"Il y a des gens qui meurent des effets du vaccin", déclare Pr MONTAGNIER

 De : https://www.sudradio.fr/societe/pr-luc-montagnier-il-y-a-des-gens-qui-meurent-des-effets-du-vaccin


Pour le professeur Luc Montagnier, "on est dans une situation très sérieuse". "Pour parler de l’origine du virus", explique-t-il, "on ne la connaît pas encore dans les détails mais on commence à avoir une idée". "On peut penser qu’il y a des choses imprévues, non attendues par les chercheurs chinois", juge le virologue. "C’est une affaire chinoise au départ. Ils ont, très probablement, travaillé sur des schémas provenant des virus des chauves-souris. Mais bien sûr, il y a des constructions nouvelles à partir de la chauve-souris qui permettent le passage à l’homme", juge le biologiste.


"Il y a une grosse participation, au moins financière, américaine probablement aussi technique, dans cette affaire", explique le professeur Luc Montagnier. "Au début on a un virus chinois et après on a autre chose. C’est-à-dire on a des nouveaux variants qui apparaissent à partir du virus chinois mais qui sont assez éloignés de sa structure de départ", explique le virologue au micro de Sud Radio. "L’affaire n’est pas close et bien sûr, plus le temps passe, plus les gens parlent". "Nous allons peut-être finir par savoir la vérité. ça va prendre du temps", juge-t-il.

 

Pour le Pr. Luc Montagnier toute mort par un médicament doit être comptée sérieusement


"On est quand même dans une situation très sérieuse à l’heure actuelle. Parce que ces nouveaux variants donnent des effets secondaires", explique le biologiste. "Même le virus de départ donne des effets secondaires, et des effets immédiats qui sont supportables si on peut dire mais ensuite, il provoque des myocardites, des effets cardio-vasculaires et qui tuent. Il y a des gens qui meurent de ces myocardites, un des effets du vaccin", juge le professeur Luc Montagnier


"Médecin-chercheur de formation, j’ai mon éthique", explique le professeur Luc Montagnier. "Toute mort par un médicament, un vaccin, doit être comptée comme quelque chose de sérieux et quand il y a plusieurs morts, c’est vraiment un problème", juge le virologue. "Je ne supporte pas l’idée qu’on dise que dans le rapport bénéfices-risques, vous avez des risques mais le rapport bénéfices est bien meilleur pour les autres", explique le biologiste au micro de Sud Radio. "Ce n’est pas vrai parce que beaucoup de souffrance vient de cette conception".

 

"Maintenant, vous avez l'effet des prions"

Aujourd’hui, "on en est à la troisième phase" pour le professeur Luc Montagnier. "La première phase, c’est les effets secondaires assez communs mais qui ne durent pas très longtemps mais qui donnent déjà des morts", explique-t-il. "Vous avez ensuite les effets cardio-vasculaires", continue le biologiste. "Et maintenant, vous avez l’effet des prions", explique le professeur Luc Montagnier.


"Ce sont d’autres morts qui arrivent, et ces gens sont morts de la maladie de creutzfeldt-jakob", explique le professeur Luc Montagnier au micro de Sud Radio. "Cette maladie est très rare, normalement, quand elle est sporadique, c’est un cas sur un million", explique-t-il. "Là, c’est un groupe de 7 personnes indépendantes les unes des autres avec des médecins différents qui sont atteints de cette maladie. Le facteur commun est qu’ils ont été vaccinés par deux doses de vaccin Pfizer", continue le virologue. 


"C’est à la deuxième dose que ça apparaît des petits signes et puis les signes généraux de la maladie apparaissent". "On ne peut pas prouver que c’est causé par les vaccins", explique-t-il, "mais il faut quand même regarder cette hypothèse". "Parce que le seul facteur commun entre ces personnes c’est d’avoir été vacciné par le même vaccin".

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

 

***********************
De Pr Stéphanie SENEFF

La protéine de pointe du SRAS-CoV-2 peut être un prion

La protéine de pointe du SRAS-CoV-2 peut être un prion
Dans son article, Seneff discute également des preuves suggérant que la protéine de pointe du SRAS-CoV-2 pourrait être un prion, ce qui est encore une autre très mauvaise nouvelle. «C’est absolument terrifiant pour moi», dit-elle, ajoutant:

«Je pense maintenant que c'est peut-être le pire aspect de ces vaccins à ARNm, car ils produisent cette protéine de pointe anormale qui ne veut pas pénétrer dans la membrane. Les protéines prion sont connues pour être des protéines membranaires. Ce sont des hélices alpha dans la membrane, puis elles se replient mal, devenant des couches bêta dans le cytoplasme, et c'est ce qui conduit au problème des prions.

Ils forment un cristal qui attire d'autres protéines et crée ce gros désordre et construit des fibrilles et la plaque d'Alzheimer. La principale protéine prion est la PrP, qui existe dans la maladie de Creutzfeldt-Jakob, la forme humaine de la maladie de la vache folle. C'est une sorte d'infection d'origine protéique. C'est assez sauvage parce qu'il n'y a pas d'ADN impliqué, pas d'ARN impliqué, juste des protéines.

Mais le fait est que lorsque vous avez produit une version d'ARNm qui sait comment cracher des tonnes d'une protéine prion, les protéines prion deviennent problématiques lorsqu'il y en a trop et que la concentration est trop élevée dans le cytoplasme.

Et les protéines de pointe que ces vaccins à ARNm produisent… ne peuvent pas pénétrer dans la membrane, ce qui, je pense, va l'encourager à devenir une protéine prion problématique. Ensuite, lorsque vous avez une inflammation, elle régule à la hausse l'alpha-synucléine [une protéine neuronale qui régule le trafic synaptique et la libération de neurotransmetteurs].

Ainsi, vous allez attirer l'alpha-synucléine dans des protéines de pointe mal repliées, se transformant en un désordre à l'intérieur des cellules dendritiques dans les centres germinatifs de la rate. Et ils vont emballer toutes ces impuretés  dans des exosomes et les libérer. Ils vont ensuite voyager le long du nerf vague jusqu'au tronc cérébral et provoquer des choses comme la maladie de Parkinson.

Donc, je pense que c'est une configuration complète pour la maladie de Parkinson. Ce qui peut arriver, c'est que parce qu'ils ont reçu ce vaccin, ils contractent la maladie de Parkinson cinq ans plus tôt qu'ils ne l'auraient eu autrement. Cela va avancer la date à laquelle quelqu'un qui a une propension à la maladie de Parkinson l'obtiendra.
 

Et cela va probablement amener des gens à contracter la maladie de Parkinson qui ne l'auraient jamais contracté au départ - surtout s'ils continuent à se faire vacciner chaque année. Chaque année, vous faites un rappel, vous vous  rapprochez de plus en plus la date à laquelle vous allez attraper la maladie de Parkinson.  " 

https://etouffoir.blogspot.com/2021/05/les-nombreuses-facons-dont-les-vaccins.html

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jacques Attali : "L'avenir de la vie" 1981 - Extrait .....et rectifications

Le passeport vaccinal, forme déguisée du vaccin obligatoire, est irrecevable selon Madame Catherine FABRE, Docteur en pharmacie

L' hécatombe post-vaccinale dans l'UE au 31 juillet 2021