Vaccination et caillots sanguins

Texte anglais et liens à : https://childrenshealthdefense.org/defender/clear-link-astrazeneca-vaccine-blood-clots/?

L'EMA contredit l'affirmation d'un haut fonctionnaire selon laquelle il y aurait  un «lien clair» entre le vaccin AstraZeneca et les caillots sanguins

Quelques heures après qu'un haut responsable de l'Agence européenne des médicaments a déclaré aux médias qu'il existait un lien "clair" entre le vaccin d'AstraZeneca et les caillots sanguins, l'agence a publié un communiqué indiquant qu'elle "n'était pas encore parvenue à une conclusion et que l'examen est actuellement en cours."
 
Un haut responsable de l'Agence européenne des médicaments (EMA) a été cité plus tôt dans la journée pour avoir déclaré qu'il existe un lien «clair» entre le vaccin COVID d'Oxford-AstraZeneca et un rare syndrome de coagulation sanguine - mais quelques heures plus tard, l'EMA a nié avoir déjà établi un lien de causalité entre le vaccin et les caillots sanguins.

Dans un communiqué à l'Agence France-Presse, l'EMA a déclaré aujourd'hui qu'elle n'avait "pas encore abouti à une conclusion et que l’analyse est actuellement en cours", ajoutant qu'elle pourrait  annoncer ses conclusions mercredi ou jeudi.

Marco Cavaleri, responsable des vaccins de l'EMA, avait déclaré plus tôt au journal italien Il Messaggero qu'à son avis, "il est clair qu'il existe un lien avec le vaccin, mais nous ne savons toujours pas ce qui cause cette réaction."

Cavaleri a déclaré que parmi les personnes  plus jeunes vaccinées  , il y avait un nombre plus élevé que prévu de cas de thrombose cérébrale - coagulation du sang dans le cerveau - par rapport à la population générale. Il a ajouté que l'EMA publierait une recommandation mise à jour sur le vaccin mercredi et annoncerait officiellement une connexion «dans les prochaines heures», mais ne serait probablement pas en mesure cette semaine de donner une indication sur l'âge des personnes auxquelles le vaccin AstraZeneca devrait être donné. Pendant ce temps, les experts en sécurité des médicaments au Royaume-Uni ont déclaré aujourd'hui qu'il «pourrait y avoir» un lien de causalité entre le vaccin et les caillots sanguins, mais que le programme de vaccination devrait se poursuivre, «avec une atténuation des risques pour les femmes de moins de 55 ans», a rapporté The Guardian.

Saad Shakir, directeur de l'unité de recherche sur la sécurité des médicaments à l'Université de Southampton, a déclaré au Guardian que les preuves accumulées en Europe et au Royaume-Uni «sont compatibles avec la causalité».

AstraZeneca a interrompu aujourd'hui l'essai britannique de son vaccin COVID chez des adolescents et des enfants, invoquant des préoccupations «plus larges» concernant les problèmes de coagulation sanguine.

Lundi, le Daily Mail a rapporté que deux sources de haut niveau de l'Agence britannique de réglementation des médicaments et des soins de santé (MHRA) ont déclaré à Channel 4 News que, bien que les données ne soient toujours pas claires, il existe de plus en plus d'arguments pour justifier l'offre d'un vaccin différent aux jeunes de moins de 30 ans. .

Les déclarations des deux sources sont intervenues après que le professeur Neil Ferguson, épidémiologiste et ancien conseiller du gouvernement britannique sur le coronavirus, ait déclaré que le vaccin AstraZeneca pourrait ne pas convenir aux jeunes si son lien avec les caillots sanguins était avéré. "En termes de données pour le moment, il y a de plus en plus de preuves qu'il existe un risque rare associé, en particulier avec le vaccin AstraZeneca", a déclaré Ferguson au programme BBC Radio 4 Today. «Mais à un niveau inférieur il peut être associé à d'autres vaccins,  avec formation de ces caillots sanguins inhabituels à faible numération plaquettaire. Il semble que le risque soit lié à l'âge, il peut être lié au sexe.- mais les données sont plus faibles à ce sujet - "

Ferguson a déclaré que les groupes plus âgés et d'âge moyen devraient «beaucoup» se faire vacciner parce que la menace de COVID l'emporte de loin sur le risque de caillots.

Mais l'épidémiologiste a déclaré que l'équilibre des risques est légèrement plus compliqué lorsque les personnes plus jeunes qui sont moins vulnérables au virus sont prises en compte. Le risque de formation de caillots sanguins dus au vaccin peut s'avérer plus élevé dans les groupes  plus jeunes.

Les scientifiques britanniques disent que le risque de mourir du COVID pour les 25 à 44 ans est de 0,04%, et pour les personnes de 15 à 24 ans, il n’est que de 0,01%. En comparaison, le taux peut atteindre 6% dans les tranches d'âge âgées.

 
La semaine dernière, les Pays-Bas sont devenus le dernier pays à interrompre l’utilisation du vaccin COVID d’AstraZeneca. Dans un communiqué officiel du 2 avril, le ministre néerlandais de la Santé a déclaré qu'il suspendait la vaccination des moins de 60 ans dans l'attente d'une nouvelle évaluation par l'EMA en raison de cinq cas de caillots sanguins signalés et du décès d'une femme ayant subi une hémorragie cérébrale dans les 10  jours après vaccination. Le ministre néerlandais de la Santé, Hugo de Jonge, a déclaré qu'il ne devrait y avoir aucun doute sur la sécurité des vaccins.
"La question cruciale est toujours de savoir s'il s'agit de plaintes après la vaccination ou en raison de la vaccination", a-t-il déclaré dans un communiqué, ajoutant "il est sage d'appuyer sur le bouton pause maintenant par précaution."

En réponse, AstraZeneca a publié vendredi une déclaration disant qu'elle travaillait  sur ce point avec les autorités néerlandaises. «Les autorités du Royaume-Uni, de l'Union européenne et de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont conclu que les avantages de l'utilisation de notre vaccin pour protéger les personnes contre ce virus l'emportent largement sur les risques dans tous les groupes d'âge adultes», a déclaré le fabricant de vaccins.
 
Le 5 avril, le régulateur britannique de la santé a déclaré qu'il envisageait une proposition visant à restreindre l'utilisation du vaccin AstraZeneca COVID chez les jeunes en raison de préoccupations concernant les caillots sanguins rares. Le Royaume-Uni avait auparavant fait la promotion d'AstraZeneca alors que plus de 20 pays suspendaient le vaccin en raison de problèmes de caillots sanguins.
 

Au total, la MHRA a identifié 30 cas de caillots sanguins rares et a révélé que sept personnes au Royaume-Uni sont mortes de caillots sanguins après avoir reçu le vaccin. La MHRA a déclaré qu'il n'était pas clair si le vaccin provoquait des caillots sanguins. La MHRA n'a divulgué aucune information sur l'âge ou l'état de santé des vaccinés touchés, mais a déclaré qu'un «examen rigoureux des rapports britanniques sur des types rares et spécifiques de caillots sanguins est en cours».

Au 31 mars, l’EMA n’avait pas encore identifié de facteurs de risque - tels que l’âge, le sexe ou des antécédents de troubles de la coagulation sanguine - associés au vaccin d’AstraZeneca. L’EMA a publié une déclaration le 31 mars réitérant sa conclusion précédente selon laquelle les avantages du vaccin l'emportent sur les risques, mais a averti que les gens devraient être conscients de la «possibilité lointaine» de caillots sanguins rares et consulter immédiatement un médecin en cas de symptômes.

Bien que les responsables de l'EMA aient déclaré ne pas savoir comment le vaccin provoquait des caillots sanguins, deux équipes de recherche indépendantes en Norvège et en Allemagne ont annoncé en mars avoir identifié des anticorps associés à la réponse immunitaire à l'origine du type de caillots sanguins subis par certaines personnes ayant reçu  le vaccin AstraZeneca.  En conséquence, plusieurs pays n’ont pas levé les restrictions sur l’utilisation du vaccin.

Comme l'a rapporté The Defender, une équipe allemande dirigée par le professeur Andreas Greinacher a déclaré dans un communiqué que le vaccin d'AstraZeneca peut, dans certains cas, provoquer une suractivation des plaquettes dans le sang, ce qui peut conduire à des caillots potentiellement mortels.

L’équipe de Greinracher a découvert que le vaccin d’AstraZeneca activait les plaquettes sanguines, ce qui ne se produit généralement dans le corps que lorsqu'une plaie guérit - lorsque le sang coagule lorsque la plaie se referme. Chez certains patients, la vaccination a activé un mécanisme qui a provoqué la formation de caillots sanguins dans le cerveau.

Pål Andre Holme, médecin en chef de l'hôpital universitaire d'Oslo, a déclaré au journal norvégien VG que son équipe de recherche avait identifié des anticorps déclenchés par le vaccin qui ont provoqué une réaction excessive du système immunitaire conduisant à des caillots sanguins.
"Notre théorie est qu'il s'agit d'une forte réponse immunitaire qui vient probablement après le vaccin", a déclaré Holme. "Il n'y a rien d'autre que le vaccin qui peut expliquer cette réponse immunitaire."

C’est la même théorie que Greinacher et ses collègues ont avancée en Allemagne. Les experts norvégiens n'étaient pas d'accord avec la conclusion initiale de l'EMA et ont annoncé le 18 mars qu'il existait une relation de cause à effet entre le vaccin AstraZeneca COVID et de rares caillots sanguins, de faibles taux de plaquettes et des saignements apparus chez cinq personnes récemment vaccinées en Norvège. «La Norvège estime qu'il existe une base raisonnable pour supposer qu'il existe un effet de causalité. C'est pourquoi nous avons souhaité que cette condition clinique soit ajoutée à la liste des effets secondaires. Lorsque cela ne s'est pas produit, nous avons exprimé notre désaccord », a déclaré Sigurd Hortemo de l'Agence norvégienne des médicaments au journal national norvégien VG.

L'OMS, l'EMA et la MHRA ont toutes déclaré que les gens devraient continuer à prendre le vaccin car les avantages de la prévention du COVID et de ses complications l'emportent sur les risques. Actuellement, le Canada, l’Allemagne, la France, la Norvège, l’Islande, le Danemark, la Finlande, la Suède et la Suisse ont suspendu ou imposé des restrictions d’utilisation du vaccin COVID d’AstraZeneca.

Bien que l’utilisation du vaccin AstraZeneca ait été autorisée dans l’UE, il n’a pas encore reçu d’autorisation d’utilisation en cas d’urgence (EUA) aux États-Unis. La société prévoit de faire une demande d’EUA prochainement. S'il est approuvé, AstraZeneca deviendrait le quatrième vaccin disponible aux États-Unis, rejoignant Moderna, Pfizer et Johnson & Johnson.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jacques Attali : "L'avenir de la vie" 1981 - Extrait

"Implanté" et programmé pour tuer

Collecter l’ADN des humains pour préparer les guerres biologiques