mercredi 12 mars 2014

Harcèlement en réseau à l'international - Kaikoura - Nelson

Les petites violations de tous ordres du quotidien sont connues. Elles sont répétitives et systématiques .
Elles sont semblables tout autour de la terre. Ce qui fait penser soit à un groupe organisateur unique, soit à des habitudes majoritairement mâles et semblables dans tous les pays.
Il n’est pas inutile de les mentionner ou de les redire pour aider les victimes qui les racontent .
Ces victimes n’ont pas la berlue .
*
De nouveau, la base habituelle est une infraction pénale ,  mais  se veut semble-t-il ,  une violence psychologique  , par  une violation  d’intimité  .
Le vol et/ou  la  dégradation effectuée sont des agressions personnelles et ciblées  pour faire passer ou croire faire passer des messages codés. L’intention délibérée de nuire et de déstabiliser est celle des organisateurs.
Dans tous les cas, il y a une surveillance constante  de la cible,  en réseau.
*
Les actes d’agaceries incessants du niveau de base , montrent la volonté   obsessionnelle  des organisateurs d’entretenir  un sentiment constant d’insécurité.
Les agents d’exécution sont choisis au plus près de la cible : amis ou relations  détournés, voisins inconnus sollicités, hôtes de passage ou employés facilement persuadés parce qu’insoupçonnables ou habitués
**
Les quelques anecdotes  anodines supplémentaires avec les détails,   montrent le caractère répétitif  de ce qu’on qualifie  en France et seulement  de harcèlement .
**
Le parking du super marché New world était désert en cette fin d’après-midi. J’étais entrée faire une course unique et rapide.
En sortant du magasin , j’avais noté que ma voiture était maintenant  encadrée par deux véhicules, alors qu’il y avait de la place partout.
L’un de ces deux véhicules TG502 avait décampé à toute vitesse     
*
A la recherche du méfait, je l’ai découvert dans le coffre de la voiture. Quelqu’un y  avait fourré une boite de médicaments vide que j’avais mise à la poubelle 10 jours plus tôt au Alpine View Motel
Donc quelqu’un de ce motel avait fouillé la poubelle que j’avais déposée moi-même dans le container. Pour cela Il fallait m’avoir vue la déposer.
*
En se donnant accès au véhicule, les voyous se donnent aussi accès aux organes vitaux d’un véhicule pour préparer un  accident ou un crime.
En France, ils avaient saturé  le réservoir d’huile : ce qui, si une panne  annexe n’avait pas permis de le déceler,  devait casser le moteur.
*
Ici, pour revenir au niveau des poubelles, quelques temps  plus tôt   dans un autre motel, quelqu’un était entré pendant mon absence fouiller également la poubelle de la cuisine. Il en avait sorti un patch usagé qu’il était venu déposer dans le salon , sur la moquette devant un fauteuil.
*
A Paris, les violeurs de domicile s’intéressent aux mêmes patchs . Ils  les sortent de la même façon  de la poubelle et les  jettent par terre, un peu partout.
D’autre fois, ils prennent des patchs neufs dans la trousse de toilette , qu’ils collent sur les draps ,  à l’intérieur des pantalons de pyjamas ou des sous-vêtements.  Ces patchs relèvent d’un traitement sur ordonnance et ne sont donc pas en vente libre . Les gaspiller , c'est empêcher le traitement.
*
Il y a sans doute à travers le choix de ces patchs,  une façon de rappeler à une femme ce qu’elle est. .. pour eux , simples d'esprit.
*
Ce qui irait dans le même sens que les serviettes hygiéniques qu’ils fourrent ou jettent partout.
Le jour de mon déménagement, à Troyes, c’est l’aide du déménageur qui  passait son temps à jeter sur le sol,  des serviettes hygiéniques sous plastique  bleu 
.
Je les lui ai rendues.
*


La première nuit ,au Alpine View Motel, d’où vient la boite de médicaments vide,  quelqu’un était venu frapper  trois fois à la fenêtre  de la salle de bain , à 1h30 du matin.
J’avais vérifié le lendemain matin.  Pour frapper à cette fenêtre il fallait  passer derrière la longère des 3 studios, , mais d’abord soulever d’épais  branchages , et  donc connaître le passage.
Les pas qui s’étaient enfoncés dans le feuillage humide derrière la longère, avaient rebroussé chemin au niveau de ma salle de bain, au lieu de filer .
Evitant ainsi d’être repéré par les clients des deux autres studios.
*
A Paris  ma  voisine spécialiste de psycho est, elle aussi,  une adepte des coups dans la porte en pleine nuit. Lorsque je lui avais demandé d’arrêter, elle avait joué la surprise, s‘étonnant que j‘entende des bruits qui n‘existaient pas.. Sa copine plus réaliste,  s’était excusée

A Paris toujours, il y a eu  également et très souvent  l’utilisation d’un sifflet qui , lui,  était programmé pour faire du bruit  à  3h du matin.
Il s’agit, parait-il d’un petit instrument indécelable et qui s’achète  sur internet sur les sites d’espionnage à la rubrique « revenge » .
*

Ici, à Nelson, un des bagages fermé à cadenas,  a été ouvert dans le coffre de la voiture laissée sur la parking. Il y a eu une manipulation à l’intérieur de ce bagage
Une enveloppe de cartes diverses a été sortie d’une pochette  et  transférée  dans la sacoche de l‘ordinateur.
*
 Lors de cette même violation, un tube  de crème a été volé, dans la même valise.
En prévision de la prochaine violation. Ou à destination de  la copine du voyou du jour..
*

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.