Un microbiologiste, Dr BHAKDI , explique les effets ( catastrophiques) du vaccin COVID

 De : https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2021/09/05/microbiologist-explains-covid-jab-effects.aspx?

Un microbiologiste explique les effets du  vaccin  COVID 



 
Par Dr Mercola. 5-9-2021

EN BREF

° La FDA ne peut accorder une autorisation d'utilisation d'urgence pour un médicament ou un vaccin pandémique que s'il n'existe pas de traitement ou d'alternative préexistant sûr et efficace. Puisqu'il existe plusieurs alternatives de ce type, la FDA est légalement tenue de révoquer l'autorisation d'urgence pour ces vaccins. 


• Alors que les injections de COVID ont été caractérisées comme étant efficaces à environ 95% contre l'infection par le SRAS-CoV-2, il s'agit de la réduction du risque relatif, qui vous en dit très peu sur son utilité. La réduction du risque absolu n'est que d'environ 1% pour tous les vaccins COVID actuellement disponibles 


• L'amélioration dépendante des anticorps (ADE) fait référence à une condition où la vaccination augmente votre risque d'infection grave. Nous commençons maintenant à voir des preuves que l'ADE se produit dans la population vaccinée 


• L'un des effets secondaires les plus courants des injections de COVID est une coagulation sanguine anormale, qui peut entraîner des accidents vasculaires cérébraux et des crises cardiaques


• Même les microcaillots qui ne bloquent pas complètement le vaisseau sanguin peuvent avoir de graves ramifications. Vous pouvez vérifier la présence de microcaillots en effectuant un test sanguin D-dimère. Si votre D-dimère est élevé, vous avez une coagulation quelque part dans votre corps 


Dans cette interview, le microbiologiste allemand Dr. Sucharit Bhakdi passe au crible les faits et les fictions de la pandémie de coronavirus. Avec Karina Reiss, Ph.D., il a écrit deux livres sur ce sujet, en commençant par Corona False Alarm? Facts and Figures,, publié en octobre 2020, suivi de « Corona Unmasked : New Facts and Figures ». 


Le deuxième livre n'est actuellement disponible qu'en allemand, mais vous pouvez télécharger un chapitre gratuit de "Corona Unmasked" en anglais sur FiveDoves.com. download a free chapter of “Corona Unmasked” in English on FiveDoves.com.


Les diplômes médicaux de Dr Bhakdi 


Bhakdi a obtenu son diplôme de médecine en Allemagne en 1970.

Après un an de travail clinique, il a rejoint l'Institut d'immunobiologie Max Planck, où il est resté quatre ans en tant que post-doctorant. 


Là, il a également commencé à faire des recherches en immunologie. Finalement, il a fini par présider le département de médecine, de microbiologie et d'hygiène de l'Université de Mayence, où il a travaillé pendant 22 ans jusqu'à sa retraite il y a neuf ans. Pendant ce temps, Bhakdi a également travaillé sur le développement de vaccins et dit qu'il est "certainement pro-vax en ce qui concerne les vaccinations qui fonctionnent et qui ont du sens". 


Une grande partie de ses recherches ont porté sur ce qu'on appelle le système du complément. Lorsqu'il est activé, le système du complément finit par fonctionner de manière à détruire plutôt qu'à aider vos cellules. Chose intéressante, le SARS-CoV-2 utilise ce même système à son avantage, transformant votre système immunitaire en un moyen d'autodestruction. 


Le même processus  autodestructeur semble également être activé par les vaccins de COVID, ce qui explique en partie pourquoi Bhakdi pense qu'ils sont la plus grande menace à laquelle l'humanité ait jamais été confrontée. "Il est de notre devoir d'informer activement  les gens sur les dangers auxquels ils s'exposent, ainsi que leurs proches, par cette" vaccination "", a-t-il déclaré. 



Quelle est l'efficacité des vaccins COVID ? 


Alors que les injections de COVID ont été caractérisées comme étant efficaces à environ 95% contre l'infection par le SRAS-CoV-2, cette affirmation est le produit d'un obscurcissement statistique. En bref, ils ont amalgamé la réduction du risque relatif et la réduction du risque absolu. La réduction du risque absolu est en fait d'environ 1% pour tous les vaccins COVID actuellement disponibles.(1) 


Dans "Outcome Reporting Bias in COVID-19 mRNA Vaccine Clinical Trials" (2) Ron Brown, Ph.D. calcule la réduction du risque absolu pour les injections de Pfizer et de Moderna, sur la base de leurs propres données d'essais cliniques, afin qu'elles puissent être comparées à la réduction du risque relatif signalée par ces sociétés. 


Voici un résumé de ses découvertes : 

• Vaccin Pfizer/BioNTech BNT162b2 — Réduction du risque relatif : 95,1 %. Réduction du risque absolu : 0,7% 

• ARNm-1273 du vaccin Moderna — Réduction du risque relatif : 94,1 %. Réduction du risque absolu 1,1 % 


Dans un commentaire du 1er juillet 2021 dans The Lancet Microbe (3), Piero Olliaro, Els Torreele et Michel Vaillant plaident également en faveur de l'utilisation de la réduction du risque absolu lors des discussions sur l'efficacité des vaccins avec le public. Eux aussi ont effectué les calculs et ont abouti à ce qui suit : 


• Pfizer/BioNTech — Réduction du risque relatif : 95 %. 

                                  Réduction du risque absolu : 0,84 % 

• Moderna — Réduction relative du risque : 94 %. 

                      Réduction du risque absolu : 1,2 % 

• Gamaleya (Sputnik V) -- Réduction relative du risque : 91 %. 

                                          Réduction du risque absolu : 0,93 % 

• Johnson & Johnson — Réduction relative du risque : 67 %. 

                                        Réduction du risque absolu : 1,2 % 

• AstraZeneca/Oxford — Réduction du risque relatif : 67 %. 

                                        Réduction du risque absolu : 1,3 % 


Quel type de protection les vaccins COVID offrent-ils ? 


En plus de fournir une protection insignifiante en termes de réduction de risque absolu, il est important de réaliser que les vaccins  ne fournissent pas d'immunité. Tout ce qu'ils peuvent faire, c'est réduire la gravité des symptômes de l'infection. Selon Bhakdi, ils échouent même à cela. 


"Ils n'ont montré absolument aucun avantage dans les essais cliniques", dit-il. « C'est  ridicule. Les gens ne comprennent pas qu'ils sont dupés et ont été dupés depuis le début. Prenons l'un de ces essais Pfizer : 20 000 personnes en bonne santé ont été vaccinées et 20 000 autres n'ont pas été vaccinées. 


Et puis ils ont observé, sur une période d'environ 12 semaines, combien de cas ils ont trouvé dans le groupe vacciné et combien de cas ils ont trouvé chez les non-vaccinés. Ce qu'ils ont découvert, c'est que moins de 1 % du groupe vacciné a reçu le COVID-19 et moins de 1 % du groupe non vacciné a également reçu le COVID-19. 


La différence était de 0,8 à 0,1%, ce qui n'est rien, compte tenu du fait qu'ils n'examinaient même pas les cas graves. Ils examinaient des personnes avec un test PCR positif – qui, comme nous le savons tous maintenant, ne vaut rien – plus un symptôme, qui pourrait être de la toux ou de la fièvre. 


Ce n'est pas un cas grave de COVID-19. Toute vaccination qui va être autorisée doit être prouvée comme protégeant contre une maladie grave et la mort, et cela n'a certainement pas été démontré. Alors, oubliez l'autorisation. Cela ne peut pas être autorisé, pas par n'importe quel moyen normal. 


Maintenant [les injections de COVID n'ont pas] une autorisation complète, c'est une autorisation d'urgence, ce qui est encore une fois une connerie absolue, puisque nous savons que le taux de mortalité par infection de cette maladie ou de ce virus n'est pas supérieur à celui de la grippe saisonnière. John Ioannidis a publié ces chiffres, qui n'ont jamais été contestés par qui que ce soit dans le monde et ne peuvent être contestés. 


Si vous avez moins de 70 ans et que vous n'avez pas de maladie préexistante grave, vous pouvez difficilement mourir [d'une infection par le SRAS-CoV-2]. Donc, il n'y a pas de taux de mortalité qui peut être réduit. 


Et pour les personnes âgées et atteintes d'une maladie préexistante, comme nous le savons grâce aux travaux du Dr Peter McCullough et de ses collègues, il existe de très bons moyens et médicaments pour traiter ce virus afin que les taux de mortalité baissent encore de 70 à 80%, ce qui signifie qu'il n'y a aucun motif pour une utilisation d'urgence que ce soit. 


Cela signifie que la FDA devrait pouvoir être forcée de retirer cette autorisation d'utilisation d'urgence – à moins qu'il  n'y ait connivence. » 


J'ai négligé de donner suite à son commentaire sur 40 000 personnes réparties à parts égales entre les groupes d'injection et sans injection dans les essais d'injection de COVID. Il y a quelques mois, ils ont en fait abandonné le bras sans injection de l'essai, il n'y a donc plus de groupe témoin. La justification était que l'injection était trop importante pour la refuser au groupe témoin. C'est juste une autre façon sournoise de contourner le rapport de tous les effets indésirables survenant dans le groupe d'injection. 


Cela dit, il convient de répéter que la FDA ne peut accorder une autorisation d'utilisation d'urgence pour un médicament ou un vaccin pandémique que s'il n'y a pas de traitement ou d'alternative préexistant sûr et efficace. Puisqu'il existe plusieurs alternatives de ce type, la FDA est légalement tenue de révoquer l'autorisation d'urgence pour ces injections. 



Preuve d'un risque accru d'infection après l'injection 


À l'heure actuelle, les Centers for Disease Control and Prevention affirment qu'environ 95% des infections au SRAS-CoV-2 entraînant une hospitalisation se produisent parmi les non vaccinés. C'est aussi une fiction statistique, car ils utilisent des données de janvier à juin 2021, lorsque la plupart du public américain n'était pas vacciné. 


En examinant des données plus récentes, nous constatons que la majorité des cas graves et des hospitalisations se produisent réellement parmi ceux qui ont reçu le vaccin COVID. Malheureusement, comme l'a noté Bhakdi : 


« Tout est manipulé. Et, si quelqu'un veut manipuler quelque chose et est en mesure de le propager ensuite, vous n'avez aucune chance de l'analyser et de le dire aux gens parce que nous n'avons aucune voix dans cette affaire. Lorsque nous nous levons et disons cela aux gens, ils se retournent et disent que ce n'est pas vrai


De manière troublante, nous commençons maintenant à voir les premières indications d'une amélioration dépendante des anticorps (ADE), qui inquiétait de nombreux scientifiques dès le début. L'Inde, par exemple, où 10 % de la population a été « vaccinée », connaît désormais des cas très graves de COVID-19. Bhakdi dit : 


« Ce à quoi nous assistons en Inde et probablement aussi en Israël, c'est l'amélioration immunitaire dépendante de la maladie… C'est inévitable. Ainsi, les personnes qui se font vacciner doivent maintenant avoir peur de la prochaine vague d'infections authentiques, qu'il s'agisse de [variantes du SRAS-CoV-2] ou de tout autre coronavirus, car elles sont toutes liées et elles seront toutes soumises à un système immunitaire.  avec amélioration dépendante, évidemment. 


L'amélioration dépendante des anticorps (ADE) ou l'amélioration immunitaire paradoxale (PIE) fait référence à une condition dans laquelle la vaccination aboutit à l'opposé complet de ce que vous recherchez. Plutôt que de protéger contre l'infection, le vaccin augmente et aggrave l'infection. L'ADE peut se produire par plus d'un mécanisme, et Bhakdi est d'avis que l'amélioration est principalement due à des lymphocytes tueurs hyperréactifs et à une activation secondaire du complément, qui causent tous deux de graves dommages. 


Anticorps versus lymphocytes, Bhakdi explique :


 « Il existe deux principaux bras de défense contre les infections virales. L'un est celui des anticorps qui, s'ils sont présents, peuvent empêcher le virus de pénétrer dans vos cellules. Ce sont des anticorps dits neutralisants, que la vaccination est censée produire. 


Mais les anticorps ne sont pas là où ils sont nécessaires, c'est-à-dire à la surface de l'épithélium des voies respiratoires. Ils sont dans le sang, mais pas à la surface de l'épithélium où le virus arrive. 


Le deuxième bras de défense immunitaire entre alors en jeu, ce sont les lymphocytes. 


Il existe différents types de lymphocytes et je simplifierai les choses en disant que les lymphocytes importants sont les lymphocytes dits tueurs qui détectent chaque fois qu'un produit viral est produit dans la cellule. Ils vont alors détruire les cellules qui hébergent le virus et ainsi l'usine est fermée et vous vous rétablissez. 


C'est le mécanisme qui nous permet de survivre aux infections virales des poumons, et cela se produit tout le temps. Ainsi, les lymphocytes, contrairement aux anticorps, reconnaissent de très nombreuses parties des protéines. Donc, si un virus change un peu, cela n'a pas d'importance, car les déchets qui sont reconnus par les lymphocytes tueurs restent très similaires. 


C'est pourquoi nous tous, et cela est maintenant connu, nous avons tous des lymphocytes mémoire dans nos ganglions lymphatiques et nos organes lymphoïdes qui sont entraînés à reconnaître ces coronavirus. Et qu'il y ait ou non un mutant, cela n'a pas vraiment d'importance, car ils reconnaîtront un mutant ou une variante.

Selon Bhakdi, les coronavirus ne peuvent subir que des mutations ponctuelles, ce qui signifie qu'un seul nucléotide à la fois peut être modifié. Le virus de la grippe, quant à lui, peut subir des mutations plus radicales. Par exemple, un virus de la grippe peut changer complètement sa protéine de pointe en échangeant des protéines de pointe avec un autre virus qui est simultanément présent. 


Ce type de changement n'est pas possible avec les coronavirus. Par conséquent, vous n'aurez jamais de sauts dans les changements antigéniques que ce soit pour les anticorps ou pour les lymphocytes T tueurs. C'est pourquoi l'immunité de fond qui évolue au cours de la vie d'un être humain est très large et solide. 


L'immunité naturelle est de loin supérieure à l'immunité induite par le vaccin 


L'une des annulations les plus flagrantes de la vérité scientifique médicale est l'affirmation selon laquelle la « vaccination » au COVID confère une protection supérieure par rapport à l'immunité naturelle que vous obtenez après avoir été exposé au virus et  avoir récupéré. La réalité est que l'immunité naturelle est infiniment supérieure à la protection induite par le vaccin que vous obtenez de ces injections, qui est à la fois étroite et temporaire. 


Le vaccin COVID produit des anticorps contre une seule des protéines virales, la protéine de pointe, tandis que l'immunité naturelle produit des anticorps contre toutes les parties du virus, ainsi que des cellules T mémoire. Comme l'a noté Bhakdi : 


« Le fait même que l'Organisation mondiale de la santé ait changé la définition de l'immunité collective… est un véritable scandale. Je suis à court de mots pour décrire à quel point je trouve tout cela ridicule, que cela soit accepté par nos collègues. Comment les médecins et les scientifiques du monde peuvent-ils supporter d'entendre toutes ces sottises ? » 



Comment le vaccin COVID cause des dommages 


Comme expliqué par Bhakdi, lorsque vous recevez un vaccin COVID, des instructions génétiques sont injectées dans votre muscle deltoïde. Le muscle les transmet vers vos ganglions lymphatiques, qui à leur tour peuvent entrer dans votre circulation sanguine. Il peut également y avoir une translocation directe du muscle dans des vaisseaux sanguins plus petits. 


Les données animales soumises par Pfizer aux autorités japonaises montrent que l'ARNm est apparu dans le sang une ou deux heures après l'injection. La rapidité de celle-ci suggère que les nanoparticules sont transférées du muscle directement dans le sang, en contournant les ganglions lymphatiques. 


" Même les microcaillots qui ne bloquent pas complètement le vaisseau sanguin peuvent avoir de graves ramifications. Vous pouvez vérifier la présence de microcaillots en effectuant un test sanguin D-dimère. Si votre D-dimère est élevé, vous avez une coagulation quelque part dans votre corps. "


Une fois dans votre circulation sanguine, les instructions génétiques sont transmises aux cellules disponibles, à savoir vos cellules endothéliales. Ce sont les cellules qui tapissent vos vaisseaux sanguins. Ces cellules commencent alors à produire une protéine de pointe, conformément aux instructions de l'ARNm. Comme son nom l'indique, la protéine de pointe ressemble à une pointe  dépassant de la paroi cellulaire dans la circulation sanguine. 


Comme elles ne sont pas censées être là, vos lymphocytes tueurs se précipitent dans la zone, pensant que les cellules sont infectées. Les lymphocytes tueurs attaquent les cellules, ce qui endommage la paroi cellulaire. Ces dommages, à leur tour, provoquent la formation de caillots. Nous voyons maintenant des preuves que les injections de COVID causent toutes sortes de problèmes de coagulation, des caillots microscopiques aux caillots massifs s'étendant sur un pied  de longueur ( 30,48 cms UK)  ou plus. 


Bien sûr, lorsqu'un caillot suffisamment gros se forme dans le cœur, vous vous retrouvez avec une crise cardiaque. Dans le cerveau, vous vous retrouvez avec un accident vasculaire cérébral. Mais même les microcaillots qui ne bloquent pas complètement le vaisseau sanguin peuvent avoir de graves ramifications. Vous pouvez vérifier la présence de microcaillots en effectuant un test sanguin D-dimère. Si votre D-dimère est élevé, vous avez une coagulation quelque part dans votre corps. 



Comment les anticorps induits par le vaccin peuvent causer des dommages 


Mais ce n'est pas tout. Les anticorps anti-protéine de pointe peuvent également être nocifs. Bhakdi explique : 


"L'autre chose qui est maintenant apparue est tout aussi effrayante [comme le problème de la coagulation]. Une à deux semaines après le premier vaccin, vous commencez à fabriquer des anticorps en grande quantité. 


Maintenant, lorsque le deuxième vaccin est terminé et que les protéines de pointe commencent à se projeter  sur des parois de vos vaisseaux dans votre circulation sanguine, elles sont non seulement face aux  lymphocytes tueurs, mais maintenant les anticorps sont également là et les anticorps activent le système complémentaire. 


C'était mon premier domaine de recherche. Le premier système en cascade est le système de coagulation. Activez-le et le sang coagulera. Si vous activez le système de complément avec les anticorps qui se lient à la paroi de votre vaisseau, ce système de complément commencera à créer des trous dans la paroi de votre vaisseau. 


Et vous voyez ces patients qui ont des saignements cutanés. Vous  vous demandez, d'où cela vient ?  Eh bien, si vous faites des trous partout dans vos vaisseaux , vous saignez. Si les vaisseaux du foie, ou du pancréas ou du cerveau,  sont criblés de trous alors le sang va s'infiltrer à travers les vaisseaux dans les tissus… 


Les injections de COVID  sont dans votre circulation sanguine pendant au moins une semaine et elles s'infiltreront dans n'importe quel organe. Et lorsque ces cellules d'organe commenceront à fabriquer elles-mêmes la protéine de pointe, les lymphocytes tueurs les chercheront et les détruiront également [dans cet organe, créant plus de dommages et une coagulation ultérieure]. 


Ce à quoi nous assistons est l'une des expériences les plus fascinantes qui pourrait conduire à une maladie auto-immune massive. Quand cela arrivera-t-il, Dieu seul  le sait. Et à quoi cela mènera-t-il , Dieu le sait. 



Le vaccin COVID  peut déclencher des virus latents et le cancer 


Les vaccins COVID peuvent également décimer vos ganglions lymphatiques, car vos ganglions lymphatiques sont pleins de lymphocytes et d'autres cellules immunitaires. Certains lymphocytes mourront immédiatement au contact, provoquant une inflammation. 


Les cellules qui ne meurent pas,  prennent en charge  l'ARNm et commencent à produire des protéines de pointe, seront   reconnues comme productrices de virus et attaquées par le système du complément. Il  se crée essentiellement une guerre entre certaines cellules immunitaires contre d'autres cellules immunitaires. À la suite de cette attaque, vos ganglions lymphatiques gonflent et deviennent douloureux. 


Il s'agit d'un problème grave, car les lymphocytes de vos ganglions lymphatiques sont des sentinelles à vie qui contrôlent les infections latentes telles que le zona. Lorsqu'ils fonctionnent mal ou sont détruits, ces virus latents peuvent s'activer. C'est pourquoi nous voyons des rapports de zona, de lupus, d'herpès, d'Epstein-Barr, de tuberculose et d'autres infections émerger comme effet secondaire des injections. Bien entendu, certains cancers peuvent également être touchés. 


"Comme nous le savons tous, des tumeurs se forment chaque jour dans notre corps, mais ces cellules tumorales sont reconnues par nos lymphocytes, puis elles sont éliminées", explique Bhakdi. "Donc, je suis inquiet de voir  la population poussée à intégrer  dans le corps  quelque chose  qui va  complètement changer l'approche  de la médecine." 



Le consentement éclairé est pratiquement impossible 


Après avoir longuement réfléchi à cette question, Bhakdi est convaincu que la campagne d'injection de COVID doit être arrêtée. 


"Les vaccins génétiques sont un danger absolu pour l'humanité et leur utilisation à l'heure actuelle viole le codex de Nuremberg, de sorte que tous ceux qui propagent leur utilisation devraient être traduits devant un tribunal", a déclaré Bhakdi. 


« En particulier, la vaccination des enfants est quelque chose de si criminel que je n'ai pas de mots pour exprimer mon horreur… Nous sommes terriblement inquiets de l'éventuel un impact sur la fertilité. Et cela se verra dans des années ou des décennies. Et c'est potentiellement l'un des plus grands crimes, tout simplement l'un des plus grands crimes imaginables… 


Comme nous le savons tous, le codex de Nuremberg stipule que dans le cas où des expériences doivent être menées sur des humains, cela ne peut être effectué qu'avec un consentement éclairé. 


Le consentement éclairé signifie que la personne à vacciner doit être informée de tous les risques, des rapports risques-bénéfices, des dangers potentiels et de ce que l'on sait des effets secondaires. Cela ne peut pas être fait avec des enfants, car les enfants ne sont pas en mesure de le comprendre. 


Par conséquent, ils ne peuvent pas donner leur consentement éclairé. Par conséquent, ils ne peuvent pas être vaccinés. Si quelqu'un fait cela, il devrait être traduit devant un tribunal. Si les adultes ont été informés et veulent se faire vacciner, ce n'est pas grave. Mais ne forcez personne à le faire . Cela doit se faire uniquement par consentement éclairé. » 


Bien sûr, le consentement éclairé est également pratiquement impossible, même pour les adultes, car ils ne reçoivent qu'une seule version de l'histoire. Tous les effets secondaires et risques sont censurés pratiquement partout et les discussions les concernant sont interdites. Le gouvernement américain pousse même à criminaliser la discussion sur les risques d'injection de COVID. 


Où allons-nous à partir d'ici? 


Si vous avez déjà reçu une ou deux injections, vous ne pouvez rien y faire. Cependant, ne prenez  pas de booster, car chaque booster va sans aucun doute amplifier les dégâts. 


"En fin de compte, je prédis que nous allons voir des maladies et des décès en masse parmi des personnes qui auraient normalement une vie merveilleuse devant elles", a déclaré Bhakdi. La question qui préoccupe les gens est la suivante : peut-on faire quelque chose pour réparer les dégâts causés par ces vaccins ? Pour l'instant, nous ne savons pas. 


Cependant, si vous avez reçu une ou plusieurs injections et  que vous avez développé des symptômes d'infection, Bhakdi recommande un traitement à l'hydroxychloroquine et/ou à l'ivermectine, comme le protocole Zelenko (4) et les protocoles MATH+5 qui ont prouvé leur efficacité. Il est important de réaliser que vous êtes peut-être plus sujet aux infections graves, pas moins. 


Le peroxyde d'hydrogène nébulisé peut également être utilisé pour la prévention et le traitement du COVID-19, comme détaillé dans l'étude de cas du Dr David Brownstein (6) et le livre électronique gratuit du Dr Thomas Levy, Rapid Virus Recovery.” . Quel que soit le protocole de traitement que vous utilisez, assurez-vous de commencer le traitement dès que possible, idéalement au début des symptômes. • 


- Sources and References

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jacques Attali : "L'avenir de la vie" 1981 - Extrait

E.Macron et O.Véran prennent le contrôle du corps médical

Le passeport vaccinal, forme déguisée du vaccin obligatoire, est irrecevable selon Madame Catherine FABRE, Docteur en pharmacie