mardi 11 mars 2014

Harcèlement en réseau à l'international - Adélaïde ( Australie)

Adelaïde, capitale de l’Etat  du sud de l‘Australie , revendique fièrement un peuplement de femmes et d’hommes libres, à l'opposé des autres villes peuplées à l'origine par des prisonniers.
A Adélaïde, comme ailleurs, les  réseaux crapuleux  ont leurs adeptes  et leurs correspondants.
 *
Je m’étais inscrite le samedi pour un tour organisé du lundi suivant.
Une petite jeune fille m’avait suivie dans l’office du tourisme au moment de mon inscription. Elle s’était appuyée  sur le comptoir près de moi, pendant que  l’employée  donnait les détails de ma future journée de visite. Son portable allumé à la main.
*
Dans ce tour , il y avait deux couples venus de Brisbane pour quelques jours. 
Les   deux gentlemen d’opérette de ces deux couples étaient à l’affût, d’une photo et d’un mauvais coup. Acte, pour eux, prestigieux.
Ils  me suivant parfois  seulement à quelques centimètres de distance.
L’un d’eux réussira ainsi,  à glisser  deux papiers dans la fente de mon sac
*
L’un  des papiers venait d’un tiroir, de chez moi, à Paris.
L’autre était un ticket de connexion internet  faite dans un cyber espace le 25 novembre 2010 à Paris.
Ce jour là, quelqu’un était donc passé derrière moi  dans le cyber espace vérifier ce qu’il pourrait ramasser pour le mettre dans mes affaires , plus tard et ailleurs.
**

Il s’agit ici toujours du  même système  de base ,  qui suppose
- violation de domicile et vol pour le premier  papier
- espionnage et filature/suivi pour la récupération du deuxième papier dans le cyber espace de Paris en novembre 2010
- connaissance de mon lieu de séjour actuel pour prévoir de déposer ces deux bouts de papier sans intérêt dans mes affaires et de préférence dans mon sac à main .
La surveillance de mes courriers Email ou la fouille de mes bagages donnent ces informations. 
- envoi de ces deux  papiers sans intérêt ( sauf pour ceux  qui participent )  par la poste de France en Australie et dans ce cas à quelqu’un qui a une adresse fixe
Ou
- transport de ce deux  papiers (et du complément à venir)  par des voyageurs  ayant fait le voyage de France en Australie
- et enfin , connaissance d’une activité  que j’ai choisi et à laquelle se  joindront les adeptes de ce réseau crapuleux local.
Ici, des autochtones d’une province voisine venus passer 3 jours à Adélaïde .
**
A ce niveau là, il s’agit bien d’une organisation .
Les organisateurs doivent  voler et faire voler des objets  pour  les redistribuer au mieux de ce qu’ils veulent faire apparaitre comme des messages pour la victime mais qui n’en sont que pour eux.

Il y a ensuite  transport des objets volés ou subtilisés  et éventuellement à à l’autre bout du monde. Ce qui est censé prouver la toute puissance et l’absolue  domination  des organisateurs.

 Alors que ce que l’on retient est plutôt une forme de folie collective.

Il faut ensuite y  ajouter  les  acrobaties diverses pour  dépôt de ces objets  au plus près de l’intimité de la victime  et en y ajoutant une marque de passage personnelle . Ce qui permet de ne pas douter.
Cela suppose des intervenants multiples adaptables aux plans de la victime  placée sous observation constante :
 Employées de ménage  comme à Tahunanui (NZ) où elles avaient  découpé une trousse à ongles en cuir, terminant leur œuvre par un trou .
Patron de motel , comme à Timaru (NZ) où une pièce de l’appartement loué avait été condamnée et où quelqu’un  qui pouvait ouvrir la porte de l’intérieur de la pièce, s’ y était caché pour la nuit.
Jeunes filles désoeuvrées ou machos de toutes couleurs et de tous âges,  dont un grand nombre se protègent  sous des  airs proprets  de fonctionnaires ou la présence de  leurs épouses.
***

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.