jeudi 20 mars 2014

Le harcèlement électronique

Texte de juin 2012

Une lecture  basique concernant le harcèlement électronique fait par la  Radiation Health Foundation  et   trouvée   sur http://www.rhfweb.com  , permet d’apprendre que le harcèlement électronique est couramment utilisé  par le crime organisé, et  des  agences privées et sociétés secrètes.
http://www.rhfweb.com
A titre personnel , j’y ajouterai  des groupes  relevant de l’armée.

Selon ce site, les technologies d’énergie dirigée  utilisées incluent les lasers, les courants de radio fréquence, l’holographie, l’irradiation électromagnétique,  l’usage des ondes radio, des radars et des robots électroniques miniaturisés.

Cette  énergie dirigée ne peut pas être vue et peut être émise à des milliers de kilomètres. Ces diverses formes d’ énergie  dirigée  traversent les murs, les immeubles, les métaux et les montagnes sur des milliers de kilomètres terrestres.

Si un rayonnement d’énergie dirigée en croise un autre  il se forme alors  à cette intersection, une poche d’irradiation   à l’intérieur de la cible. Ces poches d’irradiation peuvent être prévues pour contenir des ondes sonores, des messages,  du stress, des images télépathiques,  et des simulations holographiques  et de réalité virtuelle.

Ce  même site  évoque également l’utilisation  de rayon de radio fréquence  compris entre quelques centaines de megahertz et plus  ( TV, téléphone mobile, fréquences FM)     dans la pratique courante  du  harcèlement électronique.

Il est à noter, selon ce site,  que les rayons d’énergie dirigée peuvent localiser  un être humain H/24   par l’holographie. Des systèmes informatiques peuvent être approvisionnés  et paramétrés en utilisant  des informations sur la voix, la structure osseuse ou l’enveloppe bioélectrique ( aura) de la cible.  Par recherche et écho-réponse le système informatique peut ainsi   localiser une cible et  la matraquer d’ondes hautes fréquences à tout moment.

Dans   mon observation la  plus récente du matraquage d’ondes  hautes fréquences  du cerveau , j’avais noté  que ces ondes   s’activaient  prioritairement  lorsque je m’allongeais. Non à cause de la position , mais de ce que je pense être  un profil plus plat de l’activité cérébrale et qui correspondrait  au repos.
Le but semblait bien être  de me priver de repos tout en dégradant les  diverses fonctions cérébrales.

On sait en effet que les micro ondes chauffent et font éclater les molécules d’eau et de graisse des aliments. Le corps étant composé de plus de 70 % d’eau, on peut craindre les dégâts faits  sur les cellules  par ces micro-ondes dirigées . L’ADN  désorganisée des cellules attaquées entrainant à plus ou moins long terme,  des tumeurs.

 Ainsi,  cet état  de calme cérébral présumé  avait  semblé déclencher une alerte  informatique engendrant un matraquage électrique  quasi instantané.  Cela m’ avait    interpelé  à plusieurs occasions  et  plus particulièrement  lorsqu’ au cours d’une marche en bord de mer , je m’étais allongée sur une falaise au milieu de nulle part  le mardi 19 juin . Le premier choc électrique sur le cerveau  avait eu lieu à 15h45. La fréquence d’un choc électrique d’intensité moyenne  toutes les 5 minutes m’avait contrainte à reprendre la station debout.

L’autre phénomène décrit puis effacé,   avait concerné  mon  évidente recherche par  mes poursuivants après ma disparition dans une chambre d’hôtel prise au dernier moment et payée en espèces,   dans la nuit du 8 au 9 juin. Cette nuit- là la sensation avait été celle d’une sorte d’onde balayeuse.  Elle  avait comme saisi  par aspiration et entrainant de légers tremblements ,  l’équivalent de l’enveloppe bio électrique du corps. Cette retrouvaille  entre l’onde chercheuse et mon aura avait permis de me localiser.

Cela  avait été immédiatement suivi  d’ un matraquage électrique  au niveau du cerveau. Mes divers  déplacements  dans cette  chambre spacieuse  avaient ainsi été rapidement repérés et suivis  de chocs électriques  tous dirigés au cerveau.
Un passage dans un autre hôtel du même quartier  Bd Pasteur P 15 ème ,  pour la nuit du 9 au 10 juin  pourrait avoir fait intervenir deux systèmes différents.  Après un matraquage électrique espacé , la fréquence s’était soudain accélérée.

Ce changement avait coïncidé avec  le passage de gens bruyants dans la chambre voisine  . ils y avaient installé un dispositif , discutant  haut et fort  la nécessité de son orientation. Puis ils étaient partis.  Et  le matraquage électrique du cerveau s’était alors intensifié  m’incitant à quitter l’hôte en pleine nuit. Le veilleur de nuit était un jeune,  style étudiant  complice ou soudoyable.

De retour chez moi,  j’avais  cette fois  subi  les boums-boums à 95 décibels de l’ élève musicien apprenti sadique, mon  voisin. Mais curieusement et pour la première fois  dans cet endroit depuis quelque temps  : pas de chocs  électriques . Le matériel sans doute  prêté et installé dans  l’hôtel  que je venais de quitter n’avait pas suivi

Dans un paragraphe suivant la description du matériel utilisé en harcèlement électronique , le site http://www.rhfweb.com liste également les symptômes liés au harcèlement électronique.

Pour ce que j’ai observé, je peux témoigner de matraquages électriques en pleine  nuit avec douleurs  rapides , intenses et répétées sur plusieurs endroits sensibles du corps dont  l’estomac et l’anus. La lecture de  mes notes  anciennes permet de situer le début de  ces matraquages d’ondes électriques alors que j’habitais au 81 rue du fbg Saint Jacques.

Il est probable que les soubresauts  musculaires nocturnes  des épaules , façon Nicolas Sarkozy,  et parce qu’ils sont nouveaux, relèvent de la même cause : le harcèlement électronique

Il se pourrait aussi  qu’un  autre  phénomène  notoire  mystérieux  et inexplicable et qui se décline en deux parties,   fasse partie du même arsenal  de tortures  sans preuve. Il s’agit  d’une part de brulures sur le devant des jambes, avec douleurs insupportable, et   révélées par les plaques rouges  au petit matin à cause   . Et d’autre part  d’une brulure tout le long de la jambe droite  ; c’est  en effet cette partie du corps qui est exposée à un éventuel  rayonnement venant du parking ( matériel émettant placé dans un coffre de voiture)  quand je suis à ma table de travail. C’est-à-dire , souvent.

Enfin des phénomènes qui pourraient être la conséquence des états provoqués  par ce traitement débilitant intense : problèmes d’yeux avec perte d’acuité visuelle  rapide et  incompréhensible ,  problèmes de peau de style autre mini- brulures  sur le visage  et  pertes de cheveux  par touffes .
 Ces  quelques précisions sont destinées à informer d’éventuelles victimes par des détails ,  mais aussi  leur entourage  et  également  des généralistes et  neuro-psychiatres  (?)
 .
Le retour d’information sur ce blog est surtout fait par la bêtise des harceleurs de base comme l’indiquera l’article  le harcèlement tout venant  :  des gens qui prennent les femmes pour du gibier.  Il est fait aussi  par les organisateurs de base  qui communiquent  autrement ,   par représailles ou sons mentaux. Ceux-là confondent les êtres humains avec des animaux  de laboratoire.


Témoignage de Carolyn Williams  Palit  extrait du site  Electronic torture , Electromagnetic  torture
- The pain is unbelievable. It involves tones, harmonics, hissing, stabs, blows, voice to skull transmissions, induced dreams (nightmares), burning sensations in the body and head, internal burning sensations inside of the body and head, crawling sensations on the body (phantom touch), electronic rape, induced and unwanted urination or orgasms, holographic inserts, and many other horrible tortures. My  thoughts  seem  to be  scanned  every  second. -
.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.