuse.


Mon interprétation de ceci est que c'était absolument intentionnel. Il s’est passé  exactement la même chose avec  l'ivermectine  utilisée en soins intensifs  ... Le Dr J.J Rashtak l'avait utilisé chez des centaines et des centaines de patients en Floride et avait publié dans CHEST, l'une des meilleures revues sur les affections  pulmonaires, que l'ivermectine réduisait la mortalité.

Pourtant, à ce jour, les hôpitaux des États-Unis refusent catégoriquement d'utiliser l'ivermectine. Les patients et les familles désespérés doivent obtenir des décisions  du tribunal pour obliger ces médecins à utiliser l'ivermectine. Donc, il y a une vraisemblable intention de blesser les patients.

Il n'y a absolument aucune raison pour les médecins et les administrateurs… de refuser l'ivermectine aux patients. Il existe une collusion mondiale, en particulier dans les hôpitaux américains, pour causer le plus de  dommages et de morts  possible. C'est incroyable…Que des familles soit obligés d’ obtenir des décisions  d’un tribunal pour forcer les médecins et les administrateurs à donner un simple médicament générique. Cela constituera  des études de cas d’ éthique médicale pour les décennies à venir.


L'objectif : la vaccination de masse
Quant à savoir pourquoi faire du  mal aux patients était une chose envisagée, McCullough pense que l'objectif final était de sécuriser le déploiement d'une campagne de vaccination de masse. Toute la propagande dont nous avons été nourris au cours de la dernière année et demie va dans ce sens.

"La propagande est la diffusion  par collusion d'informations fausses ou trompeuses par des personnes d'autorité . Et c'est exactement ce qui se passe. Nous avons une campagne de propagande pour la vaccination de masse. Il n'y a aucun doute là-dessus. C'est en fait très manifeste... Et croyez-moi, il y a des centaines de millions de personnes sous le charme  qui croient  que le vaccin COVID-19 va nous sortir de cette crise. »

Ce que nous ne savons pas avec certitude, c'est pourquoi l'Organisation mondiale de la santé et les gouvernements du monde entier veulent une aiguille dans chaque bras. Pourquoi sont-ils si impatients, si implacables dans leurs efforts pour injecter à tout le monde cette nouvelle thérapie génique qui transforme votre corps en une usine de protéines de pointe toxique ?

L'intention de vacciner tout le monde est telle que les autorités sanitaires ne reconnaissent même pas le fait qu'un nombre impressionnant de blessures et de décès se produit peu de temps après ces injections. Ils laissent même des enfants mourir de ces injections sans accepter un ralentissement du rythme des injections. Pourquoi?

Notre prochaine tâche : refuter la propagande vaccinale
Bien que nous ayons fait de grands progrès pour contourner la censure et diffuser les informations sur le traitement précoce, nous sommes toujours confrontés à un énorme défi, à savoir réfuter la désinformation et la confusion qui entourent les injections COVID.
Très clairement, il y a aussi une collusion massive pour supprimer la vérité sur ces thérapies géniques. Le Dr Robert Malone, l'inventeur des vaccins à ARNm, a récemment fait part de ses inquiétudes, et non seulement YouTube a interdit l'interview, mais Wikipedia a également effacé son nom de la section historique du vaccin à ARNm.

Ils veulent clairement que tout le monde croie que ces vaccins sont similaires, voire supérieurs, aux vaccins conventionnels. Ils ne veulent absolument pas que vous les considériez comme une thérapie génique, ce qu'ils sont. Même Malone lui-même a fait cette distinction.

Malone est très préoccupé par la coercition exercée pour amener les gens à subir ces injections. Il a également souligné qu'il n'y avait pas de système  en place pour capturer de manière prospective les effets secondaires, malgré le fait que les fabricants ont contourné au moins 10 à 15 ans d'études de sécurité, y compris des études toxicologiques. Cela aussi semble tout à fait intentionnel. Encore une fois, la question est pourquoi?

"Ils n'avaient aucun système pour détecter les complications, mais pire encore, ils n'avaient aucun plan pour la sécurité. Ils n'avaient aucun des mécanismes traditionnels d'atténuation des risques … [comme] les comités d'événements critiques, les comités de surveillance des données et de la sécurité, les IRB ou  les Comités d’éthique humaine

Le public doit savoir que ce sont les structures que nous avons en place dans la recherche biomédicale. J'ai dirigé deux douzaines de comités de surveillance de la sécurité des données. Les co-sponsors du programme de vaccination américain sont la FDA et le CDC.

C'est leur obligation d'avoir en place, dès le début, un comité d'événement clinique, un comité de surveillance de la sécurité des données et un comité d'éthique humaine [et de fournir] des mises à jour régulières, car ces comités sont censés identifier les signaux de préjudice, puis faire  des recommandations aux sponsors sur la façon de rendre le programme plus sûr.

C'était la responsabilité fiduciaire de la FDA et du NIH. Encore une fois, cela restera dans l'histoire de la réglementation comme l'une des fautes les plus colossales de tous les temps. Comment pouvez-vous faire la plus grande investigation clinique de l'histoire de la médecine et n'avoir aucune garantie ? Vous n'avez aucun mécanisme pour protéger les Américains de ce qui pourrait arriver avec ce programme de vaccination ?"

Pourquoi les protocoles de sécurité standards ont-ils été omis ?
Sur la motivation ou la raison d'ignorer pratiquement toutes les mesures de sécurité standardisées, McCullough dit :
« Il y a eu cette suppression des traitements précoces… et une énorme campagne de propagande  sur la distanciation sociale, le port de masques, la promotion de la peur, de la souffrance, de l'hospitalisation et de la mort. Et pour préparer la population à la vaccination de masse, la dernière chose qu'ils voulaient faire était d’empêcher tout ce qu’il  était possible de faire  pour amener la population  à accepter le vaccin.

Et donc, je ne pense pas qu'ils voulaient réellement de garanties de sécurité. Je pense que leur objectif, dès le début, était d'essayer d'amener chaque individu à deux jambes à se faire vacciner. . La chose  la plus important était une aiguille dans le bras.

Lorsque ces panneaux d'affichage ont été installés dans toutes les villes des États-Unis, les parties prenantes - qui sont le CDC, le NIH, la FDA, puis Pfizer, Moderna, Johnson & Johnson en dehors des États-Unis et AstraZeneca - pensaient en terme de business.

Quand ils disent une aiguille dans le bras pour chacun, ce n'est pas une blague. Ce n'est pas une aiguille dans le bras  pour qui c'est approprié, ou une aiguille dans le bras  pour  raisons médicales. Non, c'est une aiguille dans le bras de chaque être humain.  C’est ce qu’ils veulent. Je pense que les Américains devraient avoir peur."

Un crime contre l'humanité
Ce que nous vivons est vraiment un crime contre l'humanité, et j'espère que les individus responsables seront finalement tenus responsables et reconnus coupables d'une telle accusation. 

Comme l'a noté McCullough :
« Comment pourrait-on avoir une grande enquête clinique, demander aux individus de signer un consentement, puis ne fournir aucun mécanisme de sécurité, vraiment ne rien fournir  du tout pour la sécurité des individus ? Tout dans le vaccin est une question de sécurité. Si les parties prenantes voulaient montrer que les vaccins sont sûrs, elles devraient le faire avec des données.

Ce n’est pas le cas, ils disent simplement que les vaccins sont sûrs. Et les sociétés médicales sont tout aussi complices. Si vous allez à l'American Medical Association, à l'American College of Physicians, à l'American College of Obstetricians and Gynecologists, ils disent la même chose : « Le vaccin est sûr. Au sein de ces organisations également, il y a un grand nombre d'individus qui vont devoir répondre [de leurs actes]. »

La protéine Spike n'est pas un remède ; C'est un agent  pathogène
Au 18 juin 2021, nous avions 387 087 rapports d'événements indésirables déposés auprès du Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS), avec 6 113 décès, dont une grande partie se sont produits dans les jours suivant l'injection, et 6 435 réactions  avec mise en danger de la vie . (5)

Nous avons également de très solides preuves suggérant qu'il s'agit d'un sous-dénombrement flagrant, en partie en raison de la sous-déclaration générale et en partie  venant du refus du VAERS d'accepter les rapports – en particulier ceux impliquant des décès – et de l’effacement des rapports qui avaient déjà été déposés. Ainsi, ces chiffres déjà alarmants ne représentent probablement que la pointe de l'iceberg.

"Nous avons des problèmes brûlants, comme des enfants et de jeunes adultes qui développent une myocardite, une inflammation du cœur. Je viens de voir un tel patient hier", a déclaré McCullough. "Ce sont des cas avérés. Ce n'est pas imaginaire. C'est  vrai.

Alors, vous pouvez vous poser la question, comment diable cela pourrait-il se produire? Eh bien, le premier élément de ce qui se passe vient des vaccins tels qu'ils existent aujourd'hui, que ce soit l'ARN messager, ou l'ADN adénoviral, Leur mécanisme d'action n'est pas sûr. Le mécanisme d'action présente un danger biologique.

Ces vaccins incitent tous le corps à fabriquer la protéine Spike du virus. La protéine Spike seule est pathogène. C'est en fait ce qui rend le virus dangereux. Il a fait l'objet de recherches de gain de fonction. Donc, il a un mécanisme d'action dangereux. Pourquoi? Parce que la protéine de pointe est produite de manière incontrôlée. Ce n'est pas comme un vaccin contre le tétanos où il n'y a qu'une certaine quantité de protéines qui est injectée.

Il s'agit d'une quantité incontrôlée de protéine de pointe. Probablement que chaque personne est différente, donc peut en avoir une production également différente. Certains  ont très peu de symptômes après le vaccin, ils vont bien.

Espérons que ce soit la majorité des individus, mais il y a des individus malheureux qui doivent avoir une quantité massive de protéines de pointe, et cette protéine de pointe ravage le corps partout où elle est fabriquée localement, et nous savons que l'ARN messager et l'ADN adénoviral sont distribués dans tous les organes.

Donc, si l'ARN messager est présent dans le cerveau et que nous commençons à produire des protéines de pointe dans le cerveau, nous provoquons une lésion cérébrale locale. Il y a maintenant des cas de lésions neurologiques bien décrits avec le vaccin. Beaucoup d’autres affectent le coeur et provoquent une myocardite et des lésions cardiaques. Dans le foie, il provoque des lésions hépatiques, dans les poumons, des lésions pulmonaires, dans les reins, des lésions rénales.

Et très important, la protéine de pointe endommage les cellules endothéliales et provoque la coagulation du sang. Ainsi, la coagulation du sang, la complication redoutée de l'infection elle-même, est maintenant causée par le vaccin. Tout ce que nous avons découvert sur le vaccin depuis sa sortie est mauvais."

À quoi pouvons-nous nous attendre à l'avenir ?
Au-delà de la phase de blessure aiguë, il existe une possibilité très réelle de risques pour la santé à long terme. Si vous passez les deux premiers mois sans problèmes importants, vous n'êtes toujours pas sorti de l'auberge. Ma principale préoccupation est la possibilité d'une amélioration immunitaire paradoxale (PIE), également connue sous le nom d'amorçage pathogène, ou d'amélioration dépendante des anticorps (ADE), qui entraîne essentiellement une cascade de réactions immunologiques excessives qui finissent par vous tuer.

[La campagne de vaccination COVID] restera dans l'histoire comme la plus grande catastrophe de sécurité des produits biologiques médicaux de l'histoire de l'humanité, de loin. Il n'y a rien de proche… Vous pouvez imaginer combien de têtes vont tomber lorsque cette chose arrivera finalement à sa finalité. ~ Dr Peter McCullough

L'automne et l'hiver 2021 seront notre premier « essai par le feu ». Nous devrons simplement attendre et voir combien de personnes entièrement "vaccinées" finiront par succomber à la grippe saisonnière et à d'autres infections. Cela nous donnera une référence pour la prévalence de l’amélioration immunitaire paradoxale. Lorsqu'on lui demande ce qu'il prédit pour l'avenir, McCullough répond :

"Nous sommes complètement occupés par la toxicité aiguë du vaccin. Nous sommes juste absolument submergés, il est donc difficile d'imaginer où nous  en serons dans trois à six mois … Il y a des indices en ce moment qui font penser que l'ARN messager ne s’élimine pas en  quelques jours, que les systèmes d'élimination naturels que nous avons pour l'ARN messager ne fonctionnent pas [pour l'ARNm synthétique].

Maintenant, nous ne savons pas pour l'ADN adénoviral. J'ai une opinion plus favorable des produits d'ADN adénoviraux dans le sens où peut-être que  le corps… peut lutter contre cela et s'en débarrasser. Le Johnson & Johnson, par nombre d'injections, a le moins de complications. Et la plupart des Américains pensent exactement le contraire  par erreur. 

Je pense que les parties prenantes du vaccin ont intentionnellement choisi Johnson & Johnson afin de détourner l'attention des terribles événements de sécurité que nous avons vus avec Pfizer et Moderna. La grande majorité de tous les drames  que nous avons vus concerne Pfizer et Moderna…

Lorsque vous générez une réponse anticorps très forte, elle est en fait plus pathogène. On pense  qu'elle est plus pathogène que l'infection naturelle, car nous voyons des syndromes chez les victimes du vaccin qui sont bien pires que le COVID-19 lui-même. Je veux dire, les syndromes sont en fait horribles.

J'ai vu la cécité neurologique, la myélite cervicale, le syndrome cérébelleux. C'est absolument horrible. Cela dépend où va l'ARN messager… et tout ce que je peux assembler biologiquement, et ce que je vois cliniquement, c'est que les vaccins ne vont pas fonctionner seulement  pendant quelques mois…

Après le premier vaccin  d'ARNm, on est en fait plus sensible au COVID-19. Cela a été montré maintes et maintes fois. Ma première éruption cutanée de patients atteints de COVID-19 post-vaccination dans ma pratique était toujours après la première injection. La théorie ici est que le corps a été touché par l'ARN messager, que la protéine de pointe est générée, qu'elle endommage certaines cellules endothéliales et qu'une bibliothèque désordonnée d'anticorps est en train de se former.

Et ces anticorps, au lieu de protéger contre la prochaine exposition au COVID-19, facilitent en fait l'entrée. C'est ce qu'on appelle l'amélioration dépendante des anticorps, et je pense qu'il existe des preuves pour cela … Quant à ce à quoi nous pouvons nous attendre à long terme, c'est à deviner. "

Les risques à long terme sont inconnus
Avant l'arrivée de COVID, la FDA exigeait des fabricants de vaccins qu'ils fournissent 24 mois de données avant de l'autoriser. Cela a été raccourci à deux mois pour les injections COVID. 

Ainsi, quiconque dit que les injections sont sûrs à long terme ment parce qu'aucune donnée de ce type n'existe pour le prouver.

"Le formulaire de consentement dit:" Nous ne savons pas si cela va fonctionner, nous ne savons pas si cela va durer et nous ne savons pas si cela sera sûr. " Ils disent ça, donc toute personne qui se fait vacciner va devoir y réfléchir et comprendre qu'on ne sait rien au-delà de deux mois.

Compte tenu de tous les risques à court terme, s'il y a des risques à long terme, cela aggrave absolument cette inconnue. Ce que je sais d'après la littérature actuelle, c'est qu'il pourrait y avoir un risque étant donné le spectre étroit de la couverture immunologique… Il pourrait y avoir une immunité si étroite qu'une souche plus virulente pourrait la submerger…

La variante la plus récente est la variante Delta. C'est la plus faible de toutes les variantes et la plus facile à traiter. Mais si quelqu'un, disons une entité néfaste, créait un virus plus virulent, il pourrait facilement être conçu pour passer  outre cette  immunité très étroite à laquelle des centaines de millions, voire des milliards de personnes, seront liés «

Les modifications de l'ADN, le cancer et les maladies chroniques sont des effets possibles
McCullough discute également du risque que ces injections d'ARNm soient incorporées de manière permanente dans votre ADN par le biais de la transcriptase inverse.

"Il y a maintenant suffisamment d'études pour suggérer qu'il existe une transcription inverse - qu'en fait, l'ARN crée de l'ADN et que l'ADN est ensuite inséré de manière permanente dans le génome humain", explique-t-il.

"Nous le savons grâce à l'infection naturelle. Le test T-Detect vérifie en fait les lymphocytes T lorsqu'il suit l'ADN. Il s'agit d'un test commercial que vous pouvez obtenir si vous avez eu le  COVID-19.  Il recherche des réarrangements chromosomiques mineurs qui code pour les récepteurs de la surface  sur les lymphocytes T. »

La question est, si l'ARNm synthétique ou les ADN adénoviraux créent en fait des modifications permanentes du génome, quels effets cela aura-t-il ? Cela  pourrait-il favoriser le cancer, par exemple ? McCullough cite un article récent indiquant que la protéine de pointe pourrait en fait affecter deux gènes suppresseurs de cancer importants.

"C'est dérangeant parce que nous utilisons du nouveau matériel génétique et il est possible qu'ils soient oncogènes. Nous savons que d'autres virus sont oncogènes, y compris le virus d'Epstein-Barr.  Alors quand l'information est arrivée  nous avons dit , Oh non, nous préparons les gens à un  risque de cancer des organes solides, comme le cancer du sein, le cancer du côlon, le cancer du poumon, et cetera.

 Ce que nous avons appris  rend mal à l’aise . Nous comprenons maintenant que  des dommages cellulaires se produisent avec cette protéine de pointe à l'intérieur des cellules. Et que si elle n'est pas désactivé, cette génération de protéines de pointe pourrait aboutir à un certain type de maladie chronique.

Certains éléments de la protéine de pointe sont similaires aux prions présents dans les maladies neurologiques, par exemple. Il peut y avoir des changements intracellulaires car le corps continue de produire la protéine de pointe que vous n'êtes pas censé produire, ce qui provoque d'autres problèmes dans les cellules…

On pense à l'évolution future de l'insuffisance cardiaque, des maladies gastro-intestinales, de la fibrose pulmonaire, des maladies neurodégénératives. Nous commençons à être au début d'un nouveau genre de maladie chronique en Amérique en raison de cette expérimentation de masse de produits génétiques dans le corps humain.

Impossibilité  pour le programme de vaccination d'améliorer la courbe de la maladie
Dans un monde sain d'esprit et rationnel qui ne travaille pas sous un programme caché pour tuer une partie de la population, ces injections n'auraient été donnés qu'aux individus les plus à risque. Le reste de la population aurait été exclu de l'expérience.

Rappelez-vous que les essais d'injection de COVID ont amalgamé le risque absolu et relatif. Pfizer a affirmé que son injection d'ARNm était efficace à 95%, mais c'était la réduction du risque relatif - la réduction du risque absolu était en fait inférieur à 1%.(6 )

Comme l'a noté McCullough, les adultes en bonne santé de moins de 50 ans, les adolescents et les enfants ont moins de 1% de chance d'hospitalisation et de décès dus au COVID-19, de sorte qu'ils n'en ont pas besoin d'un point de vue médical.

« Vous ne pouvez pas réduire de moins de 1 % et avoir une signification clinique. C'est la raison pour laquelle le programme de vaccination n'aura jamais d'impact sur les courbes épidémiologiques. Le Dr [Ronald] Brown du Canada a fait l'analyse. C'est impossible .

Quelqu'un m'a envoyé un e-mail l'autre jour [en disant], 'Dr. McCullough, ne pensez-vous pas que la pandémie est favorablement impactée par le programme de vaccination ?' La réponse est non. Nous regardons les essais cliniques. Il y a moins de 1% de réduction du risque absolu. Cela signifie que, mathématiquement, il est impossible qu'une vaccination de masse ait un impact favorable sur la population."

 L'injection COVID  peut augmenter votre risque de décès par COVID
Pire encore, McCullough cite des données montrant que ceux qui se sont fait vacciner et se retrouvent de toute façon avec COVID-19 ont des taux d'hospitalisation et de décès beaucoup plus élevés.

"Le CDC était tellement submergé [de rapports indésirables] qu'ils ont abandonné. Dieu sait combien de dizaines ou de centaines de milliers d'Américains ont été vaccinés et ont reçu le COVID-19 de toute façon. Cela ressemble à du COVID ordinaire. 

Dans ces données il y avait un risque d'hospitalisation de 9 %, puis un risque de décès de 3 %.
Cela signifie qu'en prenant l'injection, vous échangez un risque de décès de 0,26 % (7), si vous contractez COVID-19, contre un risque de décès de 3 % si vous êtes infecté. 

Si vous avez moins de 40 ans, vous échangez un risque de décès de 0,01 % (8) contre un risque de 3 %.

La voie à suivre exige une réponse :  simplement NON
Si vous voulez en savoir plus sur ce que McCullough a à dire, vous pouvez trouver son podcast, The McCullough Report, sur America Out Loud. Chaque semaine, il s'entretient avec des experts médicaux de différents pays pour obtenir un éventail de perspectives et d'approches innovantes. 

En terminant, il note :
« Mon point de vue personnel est que je pense que le programme de vaccination a été un désastre. Nous aurions dû simplement traiter le COVID-19 comme une maladie. Nous n'aurions jamais dû fermer les écoles ou quoi que ce soit d'autre.Nous aurions du  traiter le problème aigu, et nous nous serions sortis de la pandémie. »

Quant à la façon dont nous avançons, tout d'abord,  il faut arrêter les risques de blessure aiguë, et cela signifie que nous devons arrêter de prendre ces injections COVID. Au-delà de cela, nous devrons expérimenter pour déterminer les meilleurs moyens de bloquer les dommages causés par la protéine de pointe, quelle que soit la durée de sa production et de sa circulation.

"S'il y a une mère qui craint que son enfant ne développe une myocardite, le moyen de l'éviter est de ne pas amener l’ enfant dans un centre de vaccination", a déclaré McCullough.

"Tout le monde va devoir apprendre à dire non. Nous ne pouvons pas être blessés par le vaccin si nous le refusons simplement. Et le vaccin est complètement facultatif. Le CDC, le NIH, la FDA,  ont tous dit qu'il était facultatif.  Soit dit en passant, les gens de  ces agences ne se font pas vacciner .

Donc, personne ne doit l’accepter. Et tous ceux qui sont dans une école ou une université, ou un lieu de travail où l’on dit de le faire ,  pour voyager, la réponse est non, vous ne le faites pas. Vous n'êtes pas obligé de le faire pour voyager. Et oui, vous pouvez vous présenter au travail sans vaccin. Et oui, vous pouvez vous présenter à l'école sans vaccin.

Ce sont des formes d'intimidation et presque aucune de ces institutions n'a en fait pas rédigé de règle. Et s'ils n’en ont pas qui permette de  vérifier  et avec des possibilités d' exemptions justes, c'est juste de l'intimidation. C'est comme dire que vous ne pouvez pas vous présenter au travail avec une cravate bleue. Si je veux porter une cravate bleue, je vais me présenter au travail avec une cravate bleue.

Je pense que les Américains vont devoir avoir ce type de volonté pour briser cette vague de propagande, [cette] mauvaise influence  exercée sur le peuple américain. Je connais tellement de gens qui se recroquevillent… La peur est extraordinaire…

Si nous avions mis en place un rapport de surveillance de la sécurité des données, ils auraient organisé des réunions d'urgence fin janvier 2021 et auraient dit : « Vous savez quoi ? Ce que nous voyons n'est pas bon. Nous pouvons en fait calculer ce qu'on appelle l'intervalle de confiance.

Lorsque nous dépassons un intervalle de confiance pour des risques supérieurs à une certaine limite de risque, nous le notons, et cela  s’est produit  le 22 janvier 2021. 

Pourtant, nous y sommes encore , cinq mois plus tard. Cela restera dans l'histoire comme la plus grande catastrophe de sécurité des produits biologiques médicaux de l'histoire de l'humanité, de loin. Il n'y a rien qui s’en approche  … Vous pouvez imaginer combien de têtes vont tomber lorsque cette chose arrivera  à sa finalité. "


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jacques Attali : "L'avenir de la vie" 1981 - Extrait

Le passeport vaccinal, forme déguisée du vaccin obligatoire, est irrecevable selon Madame Catherine FABRE, Docteur en pharmacie

"Implanté" et programmé pour tuer