SRAS-CoV2 = virus du SIDA + SRAS-CoV1

 SRAS-CoV2 = virus du SIDA + SRAS-CoV1

Cette information  a été donnée par Pr Montagnier, Mme Henrion-Claude  et bien d'autres dont  Dr Richard Fleming . Ce dernier l'a explicité  en images sur son site  en anglais. 

Des informations essentielles  du site  de Dr Fleming ont été traduites  ou présentées en français sur le blog  de Gérard GAMBARO, d'où proviennent les quelques  copies suivantes  et sélectionnées pour rappel .

Mais avant  tout , une question de béotien :

Puisque le virus du SIDA a été inséré (volontairement ) dans le virus créé , les  virus mutants l'ont-ils gardé avec eux ? 





et voici la glycoprotéine 120 du SIDA
qui a sans doute tuer toutes les personnes à co-morbidités auxquelles vous teniez


Après avoir créé la maladie avec l'argent public, 
Après avoir interdit par oukases de traiter les malades avec les médicaments qui sauvent les vies 
est venu le temps du vaccin qui enrichit ceux qui décident  , mais surtout rend les personnes qui le prennent responsables de leur malheur :  en effet on leur injecte le code pour fabriquer une toxine. 
On ne leur inocule pas la toxine.
C'est donc leur corps qui fabrique le poison , s'il les tue. 
Sachant que le produit injecté ne protège ni de la transmission, ni d'une prochaine infection .......

Il faut re- noter la conversation entre Président Borsarolo et le directeur de l'OMS. 
Le Président Borsarolo mentionnait que le vaccin TUE des gens. 
Le directeur de l'OMS avait répondu  que les gens meurent de leur(s) comorbidité(s) . Ce qui revient à dire que c'est de leur faute . Ils n'avaient qu'à être en bonne santé, l'injection n'y serait donc pour rien !
La vidéo ci-après explique le processus de fonctionnement du vaccin,  tiroir caisse surtout. 

du blog de Gérard GAMBARO

et 
Et pour conclure voici un extrait d'explication par Pr Stéphanie Seneff 

Seneff prédit que dans les 10 à 15 prochaines années, nous verrons des pics soudain de maladies à prions, de maladies auto-immunes, de maladies neurodégénératives à un plus jeune âge ainsi que des troubles sanguins tels que caillots sanguins, hémorragies, accidents vasculaires cérébraux et insuffisance cardiaque.


«C’est un cauchemar», dit-elle. «Et je peux voir comment cela peut arriver. Fondamentalement, le vaccin est complètement  artificiel et il a un objectif unique, qui est d'amener votre corps à produire des anticorps contre la protéine de pointe. L'ARN a été manipulé. Ce n'est pas de l'ARN naturel car il contient de la méthyl-pseudouridine… Et le but est de le maintenir en vie.


Normalement, si  on vous injecte  de l'ARN, vous avez des enzymes dans votre système, dans vos tissus, qui le décomposent immédiatement. Votre corps sait qu'il doit se débarrasser de l'ARN. Le vaccin,  s’assure que [votre corps] ne peut pas y arriver…


Ensuite, il y a le lipide [dans lequel l'ARN est enfermé]. Les lipides sont très étranges, très bizarres… Ils ne sont pas naturels mais ils contiennent du cholestérol, probablement pour aider à ressembler à une particule LDL naturelle afin que vos cellules le prennent en charge. Il n'est pas pris en charge  par le récepteur ACE2.


Il n'est pas pris en charge de la même manière que le virus. C'est un mécanisme totalement différent qui l'amène dans toutes les cellules. Vous avez dépassé toutes les muqueuses. Habituellement, un virus va pénétrer dans les poumons ou dans tout type de cavité où il y a un système muqueux qui va l’attaquer en premier.


Le virus [déclenchera] votre système  immunitaire muqueux naturel pour y répondre et l'éliminer si vous êtes une personne en bonne santé, et c'est fini. [Avec le vaccin], ce sera toujours impossible .  Il est injecté dans  dans votre muscle, au-delà de toutes les barrières et le muscle devient fou… en envoyant toutes sortes d'alarmes.


………

Lorsque vos cellules commencent à produire les protéines de pointe virales, vos cellules immunitaires se mobilisent pour récupérer les protéines et les déverser dans votre système lymphatique. 


C'est pourquoi beaucoup signalent des ganglions lymphatiques enflés sous les bras. C'est aussi un signe de cancer du sein. La réponse  par anticorps fait partie de votre immunité humorale. Vous avez également une immunité cellulaire, qui fait partie de votre système immunitaire inné.


Votre système immunitaire inné est très puissant. Et, si vous êtes en bonne santé, il peut éliminer les virus sans jamais produire un seul anticorps. 


Les anticorps sont en fait une réaction  de deuxième niveau lorsque votre système immunitaire inné échoue. Le problème est que votre système immunitaire inné va certainement vous faire défaut si vous vous faites vacciner contre le COVID-19, car le produit contourne tous les domaines dans lesquels votre système immunitaire inné pourrait être mis à contribution.


Votre corps croira essentiellement que le système immunitaire inné a échoué, ce qui signifie qu'il doit faire appel à la cavalerie de secours. En substance, votre corps réagit maintenant de manière excessive à quelque chose qui n’est pas vrai. Vous n'êtes pas réellement infecté par un virus et votre système immunitaire inné n'a pas failli, mais votre corps est obligé de réagir comme si les deux étaient vrais.

Voici comment le vaccin COVID-19 contourne les réponses immunitaires saines

Mais il y a plus. Comme expliqué par Seneff, l'ARN synthétique dans les vaccins à ARNm contient un nucléotide appelé méthyl-pseudouridine, que le corps ne peut pas décomposer, et l'ARN est programmé pour déclencher une production maximale de protéines. Nous sommes donc face à une manipulation totalement non testée de l’ARN.


Il est très important de reconnaître qu'il s'agit d'un ARNm génétiquement modifié pour la protéine de pointe. Il n'a en aucun cas la même composante que le SARS-CoV-2. Il a été considérablement modifié pour éviter d’être absorber par votre corps. De plus, la protéine de pointe que votre corps produit en réponse à l'ARNm du vaccin COVID-19 se verrouille dans le récepteur ACE2.


En effet, la NOUVELLE protéine de pointe génétiquement modifiée contient des prolines supplémentaires insérées qui empêchent les récepteurs de se fermer correctement, ce qui vous amène alors à réguler à la baisse l'ACE2. 


C'est en partie ainsi que vous vous retrouvez avec des problèmes tels que l'hypertension pulmonaire, l'insuffisance cardiaque ventriculaire et les accidents vasculaires cérébraux.

que ventriculaire et les accidents vasculaires cérébraux.

https://lezarceleurs.blogspot.com/2021/05/vaccins-et-avalanche-de-maladies.html


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jacques Attali : "L'avenir de la vie" 1981 - Extrait .....et rectifications

Le passeport vaccinal, forme déguisée du vaccin obligatoire, est irrecevable selon Madame Catherine FABRE, Docteur en pharmacie

L' hécatombe post-vaccinale dans l'UE au 31 juillet 2021