Royaume-Uni - Le ministre des vaccins décide que les enfants décideront

 De : https://healthimpactnews.com/2021/parental-outrage-as-uk-approves-covid-shots-for-12-to-15-year-olds-leaving-decision-to-children-not-parents/

Indignation des  parents alors que le Royaume-Uni approuve les vaccins COVID pour les 12 à 15 ans, laissant la décision aux enfants et NON aux parents

«   Élèves non vaccinés    soumis à des brimades,   familles  qui s'entre-déchirent … et seulement 30 000 infections ont été stoppées » : Fury en tant que ministre CONFIRME son intention de vacciner tous les plus de 12 ans à partir de la semaine prochaine, mais donne aux ENFANTS, et non à leurs PARENTS ,  le dernier mot pour décider  de leur vaccination "

Par CONNOR BOYD ASSISTANT AU RÉDACTEUR DE LA SANTÉ et LUKE ANDREWS JOURNALISTE DE LA SANTÉ 

DailyMail

Extraits :

La fureur a éclaté ce soir après que les ministres ont confirmé leur intention de vacciner tous les enfants de plus de 12 ans à travers le Royaume-Uni à partir de la semaine prochaine – les experts et les parents avertissant que cela pourrait conduire à des «intimidations» sur les élèves non vaccinés et pourrait même «déchirer les familles».

Le ministre des Vaccins, Nadhim Zahawi, a confirmé son intention de proposer un seul vaccin Pfizer aux jeunes de 12 à 15 ans en bonne santé lors d'un discours à la Chambre des communes ce soir.

Mais il a redit que la décision finale d'avoir ou non le jab appartiendrait aux enfants – et non à leurs parents.

Cependant, au milieu des craintes que la politique ne conduise à des disputes familiales, il a déclaré aux députés: "Quelle que soit la décision prise, ils (les enfants) doivent être soutenus". Personne ne devrait être stigmatisé, personne ne devrait être victime d'intimidation pour avoir pris une décision.'

M. Zahawi a également confirmé  la sécurité du vaccin pour les enfants, affirmant que la décision d'offrir le vaccin aux enfants de 12 à 15 ans avait suivi les conseils du Comité conjoint sur la vaccination et l'immunisation (JCVI).

Il a déclaré que la décision avait également été "approuvée à l'unanimité" par les quatre médecins-chefs du Royaume-Uni, dont le médecin-chef de l'Angleterre, le professeur Chris Whitty.

"Nous allons maintenant agir avec le même sentiment d'urgence que nous avons eu à chaque étape de notre programme de vaccination", a-t-il ajouté.

Pendant ce temps, le secrétaire à la Santé, Sajid Javid, a déclaré dans un Tweet ce soir: " J'ai accepté la recommandation unanime des médecins-chefs du Royaume-Uni d'offrir la vaccination aux personnes âgées de 12 à 15 ans.

"Cela évitera aux jeunes d'attraper COVID-19, réduira la transmission dans les écoles et aidera à garder les élèves en classe."

Cela survient alors que les parents, les experts et les syndicats d'enseignants ont mis en garde aujourd'hui contre les tensions dans les écoles après que le Royaume-Uni a approuvé son projet  de vaccins Covid pour les  enfants de 12 à 15 ans en bonne santé – et permettant aux enfants d'avoir le dernier mot quant à leur vaccination.

Environ 3 millions d'enfants de moins de 16 ans devraient commencer à recevoir leurs injections à partir de la semaine prochaine après que le professeur Whitty a approuvé cette décision aujourd'hui, affirmant que cela aiderait à prévenir les épidémies dans les salles de classe et  éviterait de nouvelles perturbations de l'éducation cet hiver.

Les doses seront largement administrées dans le cadre du programme de vaccination scolaire existant et le consentement des parents sera demandé.

Mais les enfants pourront passer outre à la décision de leurs parents en cas de conflit s'ils sont jugés suffisamment matures et informés, ce qui a provoqué la fureur.

Des parents en colère se sont opposés à la décision de laisser la décision  d'un vaccin à des  jeunes enfants qui «ne peuvent même pas décider ce qu'ils veulent pour le thé,  mais peu importe» 

Lisez l'article complet sur DailyMail .

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jacques Attali : "L'avenir de la vie" 1981 - Extrait

E.Macron et O.Véran prennent le contrôle du corps médical

Le passeport vaccinal, forme déguisée du vaccin obligatoire, est irrecevable selon Madame Catherine FABRE, Docteur en pharmacie